> L’or noir

L’or noir

Par | 2018-05-26T23:31:16+00:00 5 mai 2013|Catégories : Blog|

 

 

Qui cherche l’or sème la mort.

Parmi arbres et fleuves morts
résonne, humi­liée, la voix du pay­san,
de l’homme qui a vécu
oublié par­mi branches et fleuves.

Qui cherche l’or sème la mort.

La balle mor­telle résonne
dans la poi­trine de l’homme et sa misère.
La forêt est meur­trie
entou­rant de son souffle
le cadavre sur le che­min.

Qui cherche l’or sème la mort.

Le fleuve résonne, bruyant et dur :
c’est une plainte qui l’emporte vers la mer.
Les arbres résonnent, ron­gés d’amertume :
ce sont des oiseaux qui, ter­ri­fiés, cherchent une plume,
ou s’en arrachent quelques-unes
pour soi­gner la bles­sure d’un homme
qui est mort pour défendre leurs nids.

Qui cherche l’or sème la mort.

Les che­mins résonnent
déjà cou­verts de flaques et de sang.
Et les entrailles de la terre
secouent les fleuves, les mon­tagnes et les mers.
Les feuilles des arbres si vieux tombent :
ce sont de lourdes larmes
que la terre ne peut pas ver­ser.

Qui cherche l’or sème la mort.

Les che­mins sont anéan­tis
ceux que l’homme cri­blé de balles a construits.
Un cadavre engendre un arbre
et un arbre un homme
pour semer la paix sur le che­min
et pro­té­ger sous la mal­heu­reuse pluie
la vie des oiseaux sans nid.

Qui cherche la paix cherche la voie.

 

 

 

Traduit de l’espagnol (Pérou) par Max Alhau
 

X