> Le dernier verre

Le dernier verre

Par |2018-08-15T17:25:12+00:00 20 mars 2017|Catégories : Blog|

 

 

Le der­nier verre, celui que l’on pro­pose du bout des lèvres, du coin des yeux. Le tout der­nier après de nom­breux autres, quand on n’a plus d’autre soif à étan­cher que celle de l’autre et de son corps encore étanche à notre désir pour lui. L’autre si proche et si lointain(e), trop vêtu(e) ou trop dévêtu(e), au grain de peau encore incon­nu à nos doigts, aux courbes  – vivants appels à nos caresses – qui nous sem­blèrent long­temps inac­ces­sibles. Le der­nier verre n’est même pas un sub­ter­fuge, un sor­ti­lège des­ti­né à endor­mir la vigi­lance des gar­diens devant et der­rière ses douves. Ce n’est ni plus ni moins qu’un lieu com­mun et celle qui l’accepte  sait par­fai­te­ment à quels tendres assauts elle s’expose. Le der­nier verre n’est jamais celui de l’eau miné­rale. Il n’est pas, non plus, rem­pli à ras-bord car on ne boit jamais jusqu’au bout l’alcool frui­té ou brû­lant qu’il recueille. Le der­nier verre sera cer­tai­ne­ment le der­nier à trai­ner sur la table basse du salon. Et le pre­mier, aus­si, que l’on aper­ce­vra le len­de­main matin, au sor­tir d’une nuit brève, sinon blanche. Cils qui collent aux pau­pières, tête lourdes et membres haras­sés par le frot­te­ment répé­té, exces­sif, avec les membres et la tête de l’autre. Le der­nier verre est le sésame de la pre­mière nuit.

 

 

 

 

X