> La couturière

La couturière

Par |2018-10-21T01:37:16+00:00 5 octobre 2014|Catégories : Blog|

 

La lumière
la lumière minus­cule
qu’une aile de grillon dévore sur les toits
elle ne tra­verse pas la fenêtre
Dehors elle bénit le désastre
et elle est impuis­sante
elle est trop faible
pour choi­sir le bou­ton qui convient à la bou­ton­nière décou­sue
pour atta­cher les cha­meaux rebelles
qui ne passent pas par le trou de ton aiguille
mais tu essaie­ras à nou­veau
même dans la pénombre de tes siècles à venir
avec des mains rhu­ma­ti­santes si tu le sou­haites
sans que rien ne rap­pelle
la dou­ceur végé­tale de ce matin
tu revien­drais
debout sur le rêve le plus sombre
avec une robe pour lin­ceul

 

Poème tra­duit de l’espagnol (Colombie) par Rémy Durand

 

 

La cos­tu­re­ra

 

La luz
la minús­cu­la luz
devo­ra­da en los teja­dos por el ala de un grillo
no cru­za la ven­ta­na
Afuera está ben­di­cien­do el desastre
y no alcan­za 
no es sufi­ciente
para encon­trar botón conforme a ojal des­co­si­do
para atar los camel­los resa­bia­dos
que no pasan por el ojo de tu agu­ja
pero vol­verías a inten­tar­lo
aún en la penum­bra de tus siglos veni­de­ros
con las manos reumá­ti­cas si qui­sie­ras
sin nada que recuerde
la vege­tal ter­su­ra de esta maña­na
vol­verías
levan­ta­da en el sueño más oscu­ro
con el ves­ti­do por mor­ta­ja.

X