> LE QUATRIÈME

LE QUATRIÈME

Par | 2018-06-25T01:52:15+00:00 2 janvier 2014|Catégories : Blog|

 

Hier soir dans cette pièce ils étaient quatre,
à la table aux chaises dépa­reillées,
leurs souffles et leurs regards
com­po­saient une croix invi­sible,
ni assiettes, ni cou­verts,
aucun atlas, pas même un jeu de cartes
 — comme ça, ils étaient assis là, semble-t-il,
sans aucune rai­son capi­tale.

Parlaient-ils, se cha­maillaient-ils,
échan­geaient-ils des sou­ve­nirs de leur jeu­nesse
et d’autres expé­riences, à une table vide
 — quoi qu’il en soit leur réunion sem­blait
sans aucune rai­son capi­tale.

Mais, au matin, la nuit n’en res­ti­tua qu’un,
un cou­teau dans la poi­trine, dans une che­mise
tachée d’un sang aux diverses
nuances. Rien ne man­quait,
rien n’avait dis­pa­ru : un peu de mon­naie,
une chaîne en or, quelques pho­tos ;
une montre-bra­ce­let en argent
qui mar­chait encore, tout était en place,
tout, sauf la vie, le souffle, le cœur.

Où donc la nuit empor­ta-t-elle les trois autres,
il est vain de le deman­der. Sinon comme décor,
la nuit ne par­ti­cipe pas si sou­vent
aux drames des hommes. Sauf que, peut-être,
peut-être, une autre nuit, les a rejoints un nou­veau qua­trième,
qui sait, cette nuit-là aus­si, au matin, res­ti­tue­ra le qua­trième.

 

 

Traductions de  Liljana Huibner-Fuzellier & Raymond Fuzellier

X