> Le dispensaire, et autres poèmes

Le dispensaire, et autres poèmes

Par |2018-08-17T05:09:06+00:00 21 décembre 2016|Catégories : Blog|

Pour  Pierre K. Malouf

 

 

 

Le dis­pen­saire

 

 

 

Accroupi dans l’ombre pous­sié­reuse et ché­tive d’un épi­neux, il me prend la main.

Je ne vois pas ses yeux.

L’arbuste me semble hir­sute et comme plan­té là par hasard, au beau milieu de cette place  aux ombres colo­rées.

Nous  par­lons d’abord du désert, séduc­teur d’angoisses, de son charme insi­nuant.

Avant de sur­vo­ler mille ans d’histoire.

En quelques hauts faits, racon­tés sur le ton de l’ anec­dote.

II  me parle comme s’il avait tou­jours vécu à Byzance,  « sublime rem­part de la

chré­tien­té médié­vale » , ajoute-t-il dans un sou­rire.

Ému, comme un vieux prof auquel on aurait redon­né un audi­toire atten­tif.

Mais il faut abré­ger.

On nous attend.

Devant ce qui reste du  pauvre  dis­pen­saire.

Dans quel ciel est écrit : ce qui a  été détruit et qui pou­vait ser­vir, sera recons­ti­tué par des mains ano­nymes ?

 

 

 

***

 

 

 

Pour José Acquelin et Francine Alepin

 

 

 

Ciel ouvert

 

 

 

Je livre à ciel ouvert
une page de rêve
le bleu una­nime
et c’est tout
dire que dans l’azur
j’ai per­du mes repères

Oh ! les jolis métiers
du temps dont on se passe
les deux pieds sur la foudre
j’apprends à navi­guer

Le rire en poin­tillé
la machine à découdre
et les seins sau­tillés
(on se pous­sait du coude
on glous­sait pour un rien)

Hasard des caresses
ten­dresse du bra­sier
album ouvert
à la page  d’aimer

Les sou­ve­nirs de classe
au clas­seur à trier
2ème rang à droite
– arrête de bou­ger-
une ombre bien pei­gnée

Les plai­sirs de guerre lasse
moro­si­té des fées
et le fris­son des routes
la mai­son de pou­pée
où prendre un doigt de thé
amou­reu­se­ment infu­sé

L’instant qui fera date
alors que l’on vou­drait
appré­hen­sion du doute
mettre dans un écrin
les rai­sons d’oublier

 

 

 

***

 

 

 

Pour Gabor Szilasi et Doreen Lindsay

 

 

 

Landschaft mit regen
(Paysage sous la pluie)

 

   

 

               Précipice de rêve
              direc­te­ment sur fer  
              échec à célé­brer
              et ver­tu de l’écho
              ce ravis­se­ment incon­tour­nable
              com­men­çait à paraître
              dans le sang des géné­ra­tions

                                                                          refrain :  Bombe de plumes
                                                                              ron­gées par les insectes
                                                                              la mort assas­sine des pages blanches
                                                                              et se débar­rasse des restes

 

                À trop poser pour moi
               la nature a pris froid
             j’ai invi­té les anges
             pri­mi­tifs et nar­quois
              à souf­fler :
             appor­tez vos trom­pettes    mes amis
             vous en aurez besoin
             pour ama­douer les morts furieux
             cour­bés sur leur mon­ture

 

                                                                            refrain

 

             Le silence – inven­taire fas­ti­dieux
            d’un monde en soi – s’éloigne du miroir
               et s’oriente
            vers des abs­trac­tions écla­tantes

               

                                                                 refrain       

 

                Encore une fois
             on s’ouvrira les veines
             devant les portes closes
             les étoiles mar­tèlent la nuit
             trouvent refuge au cœur du récit
             avant le grand dépouille­ment des regards
             aucune illu­sion n’était aus­si par­faite

 

                                                                         refrain

 

 

 

***

 

 

 

Pour Tristan Malavoy et Pierre DesRuisseaux

                                     

 

 

Le train

 

 

 

Cette vani­té du train qui déroute
les pay­sages, pâleurs sans fin,
je l’aime. Et  les hommes
sont si petits qu’on les dirait
inof­fen­sifs.

Ciel au crible des feuilles
l’onde s’épuise à fré­mir.
Tu te réveilles. Tu joues
l’éclipse, natu­rel confon­dant.

Au mâte­reau, un fanion creuse
ses cou­leurs d’adieu.
Écrire à dis­tance
ras­sure l’écho flam­beur.

Et venue en recon­nais­sance
– il faut que je te voie –
la nuit chan­geante,
simple décor arsin,
apporte un peu de fré­né­sie
au mur sans ombre.

Si tu sais dis non,
ignore le reste :
pro­messes  du ravin
et palaces d’enfance ;
garde pour les amis
la beau­té du jar­din
où pro­me­ner le vent.

Cortège de pétales,
ton pré­nom, mon amour,
me rap­pelle une fête.
Roucoulaient des pigeons
d’argile. Sous la lune
à  paillettes, des morts
par sur­prise reve­nus
de mis­sion jalou­saient
les dan­seurs.

Et le train passe encore
et la nuit vient d’éclore
le train et sa tran­quille obs­ti­na­tion
à labou­rer le temps

On ver­ra bien si
ce des­tin irré­pro­chable
fera de nous
de vrais humains.

 

 

 

X