> Nocturne pour VS, de François Perche

Nocturne pour VS, de François Perche

Par |2018-10-18T04:59:57+00:00 9 février 2013|Catégories : Critiques|

La pre­mière par­tie du recueil, Obscurs par­mi les ombres, est d’abord un hom­mage à Li Ts’ing-tchao (qui s’écrit aus­si Li Qingzhao), poé­tesse chi­noise du XIIème siècle. Des poèmes de Li Qingzhao ont été édi­tés dans une col­lec­tion bilingue (chi­nois – fran­çais)  en 1990, aux édi­tions de La Différence (Orphée), sous le titre Les Fleurs de can­ne­lier.

La poé­sie de Li Ts’ing-tchao, comme celle de François Perche, s’écrit en mar­chant en pleine nature. Alors François Perche cherche Li dans le pay­sage : dans l’eau d’un fleuve, dans l’air, la pluie ou la cha­leur.

 

Une antho­lo­gie de la poé­sie clas­sique chi­noise,
livre léger dans ma poche, com­pa­gnon de voyage.
Tes poèmes, Li, à por­tée de ma voix.

 

Plusieurs siècles les séparent mais le poète semble sou­vent sur le point de tou­cher l’épaule de Li. Il voit son vête­ment de soie, son corps fra­gile. Il s’adresse à elle parce qu’il la sait à proxi­mi­té.

 

Où allons-nous construire notre demeure ?
Le che­min s’allonge.

 

À force de mar­cher dans ses pas, Françoise Perche délaisse les je et les tu qui cèdent  leur place au nous.

Nous lisons l’ombre et la lumière.

Mais la pré­sence de Li demeure éva­nes­cente. Elle n’est qu’un souffle ou un regard. Quand son corps appa­raît, il est dia­phane et cela rap­pelle à celui qui la regarde qu’elle est bien absente.

La parole, la sienne, s’écrit d’un seul élan. Le vent
l’emporte.

Pas éton­nant que le der­nier poème s’achève sur ces mots : la vie des morts. Les poèmes de François Perche célèbre la pré­sence d’une absente, l’écho d’une voix vouée au silence. Cela donne l’impression d’une errance dans un monde paral­lèle, plus fra­gile, plus instable que le monde réel. Le lec­teur est embar­qué dans un entre-deux : entre la terre ferme et le ciel, entre chien et loup.

Le deuxième ensemble, Nocturne pour V.S, est comme un miroir ten­du au pre­mier. Il met lui aus­si en scène un auteur, Victor Segalen. Les deux hommes ont en com­mun leur pas­sion pour la Chine, où Victor Segalen a vécu, au tout début du XXème siècle (et où il a écrit Stèles, un recueil de poèmes réédi­té aus­si par La Différence – dans la col­lec­tion Orphée, tou­jours – en 1989). Victor Segalen est un mar­cheur, un décou­vreur, un poète errant.

 

Coureur de terre. Tu te venges de ta
chair et de tes os dou­lou­reux. Tu
pos­sèdes en toi le vent des grandes
cara­vanes. […]

 

Quand François Perche finit par rejoindre le mar­cheur, ils pour­suivent leur route ensemble. Marchent de nuit sans doute, car ils se méfient ter­ri­ble­ment de l’immobilité.

 

[…] Chassons l’immobilité,
glo­ri­fions la mer en tem­pête, ces rugis­se­ments
ivres et fous, réfu­gions-nous dans l’excessif,
le bru­tal, l’inhumain,
sans oser rega­gner le port.

 

Cette marche n’a pas de but – ou alors un but qui ne se laisse jamais atteindre – mais elle les trans­forme et nous sommes témoins de cette méta­mor­phose inté­rieure, qui rend pos­sible la nais­sance des poèmes.

Ce recueil donne ter­ri­ble­ment envie de se remettre en route – si on n’a plus erré depuis trop long­temps -, de rejoindre des sen­tiers qu’on n’a pas encore arpen­tés, de s’en remettre au vent.

Sur le site de la SGDL, où François Perche se pré­sente, on apprend que la Chine n’a pas été la seule des­ti­na­tion du poète, qui a vécu d’autres expé­riences au Mexique et au Burkina-Faso notam­ment :

« […] j’ai vécu un temps dans un vil­lage indien des Hautes Terres du Chiapas, au Mexique, où j’ai écrit Pierres indi­gènes, poèmes parus aux édi­tions Rougerie. Lors d’un autre séjour, je suis allé à la décou­verte de poètes indiens écri­vant dans leur langue. J’ai tra­duit des textes de six de ces poètes, parus sous le titre Laissez par­ler notre cœur aux édi­tions de Champtin, avec des illus­tra­tions de peintres indi­gènes. Du Burkina-Faso j’ai rame­né le sou­ve­nir de ren­contres très fortes, et un recueil de poèmes Saisons noires et rouges paru chez Rougerie. »

http://​www​.sgdl​-auteurs​.org/​f​r​a​n​c​o​i​s​-​p​e​r​c​h​e​/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​p​a​g​e​s​/​B​i​o​g​r​a​p​hie

 

X