L’heure n’est pas venue

 

L’heure n’est pas venue de danser.
Encore un peu de terre sous les ongles.
Celle de la cave.
Impos­si­ble de se tromper :
cette sale odeur de salpêtre.

Là,
un méchant trou béant.
Y dépos­er un peu de terreau,
puis atten­dre que quelque chose pousse.
Avoir la patience du jardinier.

 

                                             

De l’une à l’autre

 

La liste des choses que tu ne saurais regretter,
La carte des con­ti­nents à explorer.
Tu pass­es de l’une à l’autre.

Com­bi­en de tem­pêtes peut-on traverser ?
Com­bi­en de déluges ?

La proue du bateau est là, à ta portée.