> LA OSCURIDAD II

LA OSCURIDAD II

Par |2018-10-18T09:24:16+00:00 9 décembre 2012|Catégories : Blog|

 

Miedo le tene­mos al frío
Del inmi­nente,
O por lo menos anun­cia­do
Descenso del Norte.

Si bien el pobre pla­ne­ta,
Dicen,
También se puede reca­len­tar,
Si no está ya der­re­ti­do
De inter­me­dia­rios
Y bue­nas inten­ciones.

Tenemos mie­do,
Al cabo del cono­ci­mien­to entre­cru­za­do
En plu­ral,
De que ten­ga­mos que sobre­vi­vir.

Lo mis­mo que a veces
Tenemos mie­do de que,
                           con tan­tos cono­ci­mien­tos,
Aun antes de la muerte,
Ya nos esta­mos yen­do.

Y de que entonces ya no sere­mos
Ni siquie­ra lo que no fui­mos,
                           lo que quería­mos ser.
Cuando detrás nues­tro
A noso­tros mis­mos nos deje­mos.

Entonces para unos pocos intré­pi­dos
La pro­pia luz de las pre­gun­tas
Que a noso­tros mis­mos nos hace­mos
Se nos hace una per­fec­ta oscu­ri­dad.

 

 

L’obscurité II

 

Nous avons peur du froid
De l’imminent,
Ou annon­cé tout au moins
Comme des­cen­du du Nord.

Même si la pauvre pla­nète,
On raconte,
Peut aus­si se réchauf­fer,
Si elle n’est pas déjà fon­due
D’intermédiaires
Et de bonnes inten­tions.

Nous avons peur,
À la fin de la connais­sance entre­croi­sée,
Au plu­riel,
De ce que nous devons sur­vivre.

De la même manière quel­que­fois
Nous avons peur,
                            qu’avec tant de connais­sance,
Même devant la mort,
Nous sommes déjà en train de par­tir.

Ensuite nous ne serons même plus
Ce que nous avons été,
                               ce que nous vou­lions être.
Lorsque der­rière nous
Nous nous lais­sons nous-mêmes.

Alors pour quelques intré­pides
La lumière même des ques­tions
Que nous nous posons
Provoque une par­faite obs­cu­ri­té.  

Traduction Laura Vazquez

X