> Poèmes de Michael Harper choisis et traduits par A-C Carls

Poèmes de Michael Harper choisis et traduits par A-C Carls

Par |2018-08-16T06:49:50+00:00 27 octobre 2014|Catégories : Blog|

 

Arpeggios

 

Hawks and pigeons first
on the jacket lea­ving pro­files
of pres­sed flo­wers
on conked hair ;
favo­rite com­po­si­tions, things
dis­tin­gui­shed in the pen­nyw­histles
of the prow
in the mines.
 

Even in Rio, Paris,
lit­tle tan­gible is edible
that doesn’t choke in the gul­let
of mise­ry,
hun­gry men playing
for each other,
blo­cking out this cri­mi­nal world.
 

Genius lost and found
on the cor­ners of Soweto ;
Miriam, alone in her pala­tial
cam­pus suite, cli­cking the ser­mon,
Armageddon the vil­lage-veld.
 

1999

 

Arpèges

 

Faucons et pigeons d’abord
lais­sant sur la cou­ver­ture des pro­fils
de fleurs pres­sées
sur des che­ve­lures apla­ties ;
com­po­si­tions favo­rites, choses
remar­quées dans les pipeaux
de la proue
dans les mines.
 

Même à Rio, Paris,
le tan­gible n’est guère comes­tible
sans étouf­fer dans le ruis­seau
de la misère,
hommes affa­més jouant
les uns pour les autres,
fer­mant la porte à ce monde cri­mi­nel.
 

Génie per­du et retrou­vé
aux quatre coins de Soweto ;
Miriam seule dans son superbe appar­te­ment
uni­ver­si­taire, cli­quant le ser­mon,
Armageddon, vil­lage-veld.
 

(in spa­nish)

 

one might expect the mother-tongue
in a fal­te­ring voca­bu­la­ry
 

but clo­ser to the mark of fee­ling
which takes the ele­ments of song
 

into the sinews of truth
and conse­quences within that ring
 

of sen­ti­ment
that can­not be sen­ti­men­tal
 

dis­coun­ting fla­men­co
lul­la­bies of toil
 

buried with the sun
whose fre­ckles face up the mir­ror
 

as the grape grows, beans
the sugar of a plan­ta­tion (plan­tains)
 

belon­ging to no one
in the oasis of the tongue
 

to kiss that fruit
before the nec­tar turns
 

to ferment
as fir­ma­ment to fresh space
 

of a girl who speaks both idioms
the lar­gest voca­bu­la­ry in English
 

the heart of a woman beco­ming
still suck­led by mother-tongue
 

and she tastes who­le­some and good
the only true reli­gion of the flesh & bone
 

1999

 

(en espa­gnol)

 

 on pour­rait attendre l’arrivée de la langue-mère
dans un voca­bu­laire tré­bu­chant
 

 mais plus proche du sen­ti­ment
qui amène les élé­ments du chant
 

 dans les ten­dons de la véri­té
et aux consé­quences dans ce cercle
 

 de sen­ti­ment
qui ne peut être sen­ti­men­tal
 

 sans comp­ter le fla­men­co
les ber­ceuses du labeur
 

 enter­rées avec le soleil
dont les taches de rous­seur par­sèment le  miroir
 

 tan­dis que poussent le rai­sin, les hari­cots
le sucre d’une plan­ta­tion (plan­tains)
          

 qui n’appartient à per­sonne
dans l’oasis de la langue
 

 embras­ser ce fruit
avant que le nec­tar ne
 

 fer­mente
comme le fir­ma­ment devient le frais espace
 

 d’une fille qui parle les deux idiomes
le voca­bu­laire anglais le plus éten­du
 

 le coeur d’une femme en deve­nir
tou­jours allai­tée par sa langue-mère
 

 et elle est entière et bonne au goût
la seule vraie reli­gion de la chair & des os
 

1999

 

ELDER

 

You lead a small pack on a wal­king tour
(it has alrea­dy begun to rain)
 

I am thin­king about the word “plan­gen­cy”
because of Bob Hayden’s poem “October”[without conceit of color]
 

Langston’s “long march” in laughter/​blues [my Iowa the­sis Blues & Laughter]
(the tree-line of your spi­rit undi­mi­ni­shed)
 

the cast “mili­ta­ry” as Osawatomie packed sup­plies
against the ‘bor­der ruf­fians’ confe­de­rates
 

chan­ging tunics and bedrolls to tra­verse
the Mason-Dixon line and no line hono­rable
 

in the search for water feed as Douglass cau­tio­ned
in the night-med­ley of his grand­ma on the next plan­ta­tion
 

this is cur­ren­cy to us and so to cha­pel feints implo­ding
on cre­tonne lips tra­du­ced in Jolson’s “Mammy”
 

the King of Swing losing his cla­ri­net in ’38 to Pres
and Pres satis­fied to fol­low Lady solo too sweet to suite
 

even on “Strange Fruit” Langston mar­ching to Scottsboro
the long hand of his jour­nals ossi­fied in blood and kin

I read the fol­der on Brown v. Board of Education
four John Brown let­ters in his ‘own’ hand
 

lis­te­ned to the last Hughes public rea­ding in Lawrence
on cas­sette (the paren­the­ti­cal lisp as time­line *regus)
 

knew his racial moun­tain and THE WEARY BLUES
trans­la­ted in Cuba Libre as only Guillen would sound it
 

com­men­ced to “eme­ry” board our ‘Po’ Wayfaring Stranger’
lyric from one annal to the other : public parlance/​private song
 

[poem writ­ten for Emery Wimbush, Jr., libra­rian, Lincoln University, (PA)]
 

2003

 

Patriarche

 

Tu diriges un petit groupe en pro­me­nade gui­dée
(il a déjà com­men­cé à pleu­voir)
 

Je pense au mot plain­tif
à cause du poème de Bob Hayden “Octobre” [sans vani­té de cou­leur]
 

et du poème de Langston “La longue marche” en rire/​blues [ma thèse d’Iowa Les Blues et le rire]
(la lignée non dimi­nuée de ton esprit)
 

la troupe « mili­taire » des Osawatomie empa­que­tant leur équi­pe­ment
contre les Confédérés ces “voyous des fron­tières”
 

chan­geant de tunique et de paillasse pour tra­ver­ser
la ligne Mason-Dixon et aucune ligne hono­rable
 

cher­chant de l’eau du four­rage comme Douglass le recom­man­dait
dans le pot-pour­ri noc­turne de sa grand-mère dans la plan­ta­tion voi­sine
 

Nous mon­nayons le tout et nous voi­là qui implo­sons aux feintes de cha­pelle
sur des lèvres de cre­tonne calom­niées dans « Mammy » de Jolson
 

Le Roi du Swing per­dit sa cla­ri­nette en 1938 au pro­fit de Pres
et Pres se conten­ta de suivre Lady solo trop doux pour une reprise
 

même avec « Étrange fruit » Langston mar­chant vers Scottsboro
le manus­crit de ses jour­naux ossi­fié en sang et en paren­tage
 

j’ai lu le dos­sier Brown v. Board of Education
quatre lettres de John Brown de sa “propre” main
 

écou­té la der­nière soi­rée poé­tique de Hughes à Lawrence
sur cas­sette (le zézayage paren­thé­tique comme régis­seur de tem­po)
 

connu sa mon­tagne raciale et LE BLUES FATIGUÉ

tra­duit dans Cuba Libre comme seul Guillen savait le chan­ter
 

com­men­cé sur une planche “éme­ri” notre “Pôv’ Étranger Errant”
paroles d’une annale à l’autre : lan­gage public /​ chant pri­vé
 

Poème écrit pour Emery Wingush, Jr., biblio­thé­caire à Lincoln University, Pennsylvanie
 

2003

 

What I know about cho­co­late cake (Chocolate)

       For Barbara

 

The Mexicans call it “bit­ter water”
without remo­ving any of the fat

you must grind the seeds of the cacao roas­ted
then swee­ten with fla­vor         as with vanilla a dark brown

(You must write down the dark over­tones of cala­mas
in pre­pa­ring such a cake          eaten as the choc­taws eat         in a squat)

pos­ses­sing the sto­ry­tel­ling impulses of what you sup­press
for the ritual dance : the cake­walk

(This could be cakes & ale, but you must pro­me­nade
not march         Peter the fruit of your tree     apro­ned)

the couple       in intri­cate (eccen­tric) steps
receive the cake as spe­cial prize

such music of this dance (by your own making) a cake­walk
des­pite the Negro ori­gins of this hol­do­ver

then pray for the child of this union      “bit­ter water”
taking eve­ry chance that the hue of desi­gn will mir­ror the couple

who attend to the flo­we­ring of all that resides within you
an heir­loom dark as night       nur­se­maid glo­rious              vanilla to the core

9 21 00 : Happy Birthday
 

 

Ce que je sais du gâteau au cho­co­lat (cho­co­lat)

      

Pour Barbara

 

Les Mexicains l’appellent “eau amère”
sans la sépa­rer de son beurre

tu dois moudre les graines de cacao    tor­ré­fiées
puis adou­cir avec un par­fum    vanille par exemple    mar­ron fon­cé

(Tu dois noter les sombres tona­li­tés des calames
en pré­pa­rant ce gâteau man­gé comme le font les Choctaw     à crou­pe­tons)

tout en pos­sé­dant les impul­sions nar­ra­tives de ce que tu sup­primes
pour la danse rituelle : du gâteau

(Ce pour­rait être gâteau et bière, mais tu dois flâ­ner
pas mar­cher en cadence     Pierre est le fruit de ton arbre       en tablier)

le couple        à pas com­pli­qués (excen­triques)
reçoit le gâteau comme un prix spé­cial

la musique de cette danse est (de ton propre fait) du gâteau
mal­gré les ori­gines nègres de ce ves­tige

puis prie pour l’enfant de cette union          “eau amère”
fai­sant tout pour que le ton du des­sin soit le miroir du couple

qui assiste à la flo­rai­son de tout ce qui réside en toi
un héri­tage noir comme la nuit         glo­rieuse infir­mière        vanille jusqu’au coeur

21 sep­tembre 2000 : Joyeux anni­ver­saire
 

 

In the Projects

 

Slung bas­ket­balls at Jeffries
House with some wel­fare kids
wea­ving in their figure eight hun­ger.
Mama asked if I was taking any­thing ?
I rol­led up my sleeves :
no tracks, mama :
“black-medal-man ain’t street-poi­so­ned,”
mili­tants cal­led :
“he’s an elec­tro­nic nig­ger!”
“Better keep elec­tro­nic nig­ger 'way.”
Electronic Nigger ?
 

Mama, unplug me, please.

 

Dans les Projets

 

J’ai fait des paniers de bas­ket à la Maison
Jeffries avec des gosses de l’assistance
qui tis­saient leur faim en forme de huit
Maman a deman­dé si je pre­nais quelque chose ?
J’ai retrous­sé mes manches :
pas de traces, Maman,
“le médaillon noir n’est pas empoi­son­né par la rue,”
les mili­tants ont crié :
“c’est un nègre élec­tro­nique !”
“Tenez le nègre élec­tro­nique à dis­tance !”
Nègre élec­tro­nique ?
 

Maman, débranche-moi, s’il te plaît.
 

 

IRISH SUIT (Galway) 1998

Cuirt Int'l Festival, in memo­riam, Seamus Heaney, [1939-2013]

 

O'Mailles in High Street, fine selec­tion of Irish Cloth,
one month from first mea­su­ring to com­ple­tion ; would send
then, the suit, to your home.  But they do not make suits.
 

Even for repair, of an out­seam to a bet­ter suit, Peggy's
Repair, ups­tairs, and down a long hall ; "Frank Rice," she says
oppo­site Abbey Theatre, off Francis Street
 

but I have been given Copeland's name in Dublin
and the laureate's voice, famous Seamus, who did this
 

a time before, trans­port an "Irish Suit," all the way to London
in a bet­ter decade, two decades ago, with a fine poem
 

 

in the cups of a fer­ry awash in a storm, Guinness
in my lap, sick chil­dren with emp­ty bel­lies, awash again on Strand Rd.
 

Now avia­ry of wild swans, the Corrib River, sal­mon adrift near the bay
no run­ning fer­ry to Aran Island, Synge's spi­rit in boat­less b&b's
 

the govern­ment of the tongue a savage fes­ti­val gong,
“no Bosphorus call to prayer, five times a day, and no Sacred Geometry.”

 

Suite irlan­daise (Galway) 1998

Festival inter­na­tio­nal de Cuirt, In memo­riam, Seamus Heaney (1939-2013)

 

O’Mailles sur High Street, bon choix de tis­sus irlan­dais,
un mois entre les mesures et la fini­tion ; on enver­ra
ensuite le com­plet chez vous. Mais ils ne font pas de com­plets.
 

Même pas de répa­ra­tion, cou­ture exté­rieure d’un bon com­plet, Atelier de
Peggy, pre­mier étage, au bout d’un long cou­loir ; “Frank Rice,” dit-elle
en face du Théâtre de l’Abbaye, au coin de Francis Street
 

mais on m’a don­né le nom de Copeland à Dublin
et la voix du lau­réat, le célèbre Seamus, qui l’a fait
 

une fois, il trans­por­ta un “com­plet irlan­dais” jusqu’à Londres
dans des temps meilleurs, il y a vingt ans, avec un beau poème
 

dans la cale d’un tra­ver­sier bour­lin­gué par la tem­pête, Guiness
sur mes genoux, enfants malades aux ventres vides, échoué de nou­veau sur Strand Road.
 

Le fleuve Corrib, aujourd’hui volière de cygnes sau­vages, sau­mons déri­vant près de la baie
pas de tra­ver­sier vers l’ile Aran, esprit de Synge dans des pen­sions sans bateaux
 

le gou­verr­ne­ment de la langue est un sau­vage gong de fes­ti­val,
“pas d’appel du Bosphore à la prière, cinq fois par jour, et pas de Géométrie Sacrée.”
 

 

 

Muse

 

[Spencer Trask’s den at Yaddo]
 

On the porch of the secret stair­way
bee hive
 

I watch the coming and going
near the sta­tue of Brutus
 

as meta­phor to Union Avenue
when Lincoln bound up the Nation's wounds
 

Yo-Yo Ma was about per­for­mance ;
he sang on the cel­lo
 

to novices and jour­ney­men alike
for­get­ting the late hours of his per­fect pitch
 

tur­ned inward for an exac­ting father
and gave all who asked and did not ask
 

and moved on into the laye­red zones
of music car­ried within
 

a magi­cal igni­tion
he could touch even when emp­ty
 

a bowl refrac­ting in the air
and Lincoln's words were his own (most­ly)
 

Brutus an ancient patri­cian
who did not know how to pro­tect him­self
 

Toomer's bee­hive a trope on slavery's
vio­la­tion of the dark beau­ty of women
 

and you have come to me to heal
with no pro­fit I can see but the good
 

of the hive   her hope and honey­comb
alive in the free gift   and she was sweet
 

 

La muse

 

[le bureau de Spencer Trask à Yaddo]
 

Sur le per­ron de l’escalier secret
une ruche
 

je regarde les allées et venues
près de la sta­tue de Brutus
 

comme méta­phore pour l’Avenue de l’Union
lorsque Lincoln pan­sa les bles­sures de la Nation
 

Yo-yo Ma était tout en per­for­mance ;
il chan­tait sur son vio­lon­celle
 

pour les novices et les com­pa­gnons de route
oublieux de l’heure tar­dive de son par­fait dia­pa­son
 

tour­né en lui-même pour un père exi­geant
il don­nait à tous, deman­deurs ou pas

 

et par­tait pour les zones éta­gées
de la musique inté­rieure
 

igni­tion magique
qu’il ne pou­vait tou­cher même vide
 

un bol se réfrac­tant dans l’air
et les mots de Lincoln étaient les siens (pour la plu­part)
 

Brutus, ancien patri­cien
qui ne savait pas se pro­té­ger
 

la ruche de Toomer est un trope sur le viol escla­va­giste
de la sombre beau­té des femmes
 

et tu dois venir à moi pour gué­rir
sans pro­fit je ne peux voir que le bien
 

de la ruche     son espoir et son rayon de miel
vivant dans le cadeau gra­tuit  et elle était exquise

 

X