Muriel Stuck­el est poète, cri­tique, pro­fesseur de lit­téra­ture en khâgne au Lycée Fus­tel de Coulanges à Stras­bourg. Elle est aus­si mem­bre du groupe de recherche Art et Lit­téra­ture du CERIEL à l’Université de Strasbourg.

 

Out­re des arti­cles de cri­tique lit­téraire, des pros­es, des poèmes en revues (Europe, Lit­téra­tures, Les Car­nets de l’exotisme, L’Act’Mem, Voix d’encre, Diérèse, Mou­ve­ment, La Revue alsa­ci­enne de Lit­téra­ture, Poez­ibao, Ter­res de Femmes, Recours au Poème), elle a pub­lié des livres d’artistes en col­lab­o­ra­tion avec le col­lec­tif stras­bour­geois « Lire Objet » : Par­chemin faisant (1995) et Pulpe de la mémoire (1997).

Elle est notam­ment l’auteur de deux livres de poésie parus aux édi­tions Voix d’encre : Eury­dice désor­mais, pein­tures de Pierre-Marie Bris­son, pré­face de Hédi Kad­dour, mars 2011, et  L’Insoupçonnée ou presque, pein­tures de Lau­rent Reynès, pré­face de Bernard Noël, octo­bre 2013.
Sélec­tion du Prix Mal­lar­mé 2014.

Elle fig­ure dans l’Antholo­gie de la poésie fran­coph­o­ne con­tem­po­raine des pro­fondeurs pub­liée par  Recours au Poème édi­teurs : Poème / Ultime recours, jan­vi­er 2015. 

À paraître prochaine­ment aux édi­tions Voix d’encre : Du ciel sur la paume.