> KIWI

KIWI

Par | 2018-02-25T12:47:37+00:00 10 avril 2014|Catégories : Blog|

 

Pourquoi à la cime
De la cano­pée brillait
Cet impos­sible à la manière
De.

Était-ce un appel
Une invi­ta­tion scan­da­leuse
Comme la nature sait
Si bien se jouer
De nous ?

Le cueillir ou
Passer son che­min
Comme si, jadis
Alors que le fruit mûr
Me ten­dait les bras…

Léger duvet urti­caire
Robe terre de Sienne
Quel drôle d’écrin.
Alors ?

D’habitude cou­pé en deux
Dans le sens d’une cer­taine
Longueur. Le kiwi
Se ren­dit l’air de rien.

: cœur tendre
Pulpe épi­cée
Pépins poi­vrés
Selon l’usage. Voire le sens
D’usage.

Deux doigts une éter­ni­té
Deux doigts une féli­ci­té
Vaincre le souffle sur la crête
Du désir écla­té – obses­sion !

Bercée par sa musique
Rotative l’eau salée te par­la
D’hier et l’encens cou­vrit
Ta sueur per­lée.

Dessin en pein­tures
Dans le feu des ara­besques
Sur tes hanches mor­do­rées.

L’absent triom­pha alors
Roche rouge des vol­cans
Endormis cette lave en toi
Libéra son poids hier
Sur ton corps enchaî­né –
Tu t’envolas pour ailleurs. 

Désert marin sous les étoiles
Comme si les fruits
Se nour­ris­saient de nuit.

Soyeux et trem­pé d’embruns
J’entrai :
Soleil sur soleil.

Dans l’huile
De la lumière s’ouvrit
La clai­rière des mondes
Sous les nuages.

Plus d’épée ni de bles­sure
Kiwi pres­sé
Goutte à goutte
Le cathé­ter dis­til­la
Le poi­son. Sel encore.

Brûlantes muqueuses
Doux d’amour
Bonbon sucré de mon enfance

Enveloppe mon âme
Perdue
Aux quatre vents.

 

 

 

 

20 exem­plaires ornés de col­lages ori­gi­naux de Christian Jaccard rehaus­sés à la poudre lisse,
Paris, Editions du Pyronaute, 2011