> Le rêve que je fis …

Le rêve que je fis …

Par | 2018-02-20T18:02:33+00:00 4 janvier 2015|Catégories : Blog|

 

 

Le rêve que je fis la veille du 58ème anni­ver­saire de mon père

 

Ma misère mon marin vaga­bond
Je ne pou­vais y croire
Toi et moi ensemble en voyage
Après toutes ces années
sur un train à grande vitesse

Mais tu des­cen­dis à cet arrêt
Prétextant un besoin de ciga­rettes
Pour ne jamais remon­ter

J'étais assise tout à l'avant du train
De là je pou­vais voir le conduc­teur
qui sem­blait ennuyé que je l'observe
Il avait un grand tigre du Bengale dans sa cabine
Il s'appuyait au flanc de l'animal
L'une de ses jambes repo­sait sur un banc
Couvert de peau de tigre jaune

Un jeune Marocain vint s'asseoir à mes côtés
De ses longs doigts trem­blants
Il tou­cha le col­lier que je por­tais
Je le reti­rai
Pour ne jamais le récu­pé­rer

Quelques perles ovales d'un bleu ciel
Quelques liens d'or fins
Un bout de cor­don de cuir noir
Un bout de lacet bleu pas­sé
Un gros camée ancien
Il aimait cet assem­blage de misères

Je dis : "Je vais te le don­ner
A condi­tion de gar­der le camée."
Il hocha la tête

Je reti­rai le camée de corail cra­moi­si
J'en ouvris le cœur pour lui mon­trer l'intérieur
Il sem­blait  usé, taché
Il hocha la tête

Une jeune Marocaine vint par­ler rapi­de­ment au gar­çon
Il tira un gros et lourd bra­ce­let de bronze de son sac
Et ne l'y remit jamais
Il sem­blait aus­si large qu'une boîte à pilules indienne
Orné de petites perles rouges
Il cla­qua autour de mon poi­gnet
Comme une armure

Sa mère vit mon alliance
Briller dans un per­fide rayon de soleil
Elle rou­la des yeux et pous­sant un hur­le­ment stri­dent
Elle s'enfuit et ne revint jamais

Je deman­dai au gar­çon :  "Où est ta place ?"
Il dit : "Tout à l'arrière du train";
Je l'y sui­vis
Et ne retour­nai jamais à ma place.

Il n'y avait pas de sièges confor­tables comme à l'avant
Rien que de larges bancs d'écolier
Avec des encriers ren­ver­sés qui rou­laient des­sus
De petits sièges en bois tout autour
Soudain il dit ; “C'est mieux que le sexe
Etudier, c'est mieux que le sexe."
Je hochai la tête.

 

 

Traduit de l'anglais par Marilyne Bertoncini, avec l'aide de l'auteur.

Sommaires