> Les Éperons d’Éden (extraits)

Les Éperons d’Éden (extraits)

Par |2018-10-15T15:02:57+00:00 7 septembre 2014|Catégories : Blog|

 

C’est sûr,
il ne bouge plus.

Ses yeux
sont un fes­tin d’agates

qui butinent
les ténèbres

— C’est pour nous dire
les façons des confins.

 

***

 

Il y eut l’éclosion
des volets,

Les pre­miers heurts,
ecchy­moses de l’Éden.

Des voi­tures se cachaient
dans la vitesse.

Tu gisais là,
dans ton abîme som­nam­bule,

Même pas comp­table
de la ver­ro­te­rie de tes yeux morts.

 

***

C’est encom­brant
ton corps,

Quelque peu
inso­lite.

Ça papote
assez mal.

Dans la cam­pagne
que tu aimais

l’aube a pris
le che­min des char­mil­les.

Ce n’est que ça,
la mort :

Strip – tease
et lampe vir­tuose.

 

***

 

C’est dif­fi­cile
de t’habiller.

Surtout
la che­mise.

Mais ça orne
l’attente.

On appel­le­ra ça
le rituel des lisières.

On parle à ton indé­cent voyage,
on attend les cra­cheurs de feu.

 

***

 

Tu ne m’as pas appris
à gran­dir

Malgré l’enfance
bro­dée de lait et d’art,

Mais la rage ravis­sante
et la beau­té, déto­na­teur des mondes.

Tes livres, voyeurs magni­fiques,
gibou­lées, extases,

Consacrent
somp­tueux inutile.

Dans leurs pages
s’affrontent des rivières,

Par vapeurs
et ombres chi­noises.

Tes rares bai­sers, mon père,
tout le magot des brumes.

 

(Poèmes extraits de Les Éperons d’Éden, Les Hommes sans Épaules édi­tions, 2014)
 

X