> Light in Southampton

Light in Southampton

Par |2018-08-21T16:29:29+00:00 4 août 2013|Catégories : Blog|

 

It comes, comes color­less.
Like a fea­the­ry crest above
the sand dune walls.
In the wind embrace, 
you mul­ti­ply over
the gra­nite waves.
Changing
you always stay
the same. Scentless,
you are the dis­tance close
at hand like
the moon.
It comes, comes, breath­less.
Over the plump pebbles, it tur­ned
into a foam,
became porous. It comes,
comes, bodi­less, it pene­trates
the wet­ness of your eye. I make it
cry, tear­less, hol­ding on to you with
my eye­lashes ; you war­med the dry­ness of
thorns that like a ball spin on
the sand not kno­wing where
to turn.
It comes, comes,
effort­less, it sof­tens the stone.
You spread through the palm which
becomes trans­pa­rent while
rea­ching for you, stret­ching up
to you, beco­ming
one with you, with
you only.
It comes,
comes, weight­less. You
move me. It is time to
go away.

 

 

La Lumière à Southampton

 

Elle arrive, arrive en sa blan­cheur
Comme la crête pana­chée des vagues
au-des­sus des dunes qui se dressent comme des murs.
Dans l’étreinte du vent,
tu te mul­ti­plies au-des­sus
des vagues cou­leur de gra­nit.

Changeante
tu restes tou­jours
la même. Sans odeur
tu es la dis­tance à por­tée
de main comme
la lune.
Elle arrive, arrive, essouf­flée.
Inondant les ronds cailloux, elle s’est trans­for­mée
en écume,
devient poreuse.  Elle arrive,
arrive, incor­po­relle, elle pénètre
l’humidité de ton oeil. Je la fais
pleu­rer, sans larmes, t’embrassant avec
mes cils ; tu as réchauf­fé la sèche­resse
des épines qui comme une balle roulent
sur le sable sans savoir où se tour­ner.

Elle arrive, arrive,
sans aucun effort, elle adou­cit la pierre.
Tu t’épanouis à tra­vers la paume qui
devient trans­pa­rente tout en
te cher­chant, s’élevant vers
toi, se réunis­sant
avec toi, avec
toi seul.
Elle arrive,
arrive, toute légère. Je te trouve
èmou­vant. Il est temps que
je m’en aille.

X