> Mélancolie

Mélancolie

Par | 2018-02-25T06:59:15+00:00 28 février 2015|Catégories : Blog|

 

Quand il a vu avec quelle faci­li­té
et hâte
elle était par­tie
il a com­pris ce que c’est d’être jeune :
pou­voir par­tir n’importe quand
de quelque part
et de chez quelqu’un.
Il a com­pris aus­si que vers ses soixante-dix ans
il pren­dra sa pro­thèse den­taire
et s’en ira.

Et quelle mélan­co­lie
peut-on com­pa­rer
avec celle de la consta­ta­tion
que l’affection
ne peut pas tou­cher
un autre homme concret
mais seule­ment des vagues de chair,
des cuisses en mélange,
et même que des creux ?

Mélancolie

Par | 2018-02-25T06:59:15+00:00 13 juillet 2013|Catégories : Blog|

 

C’est presque sans dou­leur
comme la soli­tude
comme le par­fum de che­veux blonds lavés de frais
humé par hasard en pas­sant
les éphé­mères meurent à la file
jusqu’à ce que l’un d’eux
sur­vive jusqu’au matin
alors ils dis­pa­raissent
un jour je te par­le­rai
des cou­ronnes de fleurs séchées
que nous lais­sions
sur les bou­leaux
per­dus dans le brouillard
au bord de che­mins boueux au fin fond des cam­pagnes
je te par­le­rai d’une fille
dont les mains tremblent sous la pluie
pen­dant sept longues années
j’ai cher­ché ma sœur
et un après-midi je l’ai trou­vée
der­rière la pre­mière ran­gée de livres
de bota­nique
elle avait une voix métal­lique
ava­lait jetons
joints
cho­co­lat
on ne s’est jamais connus
elle dor­mait dans une écale de noix
disait que les conver­sa­tions
ne sont que de longs adieux
sou­vent elle entrait dans ma chambre
et cares­sait mes che­veux
jusqu’à ce qu’ils deviennent pous­sière
mains qui tremblent
sous la pluie

 

Traduit par Christine Chalhoub, décembre 2012

 

Melancholy

 

It’s near­ly pain­less
like soli­tude
like the scent of blond just-washed hair
caught by chance in pas­sing
May flies die
until one
sur­vives till the mor­ning
and then they vanish
one day I’ll tell you
about the wreaths of dried flo­wers
we left on eve­ry birch tree lost in the fog
on the mud­dy path somew­here in the vil­lages
about the girl whose hands tremble in the rain
for seven long years
I sear­ched for my sis­ter
and found her one after­noon
behind the first row of books on herbs
her voice was metal­lic
she swal­lo­wed tokens
and joints with cho­co­late
we’d never met
she slept inside the wal­nut shell
and used to say conver­sa­tions were     
just long good­byes
often she’d enter my room
and touch my hair until
it tur­ned to dust
into hands that tremble
in the rain

 

 

Melanholija

 

Skoro da je bez­bol­no
kao samoća
kao miris plave tek oprane kose
sluča­j­no uhvaćen u pro­la­zu
vode­ni cve­to­vi umi­ru
sve dok jedan ne
doži­vi jutro
a onda nes­ta­nu
pričaću ti jed­nom
o ven­ci­ma sasuše­nog cveća
koje smo ostavl­ja­li
na sva­ku bre­zu
izgu­bl­je­nu u magli
na blatn­ja­vom dru­mu negde u seli­ma
o devo­j­ci čije ruke drhte na kiši
sedam dugih godi­na
tražio sam ses­tru
i našao je jed­nog popod­ne­va
iza prvog reda knji­ga
o bilj­ka­ma
glas joj je bio meta­lan
guta­la je žetone
i džointe
sa čoko­la­dom
nika­da se nis­mo upoz­na­li
spa­va­la je u ljus­ci kes­te­na
i govo­ri­la da su raz­go­vo­ri
samo dugi oproš­ta­ji
zna­la je čes­to da uđe u moju sobu
i dodi­ruje mi kosu dok se
ne pret­vo­ri u prah
u ruke koje drhte
na kiši