> L’odalisque

L’odalisque

Par |2018-11-19T01:57:24+00:00 10 avril 2014|Catégories : Blog|

 

                 Elle était biche, elle était faon,
                 Elle était du Caucase la plus belle des enfants,
                 Ses yeux de miel pur et son corps ravis­sant
                 Chantaient la joie du monde et des matins ardents.

                 Les lilas autour d’elle dis­pen­saient l’harmonie,
                 Ombrant ses cils blonds de rêves indé­fi­nis,
                 Et sur sa face tendre deux fos­settes alan­guies
                 Esquissaient le sou­rire de l’amour endor­mi.

                 Les anges en la voyant jetèrent leur auréole,
                 Et sur ses treize ans veillèrent à tout de rôle,
                 Mais la lune s’alluma telle une giran­dole,
                 Parant d’un blanc halo cette gra­cieuse obole.

                 Au galop d’un pur sang le des­tin a bon­di,
                 Un seul geste des mains et tout  fut accom­pli,
                 Sur le vais­seau des brumes une voix a gémi :
                 « Adieu ma mauve terre, Adieu ma Circassie. »

                 Les caïques glis­saient sur les eaux du Bosphore
                 Et les dômes se tein­taient du rose de l’aurore,
                 Istanbul sur­gis­sait en caf­tan bleu et or
                 Et l’ombre de Soliman han­tait la Corne d’or.

                 Au mar­ché des esclaves de l’argent fut ten­du,
                 Et sous un nom d’emprunt une âme fut ven­due,
                 Aux fon­taines du palais une colombe appa­rut,
                 On enter­ra ses ailes sous un marbre déchu.

                 Elle était biche, elle était faon,
                 Elle devint la gazelle du lion otto­man,
                 On édi­fia pour elle une cage d’argent,
                 Elle y mira son cœur et ses secrets tour­ments.

                 Les perles furent jalouses  des nacres de son front
                 Et les pâles sul­tanes per­dirent leur séduc­tion,
                 Les lou­koums apai­sèrent sa soif de rébel­lion
                 Et les der­viches tour­neurs mimèrent sa pas­sion.
                                                     
                 Le temps noua ses jours à l’ambre de ses tresses
                 Et les ans dédai­gnèrent de fleu­rir sa jeu­nesse,
                 Le Sultan à pré­sent convoi­tait une Tcherkesse,
                 Finies la brève romance et l’illusoire ivresse.

                 Le songe ne vogue­ra plus à l’unisson des heures,
                 Sur la galère des ombres il rame vers l’horreur,
                 Car l’elfe du Caucase dépé­rit de lan­gueur,
                 Le miel de ses yeux purs a fon­du de dou­leur.

                 Elle était la gazelle du lion otto­man,
                 Elle devint l’odalisque d’un harem d’Orient,
                 Ses fos­settes enivrantes et son corps ravis­sant
                 Sombrèrent dans la nuit de l’oubli incons­cient.

 

                                        Poème extrait d’Alchimie     
 

X