> L’offrande à la nature

L’offrande à la nature

Par |2018-08-16T10:49:30+00:00 15 juillet 2012|Catégories : Blog|

 

Nature au cœur pro­fond sur qui les cieux reposent,
Nul n’aura comme moi si chau­de­ment aimé
La lumière des jours et la dou­ceur des choses,
L’eau lui­sante et la terre où la vie a ger­mé.

La forêt, les étangs et les plaines fécondes
Ont plus tou­ché mes yeux que les regards humains,
Je me suis appuyée à la beau­té du monde
Et j’ai tenu l’odeur des sai­sons dans mes mains.

J’ai por­té vos soleils ain­si qu’une cou­ronne
Sur mon front plein d’orgueil et de sim­pli­ci­té,
Mes jeux ont éga­lé les tra­vaux de l’automne
Et j’ai pleu­ré d’amour aux bras de vos étés.

Je suis venue à vous sans peur et sans pru­dence
Vous don­nant ma rai­son pour le bien et le mal,
Ayant pour toute joie et toute connais­sance
Votre âme impé­tueuse aux ruses d’animal.

Comme une fleur ouverte où logent les abeilles
Ma vie a répan­du des par­fums et des chants,
Et mon cœur mati­neux est comme une cor­beille
Qui vous offre du lierre et des rameaux pen­chants.

Soumise ain­si que l’onde où l’arbre se reflète
J’ai connu les dési­rs qui brûlent dans vos soirs
Et qui font naître au cœur des hommes et des bêtes
La belle impa­tience et le divin vou­loir.

Je vous tiens toute vive entre mes bras, Nature,
Ah ! faut-il que mes yeux s’emplissent d’ombre un jour,
Et que j’aille au pays sans vent et sans ver­dure
Que ne visitent pas la lumière et l’amour…
 

X