> Mishima

Mishima

Par | 2018-05-25T22:28:47+00:00 7 avril 2012|Catégories : Blog|

D’un soir à l’autre, la mère lirait
« Le codex des arts mar­tiaux des samou­raïs » :
chaque nou­veau matin, blan­cheur du corps
que découvre
la fente du kimo­no noir –
le bout de la lame doit péné­trer
au plus pro­fond.

Comme une peau fami­lière tou­jours
prête pour le sep­pu­ku,
se com­porte avec les jours.

Sur le che­vet, plu­tôt que la Bible
gar­der Mishima dont la page de titre
est telle une boîte en plan­chettes de tilleul.

Du livre, la véri­té même la plus triste
tirer déli­ca­te­ment avec les doigts,
comme la fleur de ceri­sier
devant lequel, vieux rituel,  deux petits démons –
celui du sou­ve­nir et celui de l’oubli
s’inclinent en syn­chro­nie.

De soir en soir, la mère étu­die
le secret des samou­raïs ;
d’une aiguille glis­sée de son chi­gnon
comme d’un vul­cain en éveil
avant de s’endormir
elle marque les endroits du livre.

Elle est la seule à savoir : il existe une loi
non écrite, encore une, qui enseigne que les ans
sont un rideau d’oiseaux en papier
qu’il faut tra­ver­ser en gar­dant le silence,
sans en déran­ger un seul
avec des mots erro­nés
et le trop plein de souffle.

Ne sup­por­ter que
le doux frou-frou de petites ailes
der­rière son dos.

tra­duit par
Mirjana Robin-Cerovic

MIŠIMA

Iz veče­ri u veče, maj­ka čita
,,Kodeks samu­ra­js­kih veš­ti­na":
sva­ko novo jutro je beli­na tela
koju otkrije
rast­vo­re­ni crni kimo­no –
vrh seči­va tre­ba zabos­ti
što dublje.

Sa dani­ma se nosi­ti
kao sa blis­kom kožom uvek sprem­nom
na sepu­ku.

Kraj uzglavl­ja, umes­to Biblije
drža­ti Mišimu čije korice
sliče kuti­ji od lipo­vih dašči­ca.

Iz njih i naj­tuž­ni­ju isti­nu
bira­ti pažl­ji­vo prs­ti­ma, kao da je
trešn­jin cvet
kome se ritual­no, dva mala demo­na –
demon sećan­ja i demon zabo­ra­va
klan­ja­ju u isto vreme.

Iz veče­ri u veče, maj­ka izuča­va
samu­ra­jske tajne : pred spa­vanje
mes­ta u knji­zi obe­leža­va iglom
skliz­nu­lom niz pro­buđe­ni vul­kan
ras­ple­tene punđe.

Samo ona zna : post­oji
još jedan, nepi­sa­ni zakon koji kaže
da su godine zave­sa od papir­nih pti­ca
kroz koju se tre­ba pro­vući
oču­vavši tiši­nu,
a pogreš­nim reči­ma i suviš­nim dahom
ne zal­jul­ja­ti nijed­nu.

Podneti samo
bla­gi šum malih kri­la
za leđi­ma.

X