> LES INNOCENTS

LES INNOCENTS

Par |2018-08-15T22:36:19+00:00 1 novembre 2013|Catégories : Blog|

 

Les inno­cents ont les mains vides
Et propres
Les inno­cents je ne sais pas
Pourquoi per­sonne
Ne les secoue
J’aimerais t’y voir
Prendre l’habit
Qu’ils portent
Il n’y a rien de pire
Rien de plus dou­lou­reux
Que de ne rien sen­tir
Savoir fer­mer les yeux

Les inno­cents ont les mains douces
Et lisses
Tous les matins ils débou­tonnent
Leurs man­teaux de plumes de canards
Où tous les mal­heurs glissent
Si je pou­vais leur battre les reins
Décapsuler tym­pans et pau­pières
Les inno­cents ne savent pas
Ce que ça signi­fient
Les beaux len­de­mains
Eux qui n’ont pas connu
Hier
Et aujourd’hui

Et aujourd’hui quelqu’un
Avec des mains plus sales que les tiennes
Avec des oreilles qui ont enten­du
Des choses dont les inno­cents
Jamais ne se sou­viennent
Aujourd’hui des petites paluches
Qui se fichent bien de connaître
Le début de l’histoire
Le héros le hap­py end
Des ongles noirs de gara­giste
Le majeur qui se lève
Et ses copains qui s’épuisent
Pour qu’enfin tu les tiennes

Les inno­cents
Je m’en lave les moufles
Ces gens là ne savent pas
Ils n’imaginent pas
Ce que c’est que d’avoir de la peine
De la grande peine, de l’immense cha­grin
Plus épais que ton sque­lette, plus large que tes pan­toufles
Les inno­cents sont des gens
Qui ne viennent jamais à ta res­cousse
Et pour­tant,
Ce n’est pas du béton
Ce n’est pas un mau­vais sang
Qui t’écrit des poèmes
C’est des mains qui sont là
Pour réchauf­fer les tiennes
Pour ral­lu­mer le feu
Approche toi, serre toi
Oublie un peu

Les inno­cents ce sont des imbé­ciles
Qui ne se brûlent pas.

X