> LA RIVIERE

LA RIVIERE

Par | 2018-02-20T14:22:55+00:00 5 juin 2014|Catégories : Blog|

 

Il y des rayons en hiver dans les bois
         Appelant par son nom chaque âme :
Vent dans les jeunes branches, arbres débar­ras­sés d'épais man­teaux de neige,

Le cli­que­tis de la pluie gla­cée sur le toit de la grange : tout cela
         T'aidera à perdre ton che­min
Et trou­ver un silence plus ancien que le ciel

Qui fait que notre vie ici n'est qu'un mur­mure,
         Qui me fait che­mi­ner le long de la rivière
Au-delà de l'endroit où elle a débor­dé

Tandis qu'elle gelait, après ces sapins morts,
         La grande assem­blée des cèdres,
Si bien que je peux dire, j'ignore pour­quoi je suis ici,

Et tourne dans ces quelques mots
         Et sens leurs mille aiguilles
Sur mes lèvres et les réchauffe sur ma langue

Bien que ne disant rien, car c'est un calme
         Au delà du calme que je connais
Qui désire par­ler, au bout de tant d'années

Passées à m'entendre dire visage, vent, sapin, nuage,
        Sans savoir d'eux le prin­ci­pal,
Sans savoir l'essentiel,

Que chaque mot bien dit est louange :
         Et quelqu'un cherche à dire au plus pro­fond de moi
Je ne suis pas per­du : nom­breux sont les che­mins !

Tandis qu'en mur­mu­rant quelqu'un d'autre répon­dra,
         Te voi­ci enga­gé dans la plus longue quête,
La quête d'un pays, et n'apparaîtra pas

Bien que j'aie par­cou­ru le long de la rivière
         Ces cinq bons miles main­te­nant
Laissant le vent m'ouvrir un peu de mon che­min

Et lais­sant mes pen­sées naître lentes et frêles
         Avant de les nour­rir avec des mots, car ce
Qui m'est dit cet après midi,

Une fois dis­sous tout  je et  il, est sim­ple­ment rivière,
          Une gla­çante véri­té mais une véri­té bien sûr
Persistait sur le che­min du retour

Après courbes et fourches, lorsque sai­sit le soir,
         Une étrange lumière tout au long du che­min
Tombant entre les mots dont je me ser­vi­rais

Pour dire cette étran­ge­té ou bien cette lumière
         De sorte que je parle en petits souffles lents
Du cône, du cèdre, du soir et de la glace,

Avec des mots qui collent à la peau –

 

 

 

THE RIVER

 

There is a radiance inside the win­ter woods
                    That calls each soul by name :
Wind in young boughs, trees sha­king off thick coats of snow,

The rat­tle of fro­zen rain on a barn roof : all these
                    Will help you lose your way
And find a silence older than the sky

That makes our being here a mur­mur only,
                      That makes me walk along the river
Beyond where it has floo­ded itself

While free­zing over, past these dead firs,
                    The great assem­bly of cedars,
So that I must say, I do not know why I am here, 

And move around in those few words
                    And feel their many needles
Upon my lips and warm them on my tongue

Though I say nothing, for it is a calm
                    Beyond the calm I know
That wants to talk now, after all these years

Of hea­ring me say spruce, wind, cloud and face,
                    Not kno­wing the first thing about them all,
Not kno­wing the sim­plest thing,

That eve­ry word said well is praise :
                    And someone deep inside me wants to say
I am not lost but there are many paths ! 

While someone else will whis­per back,
                   So you are on the lon­gest quest of all,
The quest for home, and not appear

Though I have wal­ked along the river now
                    These good five miles
While let­ting wind push me a lit­tle way

And let­ting thoughts grow slow and weak
                    Before I feed them words, for what
Is told to me this after­noon

Is sim­ply river , with each and it dis­sol­ved,
                    A cold truth but a truth indeed
Held tight on the way back

Past curves and forks, as eve­ning takes hold,
                    A strange light all the way
That falls bet­ween the words that I would use

When tal­king of this stran­ge­ness or this light
                    So that I speak in small, slow breaths
Of eve­ning, cedar, cone and ice

In words that stick to skin –

 

 

                                                                           Traduction de Raymond Farina

 

 

 

Poème publié avec l’aimable per­mis­sion de l’auteur

Sommaires