Jean-Marie Cor­busier, né en 1950, a pub­lié une quin­zaine de pla­que­ttes et de recueils de poésies dont huit aux Edi­tions du Tail­lis Pré, la plu­part accom­pa­g­nés d’un fron­tispice de Dominique Neu­forge. Il y a une volon­té de trou­ver l’idée juste plutôt que des images ou des sen­sa­tions. Le poème est un moyen de com­bat pour assur­er une survie men­tale, par­al­lèle au quo­ti­di­en. La parole n’est présente que pour être tra­ver­sée puis ren­voyée au silence. Son poème est sans fond, sans lim­ite, sans pourquoi et sans rai­son. Il est le car­refour de l’être.