> La Bretagne des écrivains, coordonné par Alain-Gabriel Monot

La Bretagne des écrivains, coordonné par Alain-Gabriel Monot

Par | 2018-02-20T14:20:14+00:00 25 mai 2014|Catégories : Blog|

Bretagne des écri­vains : la poé­sie au coeur

 

      « Bretagne est poé­sie », disait Marie de France. « Province de l’âme », affir­mait Julien Gracq. On l’aperçoit – c’est peu de le dire – en par­cou­rant La Bretagne des écri­vains, un nou­vel ouvrage consa­cré à la lit­té­ra­ture bre­tonne. Sur la tren­taine d’auteurs pré­sen­tés, près de la moi­tié sont poètes.

     Le par­ti pris de ce livre est d’aller « sur les pas des écri­vains », sur leur lieu de nais­sance ou dans leur envi­ron­ne­ment favo­ri, conçus en quelque sorte comme leurs lieux d’inspiration ou, pour le moins, comme des endroits qui les ont façon­nés. Après une Balade en Bretagne nord, sur les pas des écri­vains (édi­tions Alexandrines, 2011), voi­ci, chez le même édi­teur, une balade dans le sud et l’ouest de la région, à l’occasion d’une visite « gui­dée » (loin des cli­chés tou­ris­tiques) qui débute à Redon sur les pas du roman­cier popu­laire Arthur Bernède et s’achève dans le Brest de Jean-François Coatmeur.

 

      Les poètes – on l’a dit – sont très pré­sents dans l’ouvrage, à tra­vers des por­traits dres­sés sur trois ou quatre pages et illus­trés par un extrait de leurs livres. On y trouve les « vieilles gloires », comme Jean-Pierre Calloc’h (Groix) ou Saint-Pol-Roux (Camaret), mais aus­si, bien sûr, des auteurs de réfé­rence plus récem­ment dis­pa­rus comme Xavier Grall (Pont-Aven), Guillevic (Carnac) ou Jean-Pierre Abraham (Douarnenez), sans oublier Georges Perros, un autre « oiseau rare » de Douarnenez. Pour décou­vrir des poètes vivants, nous voi­ci à Vannes sur les pas de Michel Dugué, à Quimper sur ceux de Marc Le Gros et dans le pays de Rosporden sur ceux de Gérard Le Gouic.

     Pour pré­sen­ter chaque auteur il a été fait appel à d’autres écri­vains. C’est Bernard Berrou, par exemple, qui nous parle avec fer­veur d’un Gérard Le Gouic « rebelle à toute forme de confor­misme, chantre intem­po­rel des beau­tés graves et des sen­ti­ments fra­giles, poète de la Bretagne et de l’univers ».

         A noter qu’un cha­pitre à part est consa­cré aux auteurs en langue bre­tonne. Bernez Tangi et Youenn Gwernig y ont notam­ment toute leur place. Sur leurs pas, on s’évade ain­si du côté des Monts d’Arrée. Sans oublier que des roman­ciers furent aus­si des poètes. L’ouvrage leur consacre les pages qu’il faut,  s’agissant par exemple du Bigouden Pierre-Jakès Hélias ou du Morbihannais  Charles Le Quintrec.

Sommaires