> Jacques Ancet, “Les travaux de l’infime”

Jacques Ancet, “Les travaux de l’infime”

Par | 2018-05-23T12:49:22+00:00 31 août 2012|Catégories : Critiques|

 Avec son der­nier recueil paru chez Eres (col­lec­tion Po&psy in exten­so), Jacques Ancet réunit trois ensembles de proses poé­tiques et poèmes : « Les tra­vaux de l'infime », « Portraits sans visages » et « Pour ne pas finir ». Plus que jamais, il jette en avant « les petits cailloux de la parole » pour ouvrir un che­min, cherche à cris­tal­li­ser les vibra­tions d’un monde plein d’évanescences sur les petits riens et l’infime …

Comme sou­vent, Jacques Ancet dans ses poèmes pose quelques objets usuels dans un espace don­né, pièce ou pay­sage, et y trame bien­tôt, avec ses mots, ce « léger vide au bord duquel vacille le visible ». Nous voi­là donc à nou­veau dans l’entre-deux du jour, « au bord de vivre – au bord de mou­rir » : entrés dans l’impossible ici, l’insaisissable pré­sent. Confrontés à « la sur­face plane des choses arrê­tées dans leur nom », et pres­sen­tant pour­tant les vibra­tions de l’imperceptible.  Le sens est par­tout et nulle part, et ne demande qu’à se cris­tal­li­ser sur l’infime. D’où les « tra­vaux » qui font œuvre et qui font monde. A par­tir du pul­lu­le­ment des « petits riens », d’un vide trop plein, d’une carafe d’’eau sur une table, de la neige si peu vraie, du « gri­gno­te­ment de la pluie », d’une lampe, des cra­que­ments du bois…

« Portraits sans visages »

Ce qui est vrai des choses l’est aus­si des vivants et les êtres sont aus­si peu sai­sis­sables que les objets par leurs traits ou leurs noms. D’où les « por­traits sans visages » qui com­posent une par­tie de ce recueil avec la reprise, entre autres de « Portrait d’une ombre ». Le mot ombre est là « pour don­ner une forme à ce qui n’en a pas », com­pa­gnon obs­cur de qui écrit, l’inconnu en soi, la « voix silen­cieuse ». Parce que la coïn­ci­dence avec soi n’est pas plus don­née que l’adéquation du monde et de la parole. « Il ne s’agit pas d’identité. Ou alors de cette iden­ti­té obs­cure qui est une autre manière de dire qu’on ne sait rien. Qu’on est entre : entre ici et ailleurs, entre hier et demain, entre tout et rien. Entre, tou­jours, entre. »

« On ne voit que ce qu’on sait », nous dit Jacques Ancet. Le reste est là, pour­tant, qui affleure. Mais il y faut le lan­gage pour débus­quer, faire naître les évi­dences, émer­ger l’univers alen­tour, tout « ce qu’on pour­rait voir à force d’insister ». Or insis­ter, c’est jeter devant soi « les petits cailloux de la parole » pour ouvrir un che­min. Or insis­ter, c’est écrire….

Jacques Ancet le fait super­be­ment, empri­son­nant du sens et des éclats de temps, de quo­ti­dien, du mys­tère de la pré­sence et du ver­tige de l’immanence, en tis­sant une prose poé­tique dense et légère pour­tant, qui s’interroge, se répond, évoque, esquisse, creuse comme elle use de l’ellipse, et fina­le­ment nous emmène dans ce vide rayé de signes de main, comme autant de clins d’œil aux êtres de parole.

« Il rou­lait son silence devant lui, sa boule de lan­gage où se mêlent plis­se­ments her­cy­niens, décharges, cré­pus­cules, dou­leur et cet imper­cep­tible où il posait l’oreille ». Il me semble que Jacques Ancet a ce visage de qui per­siste et signe. Insiste pour être là, plus plei­ne­ment, puisqu’aussi bien, « l’écriture conti­nue l’amour ».

http://​baglin​mi​chel​.over​-blog​.com/

X