> “Jamais ne dors” ou le poème du Cantique

“Jamais ne dors” ou le poème du Cantique

Par | 2018-02-26T00:21:54+00:00 26 mai 2012|Catégories : Critiques|

En 2008, Pascal Boulanger, poète dont nous appré­cions l’œuvre au Recours au Poème, publiait cet éton­nant opus­cule, au cata­logue de l’inclassable mai­son de Charles-Maxence Briseul, le cor­ri­dor bleu. Il est inté­res­sant d’en dire deux mots, quatre ans après, et après que Boulanger ait publié d’autres tra­vaux, peut-être plus direc­te­ment poli­tiques – et même for­te­ment anti­ca­pi­ta­listes, ain­si au détour de  cer­tains vers de son lierre la foudre.

Il y a cepen­dant déjà une forte contes­ta­tion au cœur de ce Jamais ne dors. Elle est ver­ti­cale : c’est la contes­ta­tion qui pro­vient du dedans même de l’Amour, une contes­ta­tion très vio­lente mal­gré les appa­rences, celle d’un Jean de La Croix. Bien sûr, la qua­trième de cou­ver­ture dit vrai au sujet des vers amples et clau­de­liens déve­lop­pés ici par le poète, de même à pro­pos du dia­logue entre les diverses formes de l’amour.

Cela est vrai. Pourtant ce qui importe est ailleurs : cette poé­sie de l’Amour est poé­sie de l’entier conflit avec le monde tel que nous le connais­sons main­te­nant. Non pas un conflit guer­rier, c’est même tout le contraire. Car com­ment mieux aimer ce monde qu’en entrant en conflit avec ce qu’il ose deve­nir ? Il faut croire en l’Amour.

En cela que dit Boulanger : « le tout amour ».

C’est le lieu même du Politique, main­te­nant.