> Poèmes de Donatella Bisutti

Poèmes de Donatella Bisutti

Par |2018-08-18T20:45:07+00:00 20 février 2016|Catégories : Blog|

 

UN AMORE CON DUE BRACCIA

UN AMOUR AVEC DEUX BRAS

Lieto Colle édi­tions 2013

Traduction Sophie Braganti

 

15

 

Ma un'aragosta di plas­ti­ca

con quelle zampe mol­li

e rosse

che rega­lo sguaia­to

per il nos­tro amore appe­na nato !

Forse mi vuoi dire che è solo un gio­co ?

O forse che non mette conto

per ques­to nos­tro essere diven­ta­ti aman­ti

di usare parole trop­po gran­di ?


 

 

Une lan­gouste en plas­tique

avec ces pattes molles

et rouges

pour notre amour qui vient de naître

quel gros­sier cadeau !

Tu plai­santes ?

Ou bien c'est pour me dire

qu'il ne faut pas employer

de trop grands mots

pour notre état d'amants

 

 


16

 

La pri­ma notte, spor­gen­do­mi dal let­to, in alto sul sop­pal­co,

tu sot­to sul diva­no a guar­dare in su, un cus­ci­no stret­to al pet­to :

"non sono più capace di dor­mire in due ! E poi rus­so cosi forte

che non potres­ti pren­der son­no, oppure dovrei star sve­glia tut­to il tem­po io.

Credimi, non è il caso…" E poi, con furia : " Sei anco­ra in tem­po ! Scappa !

Perdio, met­ti­ti in sal­vo ! Via via via !"


 

 

La pre­mière nuit, du haut de la sou­pente, me pen­chant du lit,

toi, en bas, sur le divan qui me regar­dais, un cous­sin ser­ré contre la poi­trine :

" Je ne sais plus dor­mir à deux ! Puis je ronfle tel­le­ment fort

que tu ne pour­rais pas dor­mir, ou bien moi je devrais res­ter tout le temps éveillée.

Crois-moi, ce n'est pas le cas…" Puis, en colère : " Il est encore temps ! Va-t-en !

Bon Dieu ! Sauve-toi ! File ! File ! File !

 


17

 

Se osas­si pen­sare che ti amo

sarei felice.

Ma

m'invento sempre qual­co­sa

per rovi­nare tut­to,

mi fer­mo un pas­so indie­tro :

sul­la soglia.

Non entro.


 

 

Si j'osais pen­ser que je t'aime

je serais heu­reuse.

Mais

je m'invente tou­jours quelque chose

pour tout gâcher,

Je m'arrête, fais marche arrière :

sur le seuil.

Je n'entre pas.

 


18

 

La nuo­va pelle

 

Se quan­do mi tiene fra le brac­cia pen­so

a tut­ti i cor­pi di don­na

che ha ama­to

devo pen­sare anch’io a tut­ti i cor­pi di uomo

che mi han­no pos­se­du­to.

Perché dovrei essere gelo­sa ?

Sono solo i nos­tri cor­pi

che devo­no dis­far­si

di tutte

quelle cel­lule morte,

far­si

una nuo­va pelle.


 

 

La peau neuve

 

Quand il me tient dans ses bras si je pense

à tous les corps des femmes

qu'il a aimés

je dois pen­ser moi aus­si à tous les corps des hommes

qui m'ont pos­sé­dée.

Pourquoi serais-je jalouse ?

Ce sont seule­ment nos corps

qui doivent se défaire

de toutes

les cel­lules mortes

faire

peau neuve.

 


19

 

Ti amo mol­to meno sai

di quel grande amore

che spezzò la mia vita

eppure l'ho dimen­ti­ca­to

così bene con te

da cre­der­lo

inven­ta­to


 

 

Je t'aime beau­coup moins tu sais

 que ce grand amour

tran­chant ma vie

pour­tant je l'ai oublié

avec toi si bien que

j'ai fini par croire que c'était

rêvé

 


20

 

 

Esplorazione

 

Avanzo in te a ten­to­ni come

in una stan­za ingom­bra

di cose che non mi appar­ten­go­no,

timo­ro­sa

di urtare in qualche spi­go­lo,

poi spen­go la luce, uscen­do.


 

 

Exploration

 

J'avance en toi à tâtons comme

dans une pièce encom­brée

de choses qui ne m'appartiennent pas

je crains

de me cogner à un angle,

puis en sor­tant, j'éteins.


 

21

 

Per te vor­rei

essere bel­lis­si­ma

roman­ti­ca

inaf­fer­ra­bile

ogni gior­no rin­no­va­bile

mis­te­rio­sa

dol­cis­si­ma.

 

Vorrei essere per te tutte le donne

ma anche essere me stes­sa fino in fon­do

là dove tutte le donne sono una.

 

Farti sof­frire quel tan­to che bas­ta

per alle­viar­ti ogni dolore

far­te­lo diven­tare sempre duro

per toglier­ti qual­sia­si ten­ta­zione

occu­pare ogni inter­sti­zio del tuo gior­no.

 

Ma tut­to ques­to,

amore cre­di­mi,

con dis­cre­zione.

 

 

 

 

Pour toi je vou­drais

être très belle

roman­tique

insai­sis­sable

tou­jours neuve

mys­té­rieuse

très douce

 

Pour toi je vou­drais être toutes les femmes

mais aus­si res­ter moi-même jusqu'au fond

là où toutes les femmes sont une.

 

Te faire souf­frir juste assez

pour sou­la­ger toute ta dou­leur

te faire tou­jours ban­der

pour t'ôter n'importe quelle autre ten­ta­tion

occu­per chaque recoin de ta jour­née.

 

Mais tout cela,

amore n'en doute pas,

très dis­crè­te­ment.

 

 

22

 

Il tuo cor­po è così bian­co

posa sul let­to o sul diva­no

con tan­ta gra­zia

rin­no­va il mira­co­lo di una sta­tua anti­ca,

un efe­bo o un dico­bo­lo

Mi pia­ci da impaz­zire per quel­la gra­zia

così più

aggra­zia­ta di quel­la di una don­na

eppure così virile

per la tua nudi­tà così pudi­ca

come se fosse un vaso

e conte­nesse

un net­tare divi­no

un'ambrosia un miele

pre­zio­so da pro­teg­gere.

Non ho mai desi­de­ra­to tan­to il cor­po d'un uomo

rac­chiu­so in quel cer­chio

di divi­na pro­por­zione

ti desi­de­ro come un uomo può desi­de­rare una don­na

per rubar­la a se stes­sa

sot­trar­la

all'amorosa contem­pla­zione.


 

 

Ton corps si blanc

éten­du sur le lit ou sur le divan

avec tant de grâce

rénove le mythe d'une sta­tue antique

un éphèbe ou un dis­co­bole

J'aime à la folie cette grâce

encore plus

que celle d'une femme

et pour­tant bien virile

comme si ta nudi­té pudique

était un vase

et conte­nait

un nec­tar divin

une ambroi­sie un miel

pré­cieux à pro­té­ger.

Je n'ai jamais autant dési­ré le corps d'un homme

conte­nu dans tel cercle

de pro­por­tions divines

je te désire comme un homme peut dési­rer une femme

pour la déro­ber à elle-même

l'arracher

à la contem­pla­tion.

 

 

23

 

Sepolto nel buio e nel calore

il tuo ses­so dorme

dopo l'amore


 

 

Enseveli dans l'obscurité et la cha­leur

ton sexe dort

après l'amour

 

 


24

 

Progressi

 

Prima – nei pri­mi tem­pi –

ti guar­da­vo di notte nel mio let­to

sve­glian­do­mi inquie­ta oppure alla luce dell’alba

la tua tes­ta roto­la­ta accan­to a me sul cus­ci­no

mi stu­pi­vo, dice­vo :

ma chi è ? che ci fa

qui ?

Adesso ti guar­do

res­pi­rare.

Adesso so che sei tu.

Prima

ti coniu­ga­vo alla ter­za per­so­na

ades­so alla secon­da.

 

 

 

Progrès

 

Avant – les pre­miers temps –

je te regar­dais la nuit dans mon lit

réveillée par l'inquiétude ou par la lueur de l'aube

ta tête qui rou­lait vers moi sur l'oreiller

et m'étonnant, je disais :

mais qui est-ce ? Qu'est-ce qu'il fait

ici ?

Maintenant je te regarde

res­pi­rer.

Maintenant je sais que c'est toi.

Avant

je t'aimais à la troi­sième per­sonne

main­te­nant à la deuxième.

 


25

 

Dopo

 

È il col­mo del­la notte, la luna

si dise­gna roton­da detro il vetro,

spande la sua luce

sul len­zuo­lo.

Lui dorme, io invece

voglio res­tare sve­glia

per­ché sono felice. Annuso

l'odore del­la sua pelle

sul­la mia, l'odore

delle sue ascelle,

la mia mano ha un contat­to lieve

incon­sa­pe­vole per lui

con il suo brac­cio addor­men­ta­to

il suo ses­so addor­men­ta­to

mi tras­mette un'eccitazione

anche più forte

di quan­do, pri­ma,

abbia­mo fat­to l'amore.

 

 

Après

 

Au comble de la nuit, le des­sin de la lune

ronde der­rière la vitre,

elle répand sa lumière

sur le drap.

Lui dort, moi au contraire

je veux res­ter éveillée

car je suis heu­reuse. Je flaire

l'odeur de sa peau

sur la mienne, l'odeur

de ses ais­selles —

le léger contact de ma main

sur son bras endor­mi

il l'ignore

son sexe endor­mi

m'excite

encore plus for­te­ment

qu'avant,

pen­dant l'amour.

 

 


26

 

Mentre dor­mi

il tuo grande cor­po mi pla­ca

ti poso il capo sul pet­to

come su un sot­to­bos­co di foglie.

Quanti peli – mor­mo­ro

al sof­fice contat­to del tuo brac­cio

che mi cinge nel son­no

E tu ? – mor­mo­ri acca­rez­zan­do­mi

improv­vi­sa­mente sve­glio

il tri­an­go­lo di ric­ci fra le gambe

come una bion­da radu­ra fra i cas­ta­gni.


 

 

 

Pendant que tu dors

ton grand corps m'apaise

je pose ma tête sur ta poi­trine

comme sur les feuilles d'un sous-bois.

Que de poils – je mur­mure

au contact de ton bras velu

qui m'enlace dans le som­meil.

Et toi ? – mur­mures-tu en me cares­sant

sou­dain éveillé

le tri­angle de boucles entre les jambes

une clai­rière blonde entre les châ­tai­gniers.

 


27

 

Non sono più dis­pos­ta

a rinun­ciare allà feli­ci­tà

la voglio, capis­ci,

alme­no una vol­ta nel­la vita,

voglio sapere com'è

non pen­sare a niente

non desi­de­rare niente

sen­tire il sangue che pul­sa

tran­quillo

non fare fati­ca

non avere ansia

niente che fa male

non c'è biso­gno di sfor­zar­si

sono già arri­va­ta

c'è qual­cun altro ades­so che pen­sa per me

non c'è nem­me­no una luce trop­po forte

da sop­por­tare

un vol­tag­gio a mille volt

che fa sal­tare tut­to le prese del cuore.

 

Solo un amore

con due brac­cia.

 

 

 

Je n'accepte plus

de renon­cer au bon­heur

je le veux, tu com­prends ?

au moins une fois dans ma vie,

savoir ce que c'est

ne rien pen­ser

ne rien dési­rer

sen­tir le sang qui pulse

calme

ne pas se fati­guer

ne pas s'angoisser

ne pas avoir mal

ce n'est pas la peine de se for­cer

je suis déjà arri­vée

quelqu'un d'autre  à pré­sent pense pour moi

et la lumière n'est même pas trop forte

à sup­por­ter

pas mille volts

qui font sau­ter les prises du cœur.

 

Juste un amour

avec deux bras.

 

 

28

 

E se, di col­po, mi sve­glias­si brut­ta ?

Le guance divo­rate dalle rughe

come dai ver­mi del­la consun­zione ?

i capel­li cadu­ti a chiazze,

la pan­cia flac­ci­da ?

gro­vi­gli di vene sulle mani ?

Di col­po guar­da­mi allo spec­chio, un mat­ti­no,

e non rico­nos­cer­mi ?

Senza la mia fac­cia, sen­za il mio cor­po, sarei anco­ra io ?

E tu, come fares­ti a rico­nos­cer­mi l'anima ?

Come potres­ti sen­tir­la che gri­da

e grat­ta a sangue la calce del­la vol­ta

E tu, forse, con una lam­pa­da, a cer­car­la ?

Perché mai ? ti scher­mi­res­ti : non sei tu, non ti conos­co.


 

 

Et si, du coup, je me réveillais laide ?

Les joues dévo­rées par les rides

comme par les vers ron­gées ?

les che­veux clair­se­més,

le ventre flasque ?

et des nœuds de veines sur les mains ?

Et si sou­dain un matin, me regar­dant dans le miroir,

je ne me recon­nais­sais plus ?

Sans ce visage, sans ce corps, serait-ce encore moi ?

Et toi, com­ment pour­rais-tu recon­naître mon âme ?

Comment pour­rais-tu l'entendre crier

grat­tant jusqu'au sang la chaux de la voûte

Peut-être, la cher­che­rais-tu avec une lampe ?

Pourquoi le ferais-je ? —ce serait ton excuse 

—ce n'est pas toi, je ne te connais pas.

 

 

 

29

 

All'improvviso : più nul­la.

La pau­ra di per­der­lo è sta­ta così forte

che l'amore è scom­par­so, fini­to,

come non fosse mai esis­ti­to.


 

 

Tout à coup : plus rien.

La peur de le perdre a été si forte

que l'amour a dis­pa­ru,  ter­mi­né,

comme s'il n'avait jamais exis­té.

 


30

 

Forse non voglio vera­mente amar­ti per­ché

non voglio accet­tare un gior­no la tua morte

cari­car­mene il peso, l'attesa, la pau­ra

più ter­ri­bile — tan­to — del­la mia

per­ché alla mia alme­no

non dovrò sop­prav­vi­vere.


 

Il se peut que je ne veuille pas t'aimer pour du vrai car

ta mort je ne pour­rais pas l'accepter

en por­ter le poids, la peur, l'attente

tel­le­ment plus ter­rible que la mienne

à laquelle au moins

je ne devrai pas sur­vivre.

 


31

 

Non pos­so cre­dere

che mi ami

dav­ve­ro non pos­so

che ami pro­prio me

è impos­si­bile dav­ve­ro

dav­ve­ro impen­sa­bile

con tutte le donne

più gio­va­ni e belle

di me.

 

Devi essere paz­zo

dav­ve­ro paz­zo

un gior­no ti sve­glie­rai di ques­to sogno.

 

Ma se ti vedo solo un po' dis­trat­to

se mi sem­bra

che mi ami un po'meno

anche una scioc­chez­za meno

se hai per me anche solo

un'indifferenza imper­cet­ti­bile

mi stu­pis­co, mi offen­do

come se tu mi aves­si sot­trat­to

ciò che mi è dovu­to

la pren­do male, ti chie­do

col pian­to nel­la voce :

amore mio, ma come, tu

che mi ama­vi tan­to, e

ades­so non più ?

 

 

 

Je ne peux pas croire

que tu m'aimes

vrai­ment je ne peux pas

que tu aimes vrai­ment moi

c'est vrai­ment impos­sible

vrai­ment impen­sable

avec toutes ces femmes

plus jeunes et belles

que moi.

 

Tu dois être fou

vrai­ment fou

un jour tu sor­ti­ras de ce rêve.

 

Mais si je te vois à peine un peu dis­trait

si j'ai l'impression

que tu m'aimes un peu moins

comme une moins que rien

si tu as pour moi

la moindre indif­fé­rence

ça m'étonne, ça me blesse

comme si tu me reti­rais

ce qui m'est dû

je le pren­drais mal, alors je te demande

du tre­mo­lo dans la voix :

mon amour, com­ment, toi

qui m'aimais tant

tu ne m'aimes plus main­te­nant ?

 

 

32

 

La sola spie­ga­zione

 

Io un po' più grande di te

ti ave­vo fat­to entrare di stra­fo­ro

al cine­ma a vedere Marlon Brando

ti ave­vo sal­va­to una vol­ta impau­ri­to

da tuo padre infu­ria­to

la poli­zia ricor­di ? ci ave­va cari­ca­to

e ave­vi tro­va­to rifu­gio a casa mia

e di ques­to mi eri così gra­to

che forse solo per ques­to ricor­do del pas­sa­to

dopo tan­to tem­po

ti sei inna­mo­ra­to.


 

La seule expli­ca­tion

 

Un peu plus grande que toi

je t'avais fait entrer en cachette

pour voir Marlon Brando au ciné­ma

une fois je t'avais sau­vé

apeu­ré par la fureur de ton père

tu te sou­viens de la police ? elle nous avait char­gés

et tu t'étais réfu­gié chez moi

de cela tu étais si recon­nais­sant

que peut-être en sou­ve­nir du pas­sé

après tant d'années

tu es tom­bé amou­reux.

 


33

 

Sono orren­da, dico

al tele­fo­no

guar­dan­do la mia fac­cia devas­ta­ta

nel­lo spec­chio

Non impor­ta, mi ris­pon­di

da qualche parte in Europa

al confine di qualche paese,

il Belgio, la Svizzera, la Francia,

divo­ran­do chi­lo­me­tri al gior­no.

Non impor­ta, io ti amo lo stes­so.

Ma — lo stes­so — io temo il tuo sguar­do al tuo ritor­no.

Su quante altre donne

gio­va­ni e belle si sarà posa­to ?

quale imma­gine di me avrà inven­ta­to

la dis­tan­za nel fon­do del­la tua pupil­la ?

non leg­gerò la delu­sione in quel­lo sguar­do

nel pas­sare

alla mes­sa a fuo­co

del reale ?


 

 

 

Je suis hor­rible, dis-je

au télé­phone

en regar­dant mon visage dévas­té

dans le miroir

Aucune impor­tance, me réponds-tu

d'un coin de l'Europe

à la fron­tière d'un pays,

Belgique, Suisse, France,

en dévo­rant des kilo­mètres par jour.

Aucune impor­tance, moi je t'aime tou­jours.

Mais — tou­jours — je crains ton regard à ton retour.

Sur com­bien d'autres  jeunes et belles

femmes ce sera-t-il posé ?

quelle image de moi aura inven­té

la dis­tance au fond de ta pupille ?

je ne lirai pas la dés­illu­sion dans ce regard

qui va pas­ser

à l'épreuve du feu

du réel ?

 


34

 

Le mie amiche mi invi­dia­mo

il lam­po azzu­ri­no che hai negli occhi

cre­do­no

che io ne conos­ca il mis­te­ro.

Invece sba­glia­no :

quel tuo sguar­do

ange­li­co e luci­fe­ri­no

non appar­tiene dav­ve­ro

neanche a me.


 

 

Mes amies m'envient

la lumière bleu pâle dans tes yeux

elles croient

que j'en connais le mys­tère.

Mais elles se trompent :

car ton regard

ange et Lucifer

n'appartient à per­sonne

pas même à moi.

 


35

 

Qui da sola aspet­tan­do

ho dimen­ti­ca­to di occu­par­mi di me.

Ora in fret­ta cor­ro a rime­diare

lo sham­poo lo smal­to il truc­co

sulle pal­pebre, un ves­ti­to scol­la­to,

un toc­co di pro­fu­mo… bas­terà ?

Non impor­ta, dici

per ras­si­cu­rar­mi.

Dovrei esserne conso­la­ta — lo sono :

final­mente un amore che non tiene conto dell'estetica

ma di quel­la cosa den­tro sco­nos­ciu­ta

che dice io sen­za spec­chiar­si.

 

Eppure ques­to mi offende

un poco : ma come, allo­ra,

a cosa serve ques­to mio gio­co

che fac­cio per pia­cer­ti ?

 


 

En atten­dant ici seule

j'ai oublié de m'occuper de moi.

A pré­sent je me dépêche d'y remé­dier

le sham­poing le ver­nis à ongles l'ombre

à pau­pières, un décol­le­té,

une goutte de parfum…ça suf­fi­ra ?

Cela n'a pas d'importance tu dis

pour me ras­su­rer

Je devrais en être conso­lée — je le suis :

enfin un amour qui au lieu de l'esthétique

se fie à cette chose incon­nue de soi

qui dit je sans se regar­der.

 

Pourtant cela m'atteint

un peu : car  alors,

à quoi sert le petit jeu

que je fais pour te plaire ?

 


36

 

Guarigione

 

Provo e ripro­vo, come se tu fos­si mia madre,

a respin­ger­ti pic­chian­do­ti i pugni sui seni

graf­fian­do là da dove dovrebbe uscire il latte

per essere anco­ra una vol­ta condan­na­ta e respin­ta

per sempre inde­gna d'amore e di per­do­no.

Ti ricor­di — dico den­tro di me come se tu fos­si mia madre —

quan­do mi lan­cias­ti den­tro la car­roz­zi­na contro il muro

per­ché pian­ge­vo trop­po

Eisenstein se ci fos­se­ro sta­ti i gra­di­ni ma non c'erano

così  mi  fer­mai subi­to e si fermò anche il pian­to.

Mi col­pi­va il tono sen­za rimor­so anni dopo

quan­do lei lo ricor­da­va

con leg­ge­rez­za qua­si

con diver­ti­men­to

una bel­la tro­va­ta uno scher­zo

anche abbas­tan­za spi­ri­to­so comunque riso­lu­ti­vo

io non ricor­do nul­la i ricor­di peg­gio­ri si sa sono quel­li

che ha can­cel­la­to l'angoscia

il file si è per­so nel pani­co è per sempre impos­si­bile

ritro­var­lo e rileg­ger­lo.

Non so quale eco abbia las­cia­to quel col­po

in una così pic­co­la tes­ta

sot­to il ciuf­fo di lun­ghi capel­li neri come alghe

di un ocea­no ventre altret­tan­to oscu­ro.

Provo e ripro­vo ades­so con te

affin­ché tu esas­pe­ra­to ripe­ta quel ges­to di rifiu­to

ma tu sor­ri­di e mi acca­rez­zi.

Non capis­ci ? ques­to non è uno scher­zo :

 

 

Guérison

 

Je tente et je retente comme si tu étais ma mère,

de te repous­ser te don­nant des coups de poings sur les seins

les grif­fant là où le lait devrait sor­tir

pour être encore une fois condam­née et reje­tée

pour être tou­jours indigne d'amour et de par­don.

Tu te sou­viens— me dis-je comme si tu étais ma mère—

quand tu m'as jetée dans ma petite voi­ture contre le mur

parce que je pleu­rais trop

S'il y avait des marches ça aurait été du Eisenstein mais il n'y en avait pas

je me suis arrê­tée net et les pleurs aus­si.

Le ton de sa voix sans remord m'atteignait encore des années après

quand elle le rap­pe­lait

avec une cer­taine légè­re­té

comme une plai­san­te­rie

une jolie trou­vaille un jeu

assez spi­ri­tuel et néan­moins la seule solu­tion

moi je ne m'en sou­viens pas car les pires sou­ve­nirs on le sait sont ceux

qu'a effa­cés l'angoisse

le fichier s'est per­du dans la panique et c'est pour tou­jours impos­sible

de le retrou­ver et  le relire.

Je ne sais pas quelle séquelle aura lais­sé ce coup

dans une si petite tête

sous  la touffe des longs che­veux noirs comme les algues

d'un océan aus­si sombre qu'un ventre.

Je tente et je retente avec toi main­te­nant

afin que toi exas­pé­ré tu répètes ce geste de rejet

mais tu sou­ris et tu me caresses.

Tu ne com­prends pas ? ce n'est pas un jeu :

 

 

lo farò anco­ra e anco­ra

voglio essere ben sicu­ra

lo farò anco­ra e anco­ra

non bas­terà mai.

Ma così a poco a poco mi gua­ris­ci.

 

je le ferai encore et encore

je veux être cer­taine

je le ferai encore et encore

ça ne suf­fi­ra jamais.

Mais ain­si, petit à petit tu me gué­ris.

 


37

 

Notte dopo notte

mi tie­ni e io cres­co

fra le tue brac­cia

a poco a poco dimen­ti­co

le buie caverne del cuore

a poco a poco mi scal­do

i miei pie­di contro i tuoi pie­di

mi allon­ta­no dalle lande di ghiac­cio.


 

Nuit après nuit

entre tes bras tu me serres

et je gran­dis

petit à petit j'oublie

les cavernes du cœur obs­cures

petit à petit je me réchauffe

mes pieds contre tes pieds

je m'éloigne des landes de glace.


 

38

 

Sotto il len­zuo­lo

mi cir­con­di col brac­cio

il tuo dito

sci­vo­la nell'incavo delle natiche

mi ami anche mentre dor­mi.

 

 

Sous le drap

tu m'enlaces avec un bras

ton doigt

glisse dans la raie des fesses

même quand je dors tu m'aimes.


 

39

 

Di notte a let­to il tepore

viene dal tuo cor­po al mio —

sia­mo nel­la tana tut­ti due.

 

 

La nuit au lit la tié­deur

va de ton corps au mien —

dans la tanière tous les deux.


 

40

 

Non è tan­to fare l'amore, sai,

ma stare vici­ni, toc­car­si, fiu­tar­si, per­ce­pire

il fia­to, l'odore, il calore come due ani­ma­li

a una stes­sa grep­pia, lega­ti

a uno stes­so palo in una stes­sa stal­la,

ma dor­mire rav­vol­ti uno nell'altro, conos­cer­si nel­la pelle

pal­mo a pal­mo ritro­van­do i nei, le mac­chie in rilie­vo

i peli, le pie­ghe e le infos­sa­ture,  la fres­cu­ra e il bol­lente,

il sudore, il peso di una gam­ba o di un brac­cio,

il fia­to, l'umidore, il sec­co il ruvi­do e il mor­bi­do, il pelo­so e il gla­bro.

Non è tan­to far l'amore, sai, o forse è ques­to ?


 

Ce qui compte ce n'est pas tant de faire l'amour, vois-tu

mais plu­tôt res­ter proches, se tou­cher, se flai­rer, sen­tir

le souffle, l'odeur, la cha­leur comme de deux ani­maux

dans un même couf­fin, atta­chés

à un même piquet dans une même étable,

dor­mir enrou­lés l'un dans l'autre, se connaître par la peau

paume à paume retrou­vant les grains de beau­té,  les aspé­ri­tés

les poils, les plis et les creux, le fraî­cheur et la cha­leur,

la sueur, le poids d'une jambe ou d'un bras,

le souffle, le moite, le sec,  le rêche et le doux, le poi­lu et le glabre.

Ce qui compte ce n'est pas tant de faire l'amour, vois-tu,

ou  bien faire l'amour c'est ça ?


 

41

 

Baratto

 

A poco a poco, amore, ci scam­bia­mo la vita :

io assor­bo le tue luci d'Oriente, le sto­rie

e i pae­sag­gi d'Asia

le tue avven­ture sal­ga­riane

in cer­ca di rubi­ni a dor­so di ele­fante

e tu por­ti a tua vol­ta il peso

del­la mia infan­zia triste

un barat­to che chiunque

tro­ve­rebbe ini­quo.


 

Troc

 

Peu à peu, mon amour, nous avons échan­gé nos vies :

moi j'ai absor­bé tes lumières d'Orient, tes his­toires

et tes pay­sages d'Asie

tes aven­tures sal­ga­riennes

de cher­cheur de rubis à dos d'éléphant

et toi en échange tu portes le poids

de mon enfance triste

un troc que qui­conque

trou­ve­rait inique.

 


42

 

In qual­sia­si momen­to

dovrò tro­vare la for­za

di aprire la por­ta e las­ciar­lo andare via.

Sono la sua spo­sa fedele

ma ques­to devo saper­lo solo io.


 

A tout moment

je devrai trou­ver la force

d'ouvrir la porte et de le lais­ser par­tir.

Je suis sa femme fidèle

mais ça, il n'y a que moi qui dois le savoir.

 


43

 

Notte di fan­tas­mi

 

Un suo­no mi usci

di nenia e di tam­bu­ro

come il rit­mo del cuore ma diver­so

era forse la pelle che pul­sa­va

il rim­bom­bo inter­no dei pol­mo­ni

era un vor­ti­care delle cel­lule

prese nel giro delle cos­tel­la­zio­ni.

Tu hai col­to quel rit­mo e subi­to ti sei insi­nua­to

ti sei insi­nua­to dap­per­tut­to

Quel suo­no trat­te­nu­to era la voce

inau­di­ta del cor­po

quan­do lo hai aper­to

fen­den­do­lo con la lin­gua come un frut­to

lo ero la pol­pa del frut­to

che tu suc­chia­vi e suc­chia­vi

e fuo­ri la luna gira­va sul mon­do

fuo­ri le stelle gira­va­no e cade­va­no

nel mio grem­bo e nel tuo grem­bo

mentre anch'io ti suc­chia­vo come gli inset­ti nei pic­co­li cali­ci bian­chi

e c'era una goc­cia di zuc­che­ro dolce nel fon­do

che goc­cia­va e goc­cia­va sempre più den­sa,

la mia gola si è riem­pi­ta di quel­lo zuc­che­ro

quel suo­no mis­te­rio­so

mi por­ta­va ci por­ta­va e poi di nuo­vo

risuo­na­va sot­to le volte e nei cor­ri­doi

 

 

Nuit des fan­tômes

 

Un son est sor­ti de moi

de can­ti­lène et de tam­bour

comme le rythme du cœur mais pas tout à fait

c'était peut-être la peau qui pul­sait

le bour­don­ne­ment des pou­mons

c'était un tour­billon de cel­lules

empor­tées dans la ronde des constel­la­tions.

Tu as cueilli ce rythme et sou­dain tu t'es insi­nué

tu t'es insi­nué par­tout

Ce son rete­nu était la voix

inouïe du corps

quand tu l'as ouvert

le fen­dant avec la langue comme un fruit

moi j'étais la pulpe du fruit

que toi tu suçais et suçais

et dehors la lune tour­nait sur le monde

dehors les étoiles tour­naient et tom­baient

dans mon giron et dans ton giron

pen­dant que moi aus­si je te suçais comme les insectes dans les petits calices blancs

avec une douce goutte de sucre dans le fond

qui cou­lait et cou­lait tou­jours plus dense,

ma gorge s'est rem­plie de ce sucre

ce son mys­té­rieux

me por­tait et nous por­tait, encore et encore

réson­nait sous les voûtes et dans les cou­loirs

 

amore non mi hai mai pos­se­du­to così inter­amente

nell'aria umi­da del­la notte

nel buio del­la fines­tra

e le voci dei ragaz­zi si mes­co­la­va­no ai nos­tri umo­ri

e i fan­tas­mi bat­te­va­no l'ora

e cola­va l'oro di san­ti anti­chi lun­go i muri.

 

Ma ades­so che è gior­no, amore,

abbia­mo dimen­ti­ca­to, non è vero ?

di aver dan­za­to insieme in fon­do all'ombra.

Siamo d'accordo allo­ra : fac­cia­mo

che non è suc­ces­so niente.

 


 

amore, tu ne m'as jamais péné­trée ain­si entière

dans l'air humide de la nuit

dans l'obscurité de la fenêtre

et les voix des gar­çons se mélan­geaient à nos humeurs

et les fan­tômes bat­taient l'heure

et le long d'anciennes fresques cou­lait l'or des saints.

 

Mais à pré­sent qu'il fait jour, amore,

n'avons-nous pas oublié

que nous avons dan­sé ensemble au cœur de l'ombre ?

Nous sommes bien d'accord : fai­sons

comme si de rien n'était.

 


44

 

E la don­na atti­ra l'uomo

nell'antico pae­sag­gio

La don­na si apre e si chiude

come l'acqua del mare

il gior­no e la notte

l'estate e l'inverno

il rit­mo del res­pi­ro

Se così non fosse

non sarei una don­na

non devi accu­sar­mi di essere impre­ve­di­bile

inaf­fi­da­bile umo­rale

luna­ti­ca

nel nos­tro amore al posto del­la tua ragione

io met­to l'ordine cos­mi­co


 

Et la femme attire l'homme

dans l'ancien pay­sage

La femme s'ouvre et se ferme

comme l'eau de la mer

le jour et la nuit

l'été et l'hiver

le rythme de la res­pi­ra­tion

S'il n'était pas ain­si

ne serai-je pas une femme

tu ne peux pas m'accuser d'être impré­vi­sible

luna­tique et pas fiable

instable

dans notre amour à la place de ta rai­son

je mets l'ordre cos­mique


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X