> On voudrait nous faire croire

On voudrait nous faire croire

Par |2018-08-16T02:25:54+00:00 11 mai 2013|Catégories : Blog|

 

On vou­drait nous faire croire, que les jours qui font une vie suf­fisent à faire une vie. Et sou­vent, au-delà du temps et des inven­tions humaines, le soir, seuls au cœur des souffles qui s’entremêlent, les yeux ouverts en plein silence nous appre­nons à fuir vers ce qui n’existe pas.
Il est tard, un soir d’hiver sans pluie ni vent. Le calme fait peur et les rares sil­houettes ne sont qu’illusions. Du fond de ces indif­fé­rences, le som­meil comme chaque nuit est absent. La lour­deur de mon corps se joue du froid et de la brise gla­cée d’une sai­son oubliée.
Aux détours de ces états intrus, des lumières loin­taines mou­raient dans une sombre col­line. Absence.
Ce pay­sage noc­turne m’hypnotise, m’attire et m’entraîne vers des ondu­la­tions lumi­neuses, si fami­lières et si étranges. Je regarde autour de moi, je couvre mon corps et je rêve que je ramasse du verre sem­blable aux cimes des arbres qui brillent au clair de lune. En pas­sant, cet état de len­teur me fait oublier le verre que je ramasse, chaque fois que je passe par cette fon­taine qui brille
Je m’approche, j'argente mes mains puis je ramasse des pous­sières de verre que j’invite à péné­trer l’écran de ma peau, au clair de lune d’une nuit où tu es absent.
 

X