> Marie-Josée Desvignes

Marie-Josée Desvignes

Par | 2018-02-20T06:21:20+00:00 4 mai 2016|Catégories : Blog|

"J’alterne depuis une dou­zaine d'années, écri­ture d’essai et écri­ture de fic­tion, avec tou­jours la poé­sie dans les marges ou en son sein pour me tenir en équi­libre entre illu­sion et réa­li­té, en équi­libre dans cet entre-deux-mondes. Mes pre­miers poèmes ont été publiés dans de nom­breuses revues dès les années 2000 (Arpa, Décharge, Encres Vagabondes, Poésie pre­mière, Gros textes, Friches, Filigranes, Lieux d'être …)  Après un long silence de quelques dix ans, d'autres poèmes sont à paraître (Pan Poétique des muses, Poésie Première, Recours au poème…)  ain­si qu'un pre­mier recueil  en 2013, chez Cardère Editeur (Requiem,(tex­tament) : récit d'une chute, ten­ta­tive pour décryp­ter un réel, une vibra­tion, une ten­sion pou­vant tra­duire l'urgence agres­sive de la prise de parole), (bourse d'encouragement du CNL 2003).

De l'ombre à la lumière (à paraître) retrace une tra­jec­toire, celle de l'intranquillité à la grâce. C'est une tra­ver­sée, de l'absence d'amour à la renais­sance,  de la mort à la vie. Ce recueil témoigne de ces rele­vailles et atteste de ce que, je n'écris pas parce que j'ai per­du des êtres chers (tra­hi­sons ou pertes phy­siques) mais bien plu­tôt que je les ai per­dus peut-être, pour pou­voir écrire. 

Habiter en poète c'est vivre ce monde sans l'habiter com­plè­te­ment, c'est rap­pe­ler à soi la joie.

Comme disait Jules Supervielle : «  Je m’essaie à faire une ligne droite avec une ou plu­sieurs lignes bri­sées. »"

Sommaires