> Genèse

Genèse

Par |2018-08-19T01:56:25+00:00 5 mars 2016|Catégories : Blog|

(Extraits)

 

 

 

Avant le tout
il y eut
le rien

emplis­sant
de son vide
le sidé­ral

minus­cule
infi­ni­té­si­mal
infi­ni

dans le temps
immo­bile
des germes à venir

 

 

***

 

 

 

Cette opa­ci­té des lumières
où flottent dans le silence
des mor­ceaux d'univers frag­men­tés

L'épaisseur
et le poids des rémi­nis­cences,
avec ses contours de plus en plus flous

Et l'incapacité tra­gique
de la machine
à tuer le temps

 

 

 

***

 

 

 

La nuit le noir pro­fond,
et pour­tant
noir éclat dans lequel on s'enfonce
au milieu des mur­mures

On glisse, et pour­tant
on demeure immo­bile,
et le ciel court imma­cu­lé

Dans les rayons cos­miques
dans  le temps du silence
sur un coin de mémoire

Dans le long temps immo­bile
et serein
comme un beau fruit sur sa branche

Un beau fruit mûr

Peu à peu pour­ris­sant

 

 

 

***

 

 

 

L’invisible tour­billon cen­tri­pète
dans sa folle para­noïa
se dévore lui-même

Masse mons­trueuse au centre indé­fi­ni
sans espoir d’échapper à l’opaque irré­ver­sible

Passion qui se nour­rit dans la tor­sion du temps
de sa propre masse incan­des­cente
jusqu’au point de fusion des contraires

 

 

 

***

 

 

 

Bleu de pierre
dans le gla­cis des veines caves
et le rythme ter­naire
mar­te­lant les parois
dans la gorge pro­fonde
extase du cœur bat­tant
dans des regards pié­gés

L'éclair irra­diant
dans la four­naise de l'étoile
au creux d'un ciel indif­fé­rent
estompe les nuées indé­cises
et guette les yeux étin­ce­lants
des astres morts

 

 

 

***

 

 

 

Toutes ces voix dans le silence
mêlées au souffle
qui dit la beau­té de matins sans fron­tière

Prélude au jeu du sang
dans l’universelle gra­vi­ta­tion
de nos pla­nètes intimes

La graine fan­tôme fécon­dant le fruit
des mots musi­ciens dans l’échancrure

Tatouage d’images folles  aux fron­tons
de nos cathé­drales vir­tuelles

Totons du rêve tour­nant sans trêve
autour de nos jours ambi­gus et mor­tels

 

 

 

***

 

 

 

Migrations mul­ti­pliées
offertes au par­tage

Grain du désert
dans le grain d'une paume

Tout le cos­mos empri­son­né
trouble ver­tige du trou noir

de l'écheveau sonore
aux fils entre­mê­lés

Dans la musique silen­cieuse des sphères

 

 

 

***

 

 

 

Le corps irra­diant ses matières hors d'âge
le corps et son poids de pas­sage
dans l'instant du ver­tige quand se lèvent les leurres

La matière féconde du rien ori­gi­nel
deve­nue lon­gueur d'onde par­ti­cu­laire
dans les grands champs cos­miques du temps dis­joint

Parcelles auto­nomes écar­te­lant jusqu'à la déchi­rure
leur désir d'altérité lumières noires
cher­chant leur réfé­rent
dans l'œil tran­si­toire du souffle

épar­pillées jusqu'à la cendre

 

 

 

***

 

 

 

La lumière morte mugit dans le désert habi­té
entre des nébu­leuses ven­tri­po­tentes
des comètes her­bues des sphères tour­noyantes

et vient frap­per de plein fouet des orbites creuses
dans le silence de tom­beaux qui parlent d'avenir

X