> Mes petites morts (extraits)

Mes petites morts (extraits)

Par |2018-10-22T10:26:42+00:00 13 juillet 2014|Catégories : Blog|

 

                            extraits : « Mes petites morts »  en hom­mage à Jankélévitch.

 

    Mes petites morts
                     elles chantent
                    incan­des­centes
                    leur clô­ture est inau­dible.

 

***

 

 

Une vie comme ça
sau­vée à chaque minute
sur une faille lumi­neuse cap­tée à la volée.

 

***

 

 

L'oeil part avec le voyage

devant l'obstacle
on ne dérange pas  les morts
on conti­nue
dans la lon­gueur « qui excède nos limites ».

 

 

     ***

 

                  Empiètements

                                        pour ne pas lâcher prise
                                      et sau­ver la durée
                                     jusqu'à sai­sir le pur rayon­ne­ment
                                    avant qu'il soit matière.

 

***

 

                        Trop plein du jour
                                  tout pour­rait res­ter là
                                  dans l'engouement
                                              à vivre
                              trop de sang
                               trop d'orgueil
                               aux mains char­gées d'anneaux et de har­nais

le soleil éblouit
perce la per­ma­nence
la durée se sou­lève à l'élan décla­ré.

 

***

 

 

La mort ne  s'ébruite plus
             elle a engor­gé le jour
             on la couvre de fleurs.

 

 

***

 

Les trains étaient bon­dés

son sou­rire fen­du
sai­gnant au coin des lèvres
nous lais­sait plus meur­tris
que l'adieu de sa main .

 

 

***

 

 

Les veines tracent en silence le par­cours du reclus

filet sinueux
plus vio­let que l'encre du poème
qui se gonfle secrè­te­ment ser­ré

puis se perd à l'insu des petits plis de peau
pour renaître en saillie
dans une résur­gence.

 

***

 

Le pied se déporte
           l'escarpement
           est
           tel
           que la res­pi­ra­tion
           reste
seule pré­vaut la loi de la pesan­teur

le poids de tout le corps se tient sur le qui-vive

la pierre roule
résonne contre les hau­teurs du gouffre
            ici
            c'est le pied
            qui appelle un sup­port
            l'écho
            fait entendre le vide
            pris dans le pay­sage.

 

 

***

 

 

Jour  blanc

à suivre la neige tom­ber
on reste sus­pen­du aux laisses de silence
l'oeil papillone jusqu'au ver­tige
le fond du ciel se perd
la vie tremble au soir gla­cé

la peau
          fri­leuse
          se glisse
          dans les draps blancs
          se plisse
          et len­te­ment se fend

           sans dou­leur.

     

***

 

        à    Abbas   Kariosthami pour «  Le goût de la cerise »

 

 

Le  der­nier jour fixé
s'allonger sur la terre creu­sée
tout le ciel dans les yeux

grand ouverts

immen­sé­ment

à boire par gor­gée

jusqu'à ce qu'un pas­seur tienne la déli­vrance

quelques  poi­gnées  de terre
arra­chées au très-bas
lan­cées sur ce corps allon­gé aux routes de pous­sière.

 

X