Jean Por­tante est né en 1950 à Dif­fer­dan­ge (Lux­em­bourg), de par­ents ital­iens. Son enfance a été mar­quée par cette dou­ble appar­te­nance, ou plutôt par une dou­ble non appar­te­nance, puisque comme chaque voyageur, il s’est sen­ti très tôt comme un citoyen de terre de per­son­ne. Son œuvre, riche d’une trentaine de livres – poésie, romans, essais, pièces de théâtre – en est imprégnée. Par­al­lèle­ment à son tra­vail d’écriture, Jean Por­tante développe depuis plus de vingt ans une activ­ité de tra­duc­teur lit­téraire. Ses pro­pres livres sont large­ment traduits. Au Lux­em­bourg, il est directeur artis­tique du Print­emps des poètes, directeur lit­téraire de la revue TRANSKRIT, pro­fesseur à l’In­sti­tut nation­al des langues et jour­nal­iste au Jeu­di. En France, il est mem­bre de l’Académie Mal­lar­mé et de mul­ti­ples jurys lit­téraires (Apol­li­naire, Mal­lar­mé, Max-Pol Fouchet, Yvan Goll…).Il dirige avec Caude Couf­fon la col­lec­tion Cahiers latins aux édi­tions Car­ac­tères. Avec Jacques Dar­ras et Jean-Yves Reuzeau il a créé la revue Inu­its dans la jun­gle. En 2003, il a reçu, en France, le Grand Prix d’automne de la Société des gens de let­tres, pour l’ensemble de son œuvre, ain­si que le Prix Mal­lar­mé pour son livre L’é­trange langue. Dix ans aupar­a­vant, en 1993, son roman Mrs Haroy ou la mémoire de la baleine lui avait valu, au Lux­em­bourg, le prix Ser­vais. En 2011, il a été couron­né du Prix nation­al au Lux­em­bourg, pour l’ensem­ble de son œuvre.