> Le cri

Le cri

Par |2018-10-19T05:35:35+00:00 19 mars 2016|Catégories : Blog|

Marcher        
Chercher le lieu où dépo­ser son cri

cet enfant non enfan­té

 

Marcher encore          por­ter le poids gra­vide d’une néces­si­té

Chercher où accou­cher de ce cri

au creux d’un arbre        à l’angle d’un champs              sous une pierre

là où le cri pour­ra ger­mer                     gran­dir

                                               Se connaitre soi même

 

 

Mais d’abord                                            fouiller  en soi

Pas prêt à mon­ter des entrailles

le cri

 

Pas prêt à se jeter à la gueule des  oui  de conven­tion, d’éducation, de tra­di­tion

 

 

Cri étouf­fé dans la gorge        inter­dit         deve­nu nodules de chair

Cri ligo­té par la peur de lui-même

 

 

Marcher encore       Monter  le sen­tier vers le cime­tière            Chercher

Peut-être creu­ser un trou

                        Y dépo­ser le cri qui n’ose pas l’oreille        ni le regard de l’autre

Il y a eu le cri non crié

à l’heure de la perte     de la mort      de l’abandon

de l’injustice       du déni

 

 

Non         pas ce cri

cri de plainte           de dou­leur vic­time

 

Fouiller sous les couches cen­su­rées  

    Cristallisées     Fossilisées

 

 Exhumer le cri

                                      sau­vage           indomp­té               irré­pres­sible

 

la part de liber­té intime     

 inalié­nable

celle qui ne tran­sige pas

La part de l’oiseau

à nul désir sai­sis­sable

Question de sur­vie

 

Terrible mise à nue           qui néces­site le secret

 

Cri enfer­mé  dans les tis­sus internes              encore muet

Et qui  se  pré­pare à éclore

Cri en arme         et  en amour

à l’heure où la bouche     décou­sue

s’apprête à lui  livrer  pas­sage

 

mais aujourd’hui

c’est trop tôt

demain peut-être ?

au lever du jour

 

 

 

 

 

 

« Echancrure » quelque chose qui se révèle (échan)

et qui aus­si­tôt se res­serre pour ne point trop mon­trer (crure) »

François Cheng 
 

 

Entre

C’est le blanc d’un espace  tra­ver­sé un jour de prin­temps

Mise en abîme à la bri­sure de l’églantier

Son pétale frois­sé

 

Entre-

                Lacer le désir à l’ombre com­plice

 

Entre-

                Bailler la chair du visible

 

 

Entre-

Couper l’attente d’un éclat solaire

 

Marcher

frois­se­ment d’herbe sèche

 

               

Il est dix heures

Le moment n’est pas encore venu

                de la plé­ni­tude du jour

                de la cha­leur blanche

qui débor­de­ra bien­tôt  la mar­mite du ciel

 

 

Entre

deux regards

bleus et aveugles

                               l’ouverture du souffle

                               égra­ti­gné à l’échancrure de la falaise

Entre-

d’eux 

                Tout ce qui échappe

                Refuse de se dire

 

Agacement de mouches

                Bourdonnement de voix sur la ter­rasse

                Bruit de cui­sine 

 

Entre

les lignes

l’oubli des mots         jetés aux monstres invi­sibles

 

 

Le regard vaga­bonde sur les ver­sants

fiè­vreux

en quête de

 

Mirage ébloui,

flo­rai­son spon­ta­née

Silhouettes à la ver­ti­cale de l’herbe

 

Lente avan­cée oni­rique

et puis

l’effacement

 

elles emportent sous leurs pas le vide du champs

 

À nou­veau l’attente

entre

 

Entre

deux mots

l’élan de l’écriture

Son désir en marche

Sa chute dans le

_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​rien

 

Tout se joue là

entre

ce  rien

      glauque  

épais                 sté­rile   

vain                                   poreux

 

 

Résister à l’envie de se lever              de fuir

de boire un café 

de mar­cher encore dans le champs

 

 

Se col­le­ter au dur de l’écriture

son refus

 

 

Presser le ventre    la gorge       les entrailles     la sur­face de la feuille

Presser les mémoires et les récoltes du jour

 

Presser l’instant pré­sent

                jusqu’à ce que le sang coule

                que la sur­face se fis­sure

                que les mots adviennent  –

                               même déviés de leur cible      mal­ha­biles     recou­verts de plas­ma

 

 

Rester

entre

où git le silence gra­vide

où s’origine l’élan

 

Joie peu­reuse

Bruissement de l’intime

 

 

 

 

 (Pentecôte 2014    les petits toits du monde    Atelier avec Jean de Breyne)

X