> Haïkus

Haïkus

Par |2018-08-15T17:27:46+00:00 3 juillet 2014|Catégories : Blog|

 

Allongé dans l’herbe
Un après-midi d’été
Lisant Feuilles d’herbe

 

 

Bravant le silence
Hautbois des forêts pro­fondes
Le brame du cerf

 

 

Bikini à fleur
Les pois­sons voient des iris
Pour la pre­mière fois

 

 

 

Les hip­po­po­tames
Dans l’eau du fleuve se moquent
Du bruit du tam-tam

 

 

 

Des grains de beau­té
Sur l’océan de son corps
Tous petits rochers

 

 

 

Au bord du sand­wich
Des mor­ceaux d’œufs durs dépassent
Quartiers de la lune

 

 

 

Bras mort de la Loire –
Seul dans la boire iso­lée
Un héron cen­dré

 

Chaleur de l’été –
Un grand cha­land de Loire
Attend en silence…

 

Loire étin­ce­lante –
Après la sieste je m’éveille
A l’ombre des saules…

 

 

 

Terrasse de café
A tra­vers le che­mi­sier
La pointe d’un sein

 

 

 

Le roi de car­reau
Couvre la dame de cœur
Ah quelle bataille !

 

 

Tournées vers le ciel
Racines de bao­babs
Esprit des ancêtres !

 

 

Une cou­ver­ture
Abandonnée sur la route
Le bitume s’endort…

 

 

 

 

1 2 3 Soleil !
Lorsque l’enfant se retourne
Personne ne bouge !

 

 

 

Sale mati­née
J’enfile mon blue-jean
Des bleus à l’âme

 

 

 

Deux seins qui bougent
Dans le tis­su trans­pa­rent
Et l’homme tout rouge

 

 

 

 

Mon chat est par­ti
Reste une touffe de poils
Eclairés par la lune

 

 

14 juillet
Le ciel change de cou­leur
Regards étoi­lés

 

Nomade toua­reg
Derrière le tur­ban bleu
Visage indi­go

 

Pelant une orange
Au-des­sus de l’assiette
Ma main ridée…

 

 

 

Sur l’échographie
Le fœtus suce son pouce
Sorti du chaos

 

 

 

Un petit enfant
Lance une pierre dans l’eau
Ricochets du temps…

 

 

 

 

Bruit sur le mur
où ser­pente un vieux lierre
fuite du lézard

 

 

 

La pointe d’un téton
A tra­vers le che­mi­sier
Comme un bour­geon

 

X