> L’amour c’est mourir

L’amour c’est mourir

Par | 2018-02-17T20:36:56+00:00 28 juillet 2013|Catégories : Blog|

 

L’amour c’est mou­rir et je pré­fère le hard rock.

 

Les cafards me sur­vi­vront et la musique
clas­sique aus­si et Elvis ne sera pas en reste,

les grands écri­vains res­te­ront et les mau­dits
conti­nue­ront de hur­ler sur les murs
des villes,
dans les égouts des usines,
dans la folie des jours gris
et l’espoir sera tou­jours la main qui retient
la lame de rasoir, la corde
ou
le doigt sur la gâchette du revol­ver que
plu­sieurs mil­liards d’innocents songent
à poser sur leur tempe

et l’espoir vivra dans l'âme des fous
et les révo­lu­tion­naires l’utiliseront
pour chan­ger le monde, mais ils ne chan­ge­ront
pas le cœur des hommes
et les reli­gieux te diront crois au para­dis,
mais Dieu conti­nue­ra à fumer un joint
en riant sur une étoile déserte,
(Dieu s’est bar­ré depuis long­temps,
avec la vod­ka et les plus jolies des strip­tea­seuses
mais je ne lui en garde pas ran­cune, à sa place
j’aurais fait de même) et les cafards res­te­ront
car les cafards copu­le­raient encore pen­dant un hiver
nucléaire alors même que le genre humain bouf­fe­rait
des pis­sen­lits radio­ac­tifs par la racine et la musique
clas­sique res­te­ra et je me fous d’Elvis car je sais
qu’un jour je ces­se­rai à tout jamais de grat­ter mes couilles
allon­gé sur mon cana­pé jaune tout en me deman­dant
pour­quoi tant de femmes pour­raient m’amener leurs
rires
avec leurs corps chauds et bru­lants au lieu de s’endormir
en ce moment même dans les bras de types
moins drôle et moins fous que moi, des types qu’elles ont ces­sé
d’aimer depuis des lustres sans avoir jamais eu
le cou­rage de bri­ser une seule des chaines qu’elles
ont elles-mêmes for­gées

et les cafards
se sont goin­frés du cadavre d’Elvis et la musique
clas­sique me fait pen­ser à une limace rose et je don­ne­rais
n’importe quoi ce soir pour une jolie fille avec un petit cul ser­ré dans un string rouge
ou bleu
ou noir,
et des yeux verts rem­plis de flammes qui diraient
l’amour c’est mou­rir
 

Sommaires