> LE REVE DE LA MEMOIRE

LE REVE DE LA MEMOIRE

Par | 2018-02-25T22:49:51+00:00 21 décembre 2014|Catégories : Blog|

 

Tout comme tu as oublié la peur,
tu as oublié la joie.
                          Et tu dois
inven­ter une musique silen­cieuse,
à l'insu des autres,
pour retrou­ver les clés, les sou­liers,
et le nom des choses qui sont tiennes.
Mais nous reste-t-il alors quelque chose,
quand le cri s'habille du silence,
quand le fil uni de l'éclair se brise ?
Oui, attends, rêve une mémoire nou­velle
et délivre-là de l'ancienne, dans la boîte fer­mée
retrouve ton visage, ton vrai visage.
La mala­die, ter­ri­fiante comme les hommes,
ne peut détruire ce qui n'existe pas.

Que ton rêve s'abandonne au plus haut.
Que ton rire appri­voise la tris­tesse.
Que ta mémoire bri­sée se mette à mar­cher
sur une autre musique.

 

Traduction par Dominique Boudou, révi­sée par Elvire Gomez-Vidal

 

 

El suen᷉o de la memo­ria

 

Como se te ha olvi­da­do el mie­do,
se te ha olvi­da­do la ale­gría.
                                    Y tienes
que inven­tar una músi­ca cal­la­da,
sin que nadie lo sepa,
para encon­trar las llaves, los zapa­tos
y el nombre de las cosas que son tuyas.
¿ Pero nos que­da algu­na cosa entonces,
cuan­do se viste de silen­cio el gri­to,
cuan­do se rompe la uni­dad del rayo ?
Sí, espe­ra, suen᷉a una memo­ria nue­va,
sáca­la de la anti­gua, de la caja cer­ra­da
recu­pe­ra tu ros­tro, el ver­da­de­ro.
La enfer­me­dad, ter­rible como el hombre,
no puede des­truir lo que no existe.

Que tu suen᷉o se entregue a lo más alto.
Que tu risa conven­za a la tris­te­za.
Que tu memo­ria rota empiece a andar
con una músi­ca dis­tin­ta.