> Luc Richir

Luc Richir

Par |2018-08-17T19:38:29+00:00 27 septembre 2014|Catégories : Blog|

Né en 1949 à Charleroi, Belgique. Études de phi­lo­so­phie à l'Université Libre de Bruxelles. Devient dis­ciple de Max Loreau, auteur, entre autres, du Catalogue rai­son­né de l'œuvre de Jean Dubuffet. Fonde avec son frère Marc la revue Textures. Mai 68. Licencié par l'Université au bout des quatre années d'ennui régle­men­taires. Son diplôme lui donne accès à l'enseignement secon­daire. Se lie d'amitié avec Christian Dotremont. Projet de livre sur Cobra. Au bout de trois ans de galère pro­fes­so­rale, il envoie din­guer bou­lot, épouse et chien, et se lance, comme on dit, dans la vie. Évidemment sans filets. Il vou­drait deve­nir peintre. L'entreprise échoue, en par­tie grâce à l'incurie d'un copain gale­riste, Marcel Paquet. Il se retrouve en Mauritanie, où il enseigne fran­çais et phi­lo. Rapatriement sani­taire (hépa­tite B). Se fait enga­ger par la Confédération Mondiale du Travail. Il découvre ain­si : 1°) le tra­vail de dés­in­for­ma­tion sys­té­ma­tique mené par les médias ; 2°) la misère, l'abjection aux­quelles on condamne les deux tiers du monde. Possibilité de faire car­rière dans le domaine syn­di­cal. Mais, depuis 1974, il s'est trou­vé une voca­tion : la psy­cha­na­lyse. Tout sera désor­mais consa­cré à cet objec­tif. Emplois diver­se­ment rému­né­rés dans des lieux plus ou moins car­cé­raux où l'on est cen­sé accueillir les nau­fra­gés de l'âme, adultes ou enfants. Naissance d'un fils. Devient pro­fes­seur de lit­té­ra­ture contem­po­raine, puis de phi­lo­so­phie, à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. C'est là qu'il fait la connais­sance de Lucien Massaert, avec qui il fonde la revue d'esthétique La part de l'œil. Auteur d’un ouvrage qu’il juge fon­da­men­tal, tou­jours pas dif­fu­sé à ce jour : L’erreur de Cook, consa­cré au don selon Marcel Mauss, ain­si qu’aux « erreurs » dont sont res­pon­sables les grandes têtes molles de notre époque. 

X