> Pax Punica

Pax Punica

Par |2018-10-21T06:28:50+00:00 10 avril 2014|Catégories : Blog|

 

                      Carthage  bleuis­sait au fron­ton des colonnes
                      Et les marbres se miraient dans l’onyx du ciel,
                      La paix pliait sa toge et ses yeux ané­mone
                      Sur la blonde Byrsa ver­saient leur  mauve miel.
        
                      Là-bas à l’horizon non loin des lys romains,
                      Tanit, la grande Tanit, Tanit la mys­té­rieuse,
                      La fleur des nuits puniques et des amours radieuses
                      Cédait à l’astre d’or son sceptre sibyl­lin.

                      La brise se balan­çait aux branches des syco­mores
                      Et la mer s’agenouillait aux pieds du sable d’or,
                      Les prêtres de Baal offraient de l’ellébore
                      Au Dieu des rêves purs et de la blanche mort.

                      L’ineffable Didon  à Carthage s’enivrait
                      Des par­fums odo­rants de ces fiers aspho­dèles,
                      Et sur le temple divin, éten­dant sa clar­té,
                      L’ombre d’Hannibal se fai­sait immor­telle.

                      Mais l’air était si doux que les mai­sons s’ouvraient
                      Près des figuiers fon­cés et des pal­miers pros­pères,
                      Et les san­dales glis­saient le long des cours pavées
                      Hantées par des colombes en habit de lumière.                 

                      Le silence pla­nait au-des­sus des rem­parts
                      Et les cendres du tophet s’effaçaient des por­tiques,
                      Les navires s’évadaient sur les eaux hié­ra­tiques,
                      Et Carthage s’endormait dans les bras de Melkart.

 

 

Poème extrait d’Alchimie

X