> Le Chiffre est blanc

Le Chiffre est blanc

Par | 2018-02-25T22:51:17+00:00 9 décembre 2012|Catégories : Blog|

 

La terre buvait len­te­ment        Ce que le ciel char­rie

   Le chiffre est blanc

 

Ici est là-bas : dans le miroir              ton bou­clier te parle si bas, il te pré­dit

Ce grand trou : la grande route

                                        Et l’éternel res­sac retour

 

  La nuit au seuil de grottes loin­taines         Rythme encore ta res­pi­ra­tion

 

 

 Prépare-toi à sen­tir l’espace se mul­ti­plier           L’ongle te touche avec sa         pierre

Entre les astres : ta course silen­cieuse

Les flèches sont nom­breuses

Au large des sillages qui déchirent

L’espace révèle d’impatientes res­sources        de pré­sence

 

Et tant de rides en ton pas­sage ins­crivent la déme­sure

L’intimité était l’abri

d’hier

                Pulpe du vivant

                                                Sur sa lèvre          encore       ma main se tend

      Et ce miracle d’être deux

       Respire la longue nuit

 

   Les sou­ve­nirs     Livrés à eux-mêmes     Apparaissent

    Dans un vide

   Situés d’éclairs colo­rés

 

 Le bruit de l’amour dès l’aurore

Oh, Notre nudi­té au même ins­tant

Ton ventre     où je me disais   et    je me tai­sais

Je saigne aux noms que tu m’as don­nés

 

     Sous le front… coule

    Cette quête du nom per­du

    De l’œil per­du

 

Je me sou­viens de m’être sou­ve­nue         Dans cette paume trop vaste

Tu étais par-des­sus mon visage

 

                 Les larges appels du vent, ventre fré­mis­sant, au milieu des cou­rants

                                                                                                 Des lignes sau­vages, presque folles, dansent

                                                                                               Ce qui se répète        Ce qui ne se répète pas

Enregistré à ton insu              Et redon­né

L’émotion : tou­jours pro­longe ton corps

                                                                                                                             Où le temps se défait :

le sou­ve­nir de l’ombre se fait

 

Ce soleil si intime

Ce que je connus        rem­plit tout mon œil  

                                                                                  et déborde :

Me troue au petit point où la mesure reprend

 

Petit matin plein
Dès les pre­miers regards
Je dor­mais dans tes yeux

 

Ce reflux : ouvre mon  oreille  et         j’écoute
à la pointe sèche des sou­ve­nirs tar­difs :
L’épée que je ne construis pas : Tue

 

Ma main recueille le plus pré­cieux
Plus pro­fond que le sou­ve­nir : ton œil
Plus large que tes four­rures : ta voix

                       

                                   Nous ne sommes pas sor­tis de cette lignée de meur­triers

 

                                                Cet inhu­main est mon plus intime :

Qui fut ce que j’ai vécus    En mon nid

                                                                                        le plus inté­rieur

     Depuis la pre­mière goutte de sang : Je sais

Notre corps est la porte

Lentes volutes insai­sis­sables       Mes mains déplient     Tant de sen­sa­tions

 

         Éclate L’animal épui­sé

 Ces bêtes pourpres      dans ta main

C’est de jaillir qu’il s’agit    dans la haute nuit

                Précipitée au plus pro­fond de ce qui brûle

 

Tes traces vont par sauts, cette insta­bi­li­té
Des cla­pets étroits s’ouvrent se referment
  et ta tête obs­cure Remonte au jour
Les ongles inutiles
Oreille    Goût  Toucher       et Vue 
Enregistrent En leurs rigueurs obtuses
non les choses, mais leurs connexions Viens à genoux
Rompre les cercles
Je vais dire
Je vais te dire
enfin
L’œil du vol encore neuf  plus avant
sur le matin

                                                                                            

Dans ma nudi­té verte et rapide

Tous mes sens

M’éveillent à l’Autre Versant

Ce saut m’épouvante

 Je ne peux le nom­mer

Quelle est la vitesse de l’obscurité ?

Qui taille cette sta­tue dans la nuit ?

 

Les peaux luisent   et   vibrent       

Tous ces endroits où    tu      me tou­chais

                                                    Tes mains arri­vaient vers moi

                                                                                          pleines

                                                                                                   et l’amour n’était pas le meilleur    
Le jour sur l’autre jour           trace encore, et

                                                Je suis devant mon cou­teau

                                                                                                            où la pierre   saigne   sans cesse

                                               Cette faille : entre deux mondes

                                               Ton visage revient et s’émousse

               Ces mondes enrou­lés  Blancs impré­cis

                                               Coquillages dont le son den­te­lé par­court où  je me déplace  

                                               L’immense passe dans mon corps

 

Hors de cette attache

la route rompt le pacte de qui joue le saut

D’où tout part, d’où tout arrive

étoiles à voix basse et dis­crètes  

La demeure est tou­jours nou­velle

 

Ronds Ronds : feu res­pi­ré à pleine bouche

Avant de fran­chir ton corps

                                                 mes peaux anciennes

                                                                                                                  appri­voisent encore notre crime

                 T’approcher, c’est ton geste

                                                                                  si près de mes yeux                         

où tes lèvres naissent sans cesse

J’accuse la len­teur des jours    Rives périlleuses et

                                                                                                                                            éloi­gnées    

                                                                                                                Je cherche les grottes    les bois

                                                                                          J’ai l’ombre plein la bouche    Tu fus aus­si le pre­mier visage de         l’amour

                       

Attends je viens…

J’écarte tous tes noms :

En tout le sang

aller au-delà des doigts pré­sents

Ta mémoire est ce qui ment

Habite en tes habits jetés : cours, à nu,

dans l’innombrable ins­tant

 

Quel peu d’acte :

         Fleuves à fleuves, forêts à forêts                       J’aurai un jour besoin des sou­ve­nirs  

                                                     Tu cries mon cœur entre tes mains

        Corne rousse, ani­mée par la trêve

ton odeur me recrée

Monte ta voix dési­rante                 Agriffée et remuante

Ta voix Pleine de chausse-trapes

Rien rien et les com­men­ce­ments sans fin

Sur toutes les pau­pières       Je n’ai plus peur 

                                             J’ai le ver­tige

 

Descends plus len­te­ment

Ta route tourne et tourne encore

À l’heure du rude, pas une fleur : ce com­bat

Strates vieilles, tout en toi se sou­lève

À toutes roues      Le cri est aux abysses

Vastes bouches où nour­rir l’innombrable pré­sent

 

                                   Tout se pré­ci­pite

                                   Cette danse où mes jambes vont et viennent

                                                                                    Je suis en ce mou­ve­ment

                                                                                    Je me penche                  en avant    en arrière

                                      Tu me fouilles

                                                               jusqu’à l’extrême épi­derme

                                       Au cru de l’énergie     Il n’y a plus de dis­tinc­tion

                                                   Dans ce trou     sans nom

                                                        Chaque cri        rôde        dans le gouffre

                                                                                                  où        rôde        aus­si le souffle

 

Courbes et nuits inces­santes

Là où tu ne vas que par peur

dan­sant     dans la chair pen­sante

L’absent te rap­pelle ta pré­sence

En ces trous Bouillonnant

ce n’est pas le même être qui se sou­vient

Cette étin­celle      Excède toute mesure

 

                                                     Yeux qui ne regardent plus

                                               Ton oreille aux cent plis     m’étire   

                                         Autant de forces qui vont   Sous nos formes vécues    

                                                                              Ton cœur m’expulse :

                                                                                                                Je me rejoins

Cette perte sèche :       les ponts sautent

Oubli plus épais que nos che­mins    

Tout est à recom­men­cer Tout était à recom­men­cer

 

Au-delà, c’est le grand espace

De grandes courses aériennes

 sans cesse renou­ve­lées

Les larges couches sèment      du vent

Tu gran­dis dans ton ombre    et    l’ombre aus­si gran­dit

Où nulle étoile ne perce

c’est à chaque fois un œil

inac­ces­sible

Où la dis­tance nous tient

la  vue    se retourne

                                   

                                   Ces mou­ve­ments d’eaux tra­ver­sées    pour aller   jusqu’à toi

                                                                                                                                 Chaque fois

                                               Est-ce ton cri ? encore ?

                                               Plus bas        sans appui       je vais plus       bas

                                                   L’espace s’ouvre sur une chute      encore

                                                    Cet amour ancien comme l’enfance 

     Où devient visible l’itinéraire     de mes ruines    

                                          Distances énormes puis fon­dues à toute vitesse

                                               La semaine der­nière ou qua­rante ans plus tôt

Toutes ces heures révo­lues        Me mènent à l’effacement

 

Cette voie  où passent tous tes périls

qui passe de voix en voix

Au ras du che­min qui inonde

pour recom­men­cer      d’aimer

Notre vraie tombe mange le temps

Là où s’interdit la sonde    Et nait len­te­ment

Ce qui s’oublie

 

À la bor­dure, je plie : Ma peau touche l’air d’une façon ines­pé­rée

 Chemin sans balise ni para­pet   Le rythme agit

            Entre l’intimité et l’immensité :

Ce que je ne pour­rai plus rame­ner au jour            Mon corps l’absorbe     en porte            

les           torches

                                                                                   à voix haute et

                                                                                                                                     hyp­no­tique

Profondément je m’accueille     

                                                          Là où je ne me retourne plus

 

Ces sur­faces    Affinées aux odeurs et aux mains

lorsque se trouve dis­traite ton atten­tion

Déroulent ta vie vers l’extérieur

Là où ton vol sus­pend ton nid

cette seconde dit :

Le vide Courbe le nu  Au nœud cru­cial

 

L’amour mis à nu et men­teur       De sa flèche la plus mati­nale 

des yeux touche le fleuve     sous tes pas

                                                         Ton bou­clier tombe

                      Tu retournes la roue              loin des grottes anciennes

                                                                                               Et tombe

                                       

                                      Dans la pul­vé­ri­sa­tion du miroir                      Qui sait de quoi hier

                                                                                                                                     sera fait

 

                                                      Tout brûle :

                                            Je m’étends dans ce que j’ai per­du

                                                      Je te quitte vue à vue     

                                                                         notre amour   

                                                                              l’oreiller où nos bai­sers

                                                                                           J’oublie nos por­traits où j’étais l’épreuve, ton cœur, les herbes folles, les enclos          

                                   Et je retiens ce qui s’ouvre pour ne pas reprendre la roue

 

Dans  cette expan­sion

Respire :

Ne sauve rien          laisse pour­rir, ger­mer

À la bouche des lumières       La roue rusée du rire reste sans effets

Au moment où tu t’effondres

nous te rajou­te­rons quelques mains

En devi­ne­ras-tu l’usage ?

             

Tout à l’heure, quand je com­pren­drai

Ce qui est détruit est détruit

Instant de l’instant : Je crie et apprends mon cri

Derrière mes yeux un peu éga­rés  

    La roue den­te­lée immense     reprend encore     reprend     

       À quelques secondes de toutes mes coques bri­sées

Souvenirs, oubli        tournent dans l’immobile

En ma gorge sou­dain pro­fonde une sorte de lan­gage vient

Je suis la foule       Vibrant du poids de tous ses bonds

À l’abri de son opa­ci­té

Les failles se ras­semblent pour abattre le mur

Je me penche       Givre à givre

Èclate l’amour sans dis­per­sion

Pierres vivantes      dans la grande enve­loppe             cour­bée

Le cercle s’est ouvert.