> Il rame. Je lui fais confiance.

Il rame. Je lui fais confiance.

Par | 2018-05-27T01:29:19+00:00 24 juin 2017|Catégories : Blog|

tra­duc­tion Marilyne Bertoncini

 

IL RAME. JE LUI FAIS CONFIANCE.

 

Nous ramons tran­quille­ment sur le miroir de l'eau.
Nos pieds font un son creux en frot­tant sur la coque .
Autour de nous les mon­tagnes clignent : des pau­pières vei­nées de bleu
se fer­mant sur un oeil blanc immense.
Nous dres­sons les bras comme pour frap­per l'eau de nos cannes.
Puis arrê­tons brus­que­ment.
La ligne avec son poids pour­suit le lan­cer
dans de la verte pon­té­dé­rie ondu­lant  au pas­sage des  pois­sons .

Dans le calme nous les sen­tons sous la coque, leurs bouches tes­tant
nos lignes, comme des nour­ris­sons tirant sur une tétine. Nous sommes des êtres vio­lents.
Nous tirons brus­que­ment l'hameçon qui tra­verse leurs bouches d'argent et
ame­nons le pois­son ensan­glan­té dans un monde qui les noie.

Il découpe l'hameçon hors de mes lèvres pan­te­lantes,
me traîne dans un seau, sort
un autre vers pour camou­fler l'hameçon de nou­veau.

 

*

 

 

            HE ROWS. I TRUST HIM.

 

We row quiet­ly on the water's mir­ror.

Our feet shuffle a hol­low sound against the boat's thwarts.

Around us the moun­tains blink : blue-vei­ned eye­lids

clo­sing over a wide white eye.


We raise our arms as if to hit the water with our rods.

Then stop short.

The line with its hea­vi­ness conti­nues the throw

into green picke­rel weed sli­the­red with brow­sing fish.


In the stil­l­ness we sense them under us, their mouths tes­ting

our lines, like infants tug­ging on a nipple.  We are violent beings.

We tear the hooks sud­den­ly through sil­ver mouths and

bring the fish bloo­died into a world that drowns them.



He slices the hook out of my gas­ping lips,

lugs me into a bucket,  takes out

ano­ther worm to hide his hook again.


 

*

 

 

 

 

 

X