> L’été sur les terrasses

L’été sur les terrasses

Par | 2018-02-19T05:18:39+00:00 24 novembre 2012|Catégories : Blog|

 

Parler depuis la mort, sans porte-voix
sup­pose un entraî­ne­ment de tous les ins­tants
inau­gu­ré dès le pre­mier regard.
C’est de sa propre des­truc­tion que l’être s’édifie
tenu en res­pect par les appa­ri­teurs mus­clés de la durée
et la féro­ci­té pom­peuse des mythes.
La vie est salis­sante en dépit des enzymes
glou­tons qui seuls connaissent
la véri­té sur Dieu : hypo­thèse d’insecte
pro­je­tant sur une feuille de menthe assoif­fée
sa souf­france à facettes.
Quant à l’humanité, espèce son­nante et tré­bu­chante
         au cours sur­éva­lué,
Métisse d’ici-bas et d’au-delà, sang mêlé,
qu’elle fasse l’amour à midi, l’été sur les ter­rasses
avec le risque conta­gieux d’engendrer une fois de plus
          le néant
sans feu ni dieu, dans l’immuable et le fuyant
puisque sous chaque peau limi­trophe du temps
cir­cule, sève aride, âme pré­da­trice des corps,
l’insoutenable fécon­di­té de la mort.

Sommaires