> poèmes de Manuel Becerra Salazar

poèmes de Manuel Becerra Salazar

Par | 2018-05-28T05:40:30+00:00 13 mai 2016|Catégories : Blog|

(tra­duc­tion de Harry Szpilmann)

Instrucciones para matar un cabal­lo

Se le adel­ga­za la fuer­za de las patas delan­te­ras hora­dan­do con la hoja de una cuchil­la. Se hacen varios cortes has­ta que el ani­mal cae de frente como arro­dillán­dose. Después vie­nen dos gar­fios que lo alzan por las patas tra­se­ras y su gar­gan­ta que­da expues­ta para la mis­ma del­ga­da cuchil­la. Se colo­ca una cube­ta de metal para ate­nuar la caí­da de la sangre que ven­drá inme­dia­ta­mente des­pués de un corte cer­te­ro en la gar­gan­ta —Tiene el cabal­lo la cua­li­dad para dete­nerse el corazón cuan­do via­ja a la velo­ci­dad del soni­do. El hombre, por su parte, des­co­noce esta vir­tud cuan­do va hacia el desa­mor a la velo­ci­dad de los cabal­los — . Su trá­quea es de már­mol. Hay que ser deci­si­vo para abrirle bien el cuel­lo y silen­ciar el dolor.

Hay un dios ebrio en todo cabal­lo que duerme de pie.

 

Instructions pour tuer un che­val

           On affai­blit la force des jambes avant en les entaillant avec le tran­chant d'un cou­teau. On réa­lise plu­sieurs cou­pures jusqu'à ce que l'animal tombe vers l'avant comme s'il s'agenouillait. Ensuite, deux cro­chets se pré­sentent qui le hissent par les pattes arrières de façon à ce que sa gorge soit expo­sée au même tran­chant effi­lé. On place alors un seau en métal pour amor­tir la chute du sang qui fera immé­dia­te­ment suite à la pré­ci­sion d'une cou­pure dans la gorge.

            Le che­val a la facul­té de sus­pendre les bat­te­ments de son cœur quand il voyage à la vitesse du son. L'homme, pour sa part, mécon­naît cette ver­tu lorsqu'il va au désa­mour à la vitesse des che­vaux. Sa tra­chée est de marbre. Il faut être déci­sif pour lui tran­cher la gorge et faire taire la dou­leur.

            Il y a un dieu ivre dans chaque che­val qui dort debout.

 

°°°°°°°°°°°°°°

 

Instrucciones para matar un cer­do

Es mejor matar a los cer­dos en el vera­no. Hay que tener el corazón pues­to en hie­lo para no dejarse ator­men­tar por la vida cuan­do se ale­ja.
Quien lo des­man­te­la con breves choques eléc­tri­cos sobre el cuer­po le ahuyen­ta un poco la tris­te­za.
Deje caer su cuer­po robus­to sobre el envés del ani­mal. Amarre las patas tra­se­ras has­ta impo­si­bi­li­tar­lo con el fin de que per­ma­nez­ca de cos­ta­dos
—imagí­nese a un hombre mania­ta­do — . Cuando la bes­te­zue­la quede bocaal­cie­lo, hun­da el cuchil­lo sobre el pecho, y ten­ga pre­sente que éste, como la gar­gan­ta de los cabal­los, es duro si se hunde con mano sen­sible.

Los últi­mos gemi­dos del cer­do son pro­lon­ga­dos y estri­dentes. Entierre has­ta que los mús­cu­los per­mi­tan y coloque un balde cer­ca de su gar­gan­ta múl­tiple. No deje de revol­ver la sangre con el afán de que no desa­pa­rez­can los bor­bol­lones rojos ni el teji­do atem­pe­ra­do.
Rebane todo su per­fil y des­prén­da­lo de sus ges­ti­cu­la­ciones has­ta que su ros­tro sea, al final de la tarde, una más­ca­ra de car­ni­cería.
Deje que los flui­dos y la sangre que cae se tras­mi­nen en el sue­lo. La tier­ra hará lo suyo.

 

Instructions pour tuer un cochon

            Il est pré­fé­rable de tuer les cochons en été. Il faut avoir le cœur plon­gé dans la glace pour ne pas se lais­ser tour­men­ter par la vie lorsqu'elle s'en va. Qui l'étourdit par de brefs élec­tro­chocs, chas­se­ra un tant soit peu la tris­tesse.
           Laissez-vous tom­ber de façon robuste sur le dos de l'animal. Attachez-lui les pattes arrières de façon à le conte­nir afin qu'il demeure sur son côté (ima­gi­nez un homme ligo­té). Une fois la bête tour­née gueule au ciel, enfon­cez le cou­teau dans la poi­trine, et sou­ve­nez-vous que celle-ci, tout comme la gorge des che­vaux, résiste si l'on œuvre d'une main sen­sible.
           Les der­niers gémis­se­ments du cochon sont pro­lon­gés et stri­dents. Enfoncez la lame jusqu'où les muscles le per­mettent, et pla­cez un seau près de sa gorge mul­tiple. Continuez à remuer le sang afin que ne dis­pa­raissent ni les rouges bouillon­ne­ments ni le tis­su tem­pé­ré. Coupez-le tout entier en tranches et arra­chez-le à ses ges­ti­cu­la­tions jusqu'à ce que sa gueule ne soit plus, en fin d'après-midi, qu'un masque de bou­che­rie.
           Laissez les fluides et le sang qui coule péné­trer le sol. La terre s'occupera du reste.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°

 

La rana motea­da

 

La for­ma del nado es un signo medu­lar para dife­ren­ciar a la rana comes­tible de la rana motea­da.
Esta segun­da es carne para matar a ani­males mayores y sirve, a la par, de alu­cinó­ge­no para embel­le­cer a cier­tos mamí­fe­ros.
A la pri­me­ra espe­cie se le puede hal­lar en la cir­cun­fe­ren­cia de los
ríos donde los estanques natu­rales se vuel­ven un asi­de­ro de ali­men­to.

Capturada la rana, se colo­ca de lomos y se abre. Se le cor­ta desde el pecho has­ta las cavi­dades de las ancas des­pués de haber sepa­ra­do la cabe­za del cuer­po.
Se lava y lo que res­ta se des­ta­za en varios cortes lis­tos para votarse al fue­go len­to de las hor­nillas :

Es mejor ver­la de bruces en el pla­tillo, como una enorme flor verde, que flo­tan­do de muerte natu­ral jun­to a las hojas de los nenú­fares.

 

La gre­nouille mou­che­tée

            Leur façon de nager est un signe médul­laire pour dif­fé­ren­cier la gre­nouille comes­tible de la gre­nouille mou­che­tée. Cette der­nière est chair pour tuer des ani­maux de grande taille et sert à la fois d'hallucinogène pour embel­lir cer­tains mam­mi­fères ; la pre­mière espèce peut se ren­con­trer à l'entour des rivières où les étangs natu­rels sont des viviers d'aliments.

            Il faut mettre la gre­nouille sur le dos et l'ouvrir ; on l'incise à par­tir du ventre jusqu'aux cavi­tés des cuisses, ce après avoir sépa­ré la tête du corps. Ensuite on la rince et ce qui reste est décou­pé en mor­ceaux que l'on jette au feu lent des four­neaux.

            Il est pré­fé­rable de la voir éta­lée sur une assiette comme une énorme fleur verte, que de la voir flot­ter de mort natu­relle par­mi les feuilles de nénu­phars.

 

°°°°°°°°°°°°°°

 

Matar un cor­de­ro

 

Qué temible es la sere­ni­dad en los ojos de los pequeños recen­tales cuan­do van hacia la muerte.
Su cuer­po des­prende un ras­tro de ori­na lumi­no­sa que la gente de la tri­bu sigue para no per­derse en la nie­bla.
Sin embar­go, sus miem­bros for­ta­le­ci­dos ya no per­te­ne­cen al vientre ni al cie­lo de flores en el que mora­ba.
La muerte no da señales.
Los pri­me­ros hombres colo­can al cor­de­ro de cos­ta­do. Lo some­ten y reba­nan de un golpe cuel­lo y gar­gan­ta. No dejan que se agrave en la agonía.
Rastrillan su piel lava­da y la reti­ran para las pro­vi­den­cias que vie­nen.
Cortan de un tajo las pezuñas, se divi­den los mus­los, el pecho y en cabe­za cer­ce­na­da
ven a un ído­lo vivo para ahuyen­tar los temores hacia la carne.

 

Tuer un agneau

            Comme elle est redou­table la séré­ni­té dans le regard des petits der­niers-nés lorsqu'ils vont à la mort.
           Leur corps laisse une trace d'urine lumi­neuse que les gens de la tri­bu suivent pour ne pas se perdre dans le brouillard. Cependant, leurs membres ren­for­cis n'appartiennent déjà plus au ventre ni au ciel de fleurs dans lequel il séjour­nait.
           La mort n'envoie pas de signes.
           Les pre­miers hommes placent l'agneau sur son côté. Ils le sou­mettent, et d'un coup sec tranchent gorge et cou. Ils ne laissent pas l'agonie s'aggraver. Ils rasent la peau lavée et l'ôtent pour les pro­vi­dences à venir. D'un coup de cou­teau ils coupent les sabots, et puis divisent les cuisses et la poi­trine et la tête enta­mée ;
           ils y voient une idole vivante pour chas­ser leurs craintes de la chair. 

X