> Lo passejaire de Cuzco

Lo passejaire de Cuzco

Par | 2018-02-19T05:21:43+00:00 26 février 2014|Catégories : Blog|

 

Lei pèi­ras que t’an vist pas­sar
An pas ser­vat ni lo rebat
Ni lo res­son de tei com­bats.
L’autura t’aviá alas­sat.

Ton doble amont es demo­rat.
As l’èime entre quatre Cantons
Lo lum freg, tren­cat a quar­tons,
Dins leis auras l’as anco­rat.

Sacsayhuaman d’Ataualpà,
Atlantida ver­da de sang,
Dempuei qu’anèron s’ajaçant,
Lei solèus, se reco­neis pas.

Mas ta man sàpia des­triar
La tòca que dins son pan­tais
L’orfanèu afus­ta a bèu talh
Per son pòble des­pa­triat.

 

 

 

Le pas­sant de Cuzco
 

Les pierres qui t’ont vu pas­ser
N’ont pas conser­vé les échos
Ni les reflets de tes com­bats.
L’air si haut a fon­du ta chair.

Ton double ? Il est res­té là-haut,
L’esprit pen­du aux quatre coins,
Et la lumière écar­te­lée,
Tu l’as amar­rée dans le vent.

Sacsayhuaman d’Atahualpa,
Atlandide verte de sang,
Depuis le temps que les soleils
dorment, ne se recon­naît pas.

Mais que ton bras sache trou­ver
La cible que dans son esprit
L’orphelin vise pour ven­ger
Son peuple pri­vé de patrie.

Sommaires