Sur ma toile,
S’entrelacent des arabesques
Aux tons froids et chauds :
Ron­des, faran­doles, tchink­oumè, agbad­ja et mor­na !
Vau­dou paré d’huile rouge
Et pré­cieux Sang du Christ !
Den­telles immac­ulées et pagnes indigo
Sont courbes de feu
Et pier­res ani­mées de reflets
Sur ma toile.
Fon, mahi, français, créole portugais
Font couler des notes dans mes pinceaux !
Oh Pan­théons mul­ti­col­ores sur l’ocre des temples
Où le temps a lais­sé courir ses doigts !
Oh sul­fureux Cabo Verde où la montagne
Est caressée, embrassée par l’Océan !
Oh Terre française qui fit ger­mer la sève ardente de mes ancêtres !
Ces sangs mêlés aujourd’hui abreuvent mes veines !
Le lit de l’Océan Atlantique,
Alliance tri­an­gle de continents,
M’a don­né naissance,
Traçant une flamme de miel et d’ambre
Sur ma toile.

 

Coto­nou, le 02/04/1996 ; revis­ité à Barsac le 21/05/2009 à 18h30.

 

 

Vocabulaire :
Le tchink­oumè est un rythme funéraire orig­i­naire de la région de Saval­ou au Bénin.
Le agbad­ja est un rythme de réjouis­sance com­mun au Bénin et au Togo.
La mor­na est un rythme nos­tal­gique du Cap-Vert.
Le fon et le mahi sont des langues du Bénin. Le fon est par­lé dans le sud et le mahi dans la région de Savalou.
Les « pan­théons mul­ti­col­ores » font référence aux fresques représen­tant les dieux vau­dous ornant les tem­ples, notam­ment dans la ville de Ouidah.
Cabo Verde, c’est Cap-Vert en por­tu­gais. C’est un archipel d’origine volcanique.