> FRÈRE DE SILENCE

FRÈRE DE SILENCE

Par |2018-08-15T19:11:24+00:00 1 novembre 2013|Catégories : Blog|

 

 

Je ne veux pas refer­mer
Le silence

D’un cla­que­ment d’oubli
Asséchant
La mar­gelle des jours

Je ne veux pas la mort

  *

Puisqu’en lui tu te fonds
J’invite ton silence
Qui irrigue
Qui humecte
Le pon­tage des nuits

Il n’est pas l’oued de nos déserts

Il est la brume triom­phante
La pleine brume
Qui nous nour­rit
Comme un soleil

Il est le lac de ton mys­tère
Dans l’orbe de pous­sière
Lavant
Creusant des puits sans fond
Sous le col des amphores

Je vien­drai m’abreuver
Calmement
Jusqu’aux écla­bous­sures du silence

*

Entré dans ses bras
Même le poème
Abdique son orgueil
Et ne se défend pas

*

Et dans son embra­sure
Je me sou­viens
– Sans peur –
Du cri silen­cieux
Des rochers de Pétra

Du cri noir des cor­beaux
Fendant
Du haut du ciel
Les éclats feuille­tés
Des falaises nacrées

De ces cris mus­cu­leux
Fédérant
Les secs échos
D’espace
Et de silence

La pous­sière était rose
Comme l’agrégat des gre­nades
Hurlant le mot « désert »
Dans les car­touches sourdes
Du soleil

J’aime la mati­té
De ton silence

*

Dans son ver­jus
J’ai allu­mé des feux de camp
Tout autour de l’attente

J’ai rin­cé toutes mes volon­tés
– Sauf une –
Dans l’âpre étang
De ton silence

Faisant d’apnée
Un souffle

Et des sur­sauts
                     Des sou­bre­sauts ténus
– Reliefs de vie en fili­grane –
Les pou­mons régu­liers
Par les­quels tout res­pire

Au loin
Par je ne sais quelle étreinte
Tu col­mates mon cri

 

Recueil inédit. Extraits
 

X