> Les chemins de feu

Les chemins de feu

Par |2018-11-18T09:32:03+00:00 19 juillet 2013|Catégories : Blog|

 

Ile
Sang à mêler sur les ver­sants des récifs
Et le souffle des filaos
Là, sous la fièvre du séga
Ondoient les reins comme une danse
D’algues
C’est l’instant magique
Quand les belles créoles mar­tèlent le sable
Qui réveille les par­fums cap­tifs
Leurs jambes aux lignes de noix de coco
Instruisent la courbe du ponant
Leur sou­rire en camaïeu
Amollit les plis des coquilles
J’ai deman­dé à naître
Mêlés en mon sang
La saga­ci­té du bala­fon
La lan­gueur du sitar
Le ber­ce­ment du biniou
Ce soir la jac­tance
Des filaos des­sine
Une incan­des­cente vision
…Noire est la brousse de Masinga
Qui exhale sur les muguets fau­chés
Des hommes tirés entas­sés à fond de cale
Pour une île incon­nue
Rouge est le soleil de la muti­ne­rie
Sur les mai­sons incen­diées et les plaines
Loin des sepoys fuient
Femmes et enfants des­cen­dant Bénarès
Le regard plus droit que les filaos
Posé sur Mirich Desh
Au sous-bas de pierres d’or
Bleu est le rêve des aven­tu­riers
Scrutant d’une rade de Lorient
La conquête des amours
En apprêt de rave­na­las et de véty­ver
La petite France loin­taine
Au coeur de kes­trel
Le rythme du séga prend l’accent du res­sac
Dans les jambes des dan­seuses
S’accordent le bala­fon le sitar le biniou
C’est ma nais­sance immor­ta­li­sée
Dans l’ondoiement des reins
À marée per­due
Les belles créoles mar­tèlent et libèrent
Le sang des effluves
Sur les che­mins de feu
Masinga, Bénarès, Lorient
L’épopée a cou­leur de sable
Sous des palmes éche­ve­lées.

 

 

Rêves en fugue, paru l'année der­nière aux Editions Panafrika /​ Silex (Dakar).
 

X