> Nouveaux Poèmes

Nouveaux Poèmes

Par |2018-08-21T06:41:12+00:00 19 avril 2016|Catégories : Blog|

Retrouvez l'entretien que Shuhrid Shahidullah a accor­dé à Marilyne Bertoncini : clic

 

Traduction : Marilyne Bertoncini

 

 

 

Identity

 

 

 

Into your bel­ly I insert a fea­ther of a ruth­less bird
That simple sign of mine you car­ry to the world– where
            the rein­car­na­ted dogs safe­guard
            the under-aged pre­gnant girls

Someone of them is my mother

Someone of them is cal­led Bird
I am her secret fea­ther

 

 

 

Identité

 

 

 

J'insère dans ton ventre la plume d'un oiseau cruel
Tu mets au monde ce simple signe de moi – au monde où
                               les chiens réin­car­nés pro­tègent
                               les mineures enceintes

L'une d'entre elles est ma mère

L'une d'entre elles se nomme Oiseau
Je suis sa penne secrète

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

The Jungle Story

 

 

 

Hearing the groa­ning of a tigress, eve­ry time,
                           I put hands on your breasts        

Seems myself is a novice tou­rist ;
       have come to an unpro­tec­ted forest
                            across the line of an unde­ci­ded bor­der­land ;
Leaving the bul­let-pier­ced body of my sis­ter
                                                           han­ging on the barb­wire–
I have come to col­lect the road­map
                                           for car­rying her body back

But, once come, I’ve fal­len asleep put­ting my hands on your breasts
              and my bul­let-pier­ced sis­ter has fal­len asleep in you and
               a solar-jungle is emer­ging out from her sleep ;
Trees are rai­sing their heads ; so are the ani­mals and birds

And conti­nuous­ly bowing down my head, I am immer­sing myself
             in the clay— in a sub­mer­ged bloo­dy jungle—
Putting my fin­ger­marks on your breasts
                lea­ving you as an eye-wit­ness — oh, you matri­cide !

 

 

 

Histoire de la Jungle

 

 

 

Chaque fois que j'entends rugir une tigresse,
                              Je pose mes mains sur tes seins

Je me sens étran­ger ;
                 Dans une forêt sans pro­tec­tion
                                de l'autre côté d'une fron­tière indé­cise ;
Laissant le corps de ma soeur per­cé d'une balle
                                                                              pen­du aux bar­be­lés –
Je suis venu ras­sem­bler les cartes rou­tières
                                                  pour rame­ner son corps

Mais une fois ren­tré, je m'endors, les mains sur tes seins
                et ma soeur per­cée d'une balle est endor­mie en toi et
                une jungle solaire émerge de son som­meil ;
Les arbres dressent leurs têtes ;  comme les ani­maux et les oiseaux

Et tête basse, je me plonge
              dans la glaise – dans une jungle inon­dée de sang —
lais­sant l'empreinte de mes doigts sur tes seins
              t'appelant comme témoin ocu­laire – ô, toi, matri­cide !

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Mirror

 

 

 

The ves­per dimi­nishes in the mir­ror
             when fever comes without any shi­ve­ring ;
On top of that the mer­cu­ry leaps high and,
            in deli­rium, dis­torts the land­scape and iden­ti­ty of the father

Your dea­rest kid, craw­ling, come to you
You had given birth to him in the open mar­ket at the bud­get
                                                                       of a leap-year
Ah ! Why he resembles me today
                                    in the mir­ror

Putting a mir­ror on your navel I will see myself once again
                                              I may deserve this much spi­ri­tua­li­ty
But in the mir­ror, I find, ins­tead of my own face, the glos­sy third world
                that remains stan­ding with nume­rous orpha­nages
Each orphan has a woo­den dona­tion box in his hands

You donate ute­rus and I col­lect sperm
Thus, age after age we give birth to each other ;
                               never  blame you alone

But if fever comes without shi­ve­ring but the ves­per shi­vers
Don’t look for my birth-mys­te­ry, oh mother,
                                          in the sins of a bas­tard mir­ror

 

 

 

Miroir

 

 

 

Vénus dimi­nue dans le miroir
et vient la fièvre sans trem­ble­ment et le mer­cure  monte haut et,
           dans le délire, déforme le pay­sage et l'identité du père

Ton plus cher enfant rampe vers toi,
Tu lui as don­né nais­sance sur le mar­ché libre
                             grâce au bud­get d'une année bis­sex­tile

Pourquoi me res­semble-il aujourd'hui dans le miroir

Posant un miroir sur ton nom­bril je me ver­rai de nou­veau
                                            J'ai droit à cette spi­ri­tua­li­té
Mais dans le miroir, au lieu de mon visage,  je trouve le tiers monde gla­cé
                              dres­sé là, tou­jours,  avec tous ses orphe­li­nats
Chaque orphe­lin a dans les mains une boîte d'offrandes en bois

Tu donnes ton ute­rus, et je recueille du sperme
Ainsi, sans cesse, nous nous engen­drons mutuel­le­ment ;
                                Sans jamais te blâ­mer

Si la fièvre revient sans trem­ble­ment mais que tremble Vénus
Ne cherche pas le mys­tère de ma nais­sance,
O mère, dans les péchés d'un miroir bâtard

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Performance

 

 

 

Spread the fire in win­ter vege­tables
                            at the obdu­ra­cy of a bro­ken-horn buf­fa­lo,    
Let it burn the cigar of the midd­le­men,
                         tip for truck-dri­vers and
                         the blur­red face  of farmer’s wife
                                               that emerges out pier­cing the thick fog

Take a snap

The dance is yet to be fini­shed ;
                fol­lo­wing its moves sing a song — eco­lo­gic
                                    in the­re­mixed sites of prayers

Oh ! the pad­dy-lif­ter girl !
I had exten­ded my hands to your abdo­men and col­lec­ted
Your pubic hair that is constant­ly com­pli­ca­ted like the pover­ty-line
This coun­try will offer me a befit­ting recep­tion for that
Already asked me to spread the fire,
                                 take a snap,
                                 dance and
                                   sing fol­lo­wing the sha­ria law

But I am still wai­ting at the bot­tom of your abdo­men
I am that wound, oh girl, of your old memo­ries left in the pad­dy field

 

 

 

Représentation

 

 

 

Répand le feu dans les légumes de l'hiver
                                avec l'obstination d'un buffle à corne bri­sée,
Laisse-le tout brû­ler – cigare des inter­mé­diaires,
                               pour­boire des chauf­feurs rou­tiers et
                               le visage brouillé de femme de fer­mier
                                                 émer­geant de l'épais brouillard qu'il perce

Prends une  pho­to

La danse doit encore finir ; dans les sites de prières remixés
                 sui­vant ses mou­ve­ments chante un air – éco­lo­gique

O, la cueilleuse de riz !
J'ai ten­du les mains vers le bas de ton ventre et cueilli
ta toi­son pubienne, inex­tri­cable comme le seuil de pau­vre­té
Ce pays me fera bon accueil pour cela
On m'a déjà deman­dé de répandre le feu,
                           prendre une pho­to
                           dan­ser et
                           chan­ter selon la cha­ria

Mais j'attends tou­jours tout au bas de ton ventre
Je suis cette bles­sure, o jeune fille, de tes vieux sou­ve­nirs lais­sés dans la rizière

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

Executioner

 

 

 

See you in my dreams only

You grow capi­tal crops in the shade of vege­table gar­den
Parents of mis­sing-girls in fair come to buy that eve­ry day
But can’t afford
You demand so high a price
Difficult to touch it in their life-time

Why don’t you put off your mask even in the dreams

The sun melts itself green-cold ; the sweet sun-drink is sold
         on the road where the girls have assem­bled nude today
                  to cele­brate the vegan day
Their faces are cove­red with your masks only

How far the civi­li­zed human beings will go without killing ani­mals
How many days man will remain human without killing man
Uteruses of vegan girls swell with so many ques­tions like these
In their swol­len ute­rus fetuses sleep like a ques­tion mark

Will they be born in the field of capi­tal crop in the shade of vege­table gar­den

See you only in dreams
Otherwise I could only see you in the night of the capi­tal punish­ment 

 

 

 

Bourreau

 

 

 

Je ne te vois que dans mes rêves

Tu fais pous­ser des cultures de pro­fit sous ton pota­ger
Les parents de celles qui dis­pa­rurent au mar­ché viennent chaque jour ache­ter ta récolte
Mais n'en ont pas les moyens
Tu demandes un tel prix
Qu'en toute une vie ils ne pour­raient te le payer

Pourquoi n'ôtes-tu pas ton masque, même dans les rêves

Le soleil fond, comme la glace, et la bois­son de doux soleil  frap­pé est ven­due
           à l'angle des rues où les filles se sont assem­blées nues aujourd'hui
                       pour célé­brer la Journée Mondiale Végétalienne
leurs visages seuls sont cou­verts de ton masque

Jusqu'où ira l'homme civi­li­sé sans tuer d'animaux
Combien de temps res­te­ra-t-il humain sans tuer un autre homme
L'uterus des jeunes filles veganes s'enfle de ces ques­tions
Dans leur ute­rus gon­flé dorment des foe­tus en points d'interrogation

Naîtront-ils dans des cultures de pro­fit  dégui­sées en pota­ger

Je ne te vois que dans mes rêves
Sinon nous nous serions ren­con­trés dans la nuit de la peine capi­tale

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

Forgiveness

 

 

 

Forgiveness is an extra­or­di­na­ry game
I don’t know even the rules to play it
Have you ever tried to teach me — I can’t remem­ber though
Which I can only recol­lect : if I would have been for­gi­ven by some­bo­dy
              I would ask for one or more lives for me to learn
              few games of for­gi­ving or not-for­gi­ving

 

 

 

Le Pardon

 

 

 

Pardonner est un jeu extra­or­di­naire
Je ne sais même pas com­ment on y joue
Avez-vous jamais ten­té de me l'enseigner – je ne m'en sou­viens plus
Voici ce dont je me sou­viens  :
si l'on me par­don­nait
                 je sau­rais com­ment vivre à nou­veau  pour apprendre les tours
                 afin de par­don­ner ou pas.

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Navel

 

 

A snake lies down, encir­cled,
in your navel
A snake lies down, encir­cled,
in my navel
They will sleep that way
Whole win­ter and sum­mer–
Until I wake your snake up
With my fin­ger
Until you wake my snake up
With your fin­ger

After they wake up
They will be taken aback for once to see each other
Then, as if to cor­rect a mis­take of the pre­vious lives,
The snake of your navel will come and
Lie down in my navel
The snake of my navel will go and
Lie down in your navel

Since then, through win­ter and sum­mer,
They will be slee­ping like that
Only to safe­guard ske­le­tons
                  of our seve­ral pre­vious lives

 

 

 

Nombril

 

 

 

Un ser­pent dort, enrou­lé,
dans ton nom­bril
Un ser­pent dort, enrou­lé,
dans mon nom­bril
Ils dor­mi­ront ain­si
Tout l'hiver et l'été –
Jusqu'à ce que je réveille ton ser­pent
Avec mon doigt
Jusqu'à ce que tu réveilles mon ser­pent
Avec ton doigt

Une fois réveillés
Ils seront d'abord sur­pris de se voir
l'un l'autre
Puis, comme pour cor­ri­ger l'erreur de pré­cé­dentes vies,
Le ser­pent de ton nom­bril vien­dra
Se cou­cher dans le mien
Celui de mon nom­bril ira
se cou­cher dans le tien.

Dès lors, tout le long des hivers et des étés,
ils dor­mi­ront ain­si
Juste pour pré­ser­ver les sque­lettes
                              de nos  vies pré­cé­dentes

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

Commune

 

 

 

One hand at your mouse, ano­ther at your but­ton
And the remote control on the pillow

This is our 21st cen­tu­ry
This is our clo­sest uni­verse

This sto­ry is not of incest
But PC*, you are the only hope
At eve­ry click, net and inter­net
Colonial cou­sin poke ; inter-racial at chat-rooms
Who speaks, once is visible, next time not

The house you built in the blank I can touch it once but next time can’t
In spite, sacred moa­ning keeps me medi­ta­ted
hard­core lone­li­ness encap­su­lates pri­mi­tive myths in the emo­tins
Fake ID sma­shed sili­con and bring pure orgasm

PC, future is emer­ging by ope­ning and pres­sing your but­ton
Robot god com­plete his mas­tur­ba­tion ; god­dess watches it all through video­cam
She has also your mouse at her one hand while ano­ther hand at your but­ton
The fetish angels are trem­bling within her two lips ;
Firewalls are shat­te­red at memo­ry-less vibra­tors–
                                thus open thou­sands of ris­ky free zones

At eve­ry home, PC, thus awa­ken is our soli­ta­ry com­mune  

 

 

 

Communauté

 

 

 

La sou­ris dans une main,
ton  bou­ton dans l'autre et
la télé­com­mande sur l'oreiller

Voici notre 21ème siècle
Notre plus proche uni­vers

Ce n'est pas une his­toire d'inceste
Mais PC*, tu es le seul espoir
A chaque clic à tra­vers net et inter­net
Les cou­sins colo­niaux se pokent  : inter­ra­cial dans les chat-rooms
Qui parle, par­fois visible, par­fois non

La mai­son que tu as bâtie dans l'espace, par­fois je peux la tou­cher et par­fois non
Malgré cela le mugiss­se­ment sacré me laisse pen­sif
la soli­tude du hard­core encap­sule des mythes pri­mi­tifs dans les émo­ti­cons
et un faux ID porte à un pur orgasme

PC, l'avenir se déploie en ouvrant et pres­sant ton bou­ton
Le dieu robot finit sa mas­tur­ba­tion : la déesse regarde tout cela à la video­cam
Elle aus­si a ta sou­ris dans un main et l'autre sur ton bou­ton
Les anges per­vers tremblent entre ses lèvres :
Les pare-feux se brisent sous les vibra­tions sans mémoire –
ouvrant ain­si des mil­liers de zones de risque.

O, PC ! Dans chaque foyer, c'est ain­si que s'éveille notre soli­taire com­mu­nau­té

 

 

 

 

(* PC – Personnal Computer. Le son de PC est presqu'identique au mot ben­ga­li Pisi, signi­fiant “oncle pater­nel”)

 

 

 

 

 

 

 

 

X