> Michèle Gautard

Michèle Gautard

Par | 2018-02-22T04:03:44+00:00 10 août 2013|Catégories : Blog|

Michèle Gautard fait ses débuts à la pro­duc­tion de l’Institut National de l’Audiovisuel dans les années 1980. Elle suit en paral­lèle des études uni­ver­si­taires de lit­té­ra­ture bri­tan­nique et amé­ri­caine à l’Institut d’Anglais Charles V (Paris VII).

En 1993, elle devient Responsable du Développement International à la Direction des Programmes de Création et de Recherche de l’INA. Elle y accom­pagne les réa­li­sa­teurs et auteurs de docu­men­taires auprès des chaînes de télé­vi­sion inter­na­tio­nales. Elle pour­suit cette mis­sion en pré­sen­tant leurs films dans les fes­ti­vals du monde entier.

Depuis de longues années, elle s’est enga­gée dans un tra­vail théâ­tral mais sur­tout roma­nesque, fon­dé en par­tie sur l’écriture de car­nets dans les­quels elle déve­loppe non seule­ment une réflexion sur l’être et l’intime, mais aus­si des prises de vues inté­rieures issues de ses nom­breux voyages. En marge, elle enre­gistre au dic­ta­phone des textes qui ques­tionnent l’improvisation.

En 2006, « L’âme de fond », son pre­mier roman.

En 2007, elle passe de l’écriture hori­zon­tale linéaire à l’écriture ver­ti­cale poé­tique. C’est ain­si que nait son pre­mier recueil « Au bord des choses ». Il a été tra­duit en alle­mand par Rüdiger Fischer sous le titre « Am Rand der Dinge », en ita­lien par Enzo Pelli « Sul bor­do delle cose » et en anglais par elle-même « On the edge of things ».

En mars 2011, elle est invi­tée à lire ses poèmes à l’Institut Français de Berlin à l’occasion de la nuit de la poé­sie.

Juillet 2011, une œuvre entre prose et poé­sie « Encore un jour, l’éternité » tra­duite en alle­mand par Rüdiger Fischer sous le titre « Noch ein Tag vor der Ewigkeit ».

Janvier 2012, publi­ca­tion de sa poé­sie dans « Le Journal des Poètes » édi­té par la Maison inter­na­tio­nale de la Poésie – Arthur Haulot à Bruxelles.

Mars 2012, son second roman « Le goût de l’autre ».

Août 2012, « Elles » un roman en vers libres. 

Sommaires