> Poèmes de Øyvind Rimbereid choisis par Anne-Marie Soulier

Poèmes de Øyvind Rimbereid choisis par Anne-Marie Soulier

Par |2018-10-18T09:20:21+00:00 29 mars 2014|Catégories : Blog|
Exemples de la veine inti­miste d’Øyvind Rimbereid, ces quelques poèmes ins­pi­rés par la mort d’être chers (sa sœur, une amie). La tri­via­li­té du quo­ti­dien rend la dis­pa­ri­tion à la fois insis­tante et inima­gi­nable. Mors stu­pe­bit.

 

 

SKYGGEN

Eg hjalp deg ud
på alta­nen,
midt i solå,
tenkte eg

va sto­len ikkje kal­dare enn såret
va lyset ikkje mør­kare enn håret
ville trå­den ikkje vera som gra­set
ville ordå ikkje len­ger ud te havet

Eg hjalp deg inn
i stuå, i skyg­gen
bag gar­di­nene,
tenkte eg

va ikkje svet­ten tyngre enn litt pels
va ikkje fro­kost någe aent enn kvelds
ville blu­sen gjer­na få ble ny på ny
ville ordå bare hjem fra deg

Eg hjalp deg ner
blant trenå, halvt i solå
halvt i skyg­gen,
tenkte eg

L’OMBRE

Je t'ai aidée à sor­tir
sur le bal­con,
en plein soleil,
ai-je pen­sé

le fau­teuil n'était-il pas plus froid que ton mal,
la lumière, plus sombre que tes che­veux,
le fil ne vou­lait-il pas res­sem­bler à l'herbe,
et les mots renon­cer à atteindre la mer

Je t'ai aidée à ren­trer
dans la chambre, dans l'ombre
der­rière les rideaux,
ai-je pen­sé

la sueur n'était-elle pas plus lourde qu'un pelage,
le pre­mier repas dif­fé­rent de celui du soir,
la che­mise aurait-elle aimé être neuve à nou­veau,
et tes mots sim­ple­ment rejoindre leur demeure

Je t'ai aidée à des­cendre
par­mi les arbres, à moi­tié au soleil,
à moi­tié dans l'ombre,
ai-je pen­sé

*****

DRØM

Drømte at du ennå levde
og at eg gav deg stoi­ke­ren
Senecas brev
            “Om livets kor­thet”,
at eg ga deg den i for­glem­melse
og fort­vi­la ville ta den til­bake,
men at du holdt i den
og med åpne, begeis­tra øyner
lette og lett øve omsla­get
som om kvert ord var nytt
og verdt sitt lys i gull.

RÊVE

Rêvé que tu vivais encore
et que je te don­nais les Lettres
de Sénèque le Stoïque
                        « Sur la briè­ve­té de la vie »,
je te les don­nais par étour­de­rie
et déses­pé­ré vou­lais les reprendre,
mais tu refu­sais de lâcher le livre,
et les yeux grands ouverts d'enthousiasme
tu cher­chais et cher­chais encore sur la cou­ver­ture
comme si chaque mot était neuf
et valait son pesant de lumière.

 

*****

 

SANG

Mens eg ein mor­ning alt i februar, hørre
tros­ten uden­for vin­duet mitt, altså i ein by
kor tros­ten òg hørre te, tenke eg
her eg ligge, dres­sen i ska­bet
ennå ikkje brukt, at ein dag,
ein dag ska du òg, tros­ten,
ska du òg,
tros­ten

CHANT

Un matin tôt en février, comme j'entends
la grive à ma fenêtre, c'est-à-dire dans une ville
où la grive aus­si est chez elle, je me dis,
cou­ché là, mon cos­tume dans l'armoire
encore jamais mis, qu'un jour,
un jour toi aus­si, la grive,
toi aus­si,
la grive

 

            Mais la poé­sie d’Øyvind Rimbereid est éga­le­ment poreuse aux mani­fes­ta­tions les plus bru­tales, les plus « anti-poé­tiques » du quo­ti­dien : son écri­ture ne craint pas de mani­fes­ter une conscience poli­tique vigou­reuse propre à réveiller l’indignation du lec­teur devant le monde comme il va :

 

 

DET ALLER MINSTA

Når eg av og te tenke
på de fat­tige, tenke eg nok òg litt på de rige
som eg huske,
            men aldri kjente og nes­ten hel­ler aldri såg
der eg syk­la gjønå andre strøg, f.eks. om søn­da­gen,
de gam­mel­dags rige, tenke eg nok mest på då,
med sine enorme hagar og hek­kar og polerte por­tar
av sjeldent, rød­brunt tre og mørke bilar par­kerte langt der inne i ein garasje
og vin­duer med tette eføyar,
                        der eg aldri såg det røra seg.
            Mens de fat­tige,
og då sær­lig de nye fat­tige,
            de som flytte på seg
de som komme fra jern­ba­nes­tas­jo­nen om mor­nin­gen
de som sta­dig glir inn og ud av kjø­be­sen­te­ret
og som holde stand på tor­get te langt udpå kvel­den
            med sine pap­pes­ker
med blom­ster og baget­tar eller små krig­sting fra øst
og som eg, f.eks. fra 2. etg. i ein piz­za-res­tau­rant
i Bergen eller fra et tost­jer­ners hotell­rom i Berlin,
            kan se så fritt og lett ner i ! Mens
                        blikkå de har,
disse raske blikkå som bare sneie deg
            idet du prøve å fan­ga de,
så kjapt og utol­mo­dig sneie deg
at det mest får deg te å ten­ka på det mins­ta,
            det aller mins­ta sånne blikk
aldri får sett nok av.

 

LA MOINDRE DES CHOSES

 

Lorsque de temps en temps je pense

aux pauvres, je pense aus­si bien sûr un peu aux riches

dont je me sou­viens

            mais que je n’ai jamais connus ni presque jamais vus non plus,

            dans les parages où je fais du vélo, par exemple le dimanche,

 

            les riches d’autrefois, c’est sur­tout à eux que je pense alors,

avec l’immensité de leurs jar­dins, de leurs haies, de leurs por­tails polis

en bois rares rou­geâtres et leurs voi­tures sombres par­quées

très loin là-bas tout au fond d’un garage et leurs fenêtres aux lierres épais

                        où je n’ai jamais rien vu bou­ger.

            Tandis que les pauvres,

et sur­tout les nou­veaux pauvres,

                        ceux qui se déplacent

ceux qui sortent de la gare le matin

ceux qui sans cesse entrent et sortent sans bruit des centres com­mer­ciaux

et qui tiennent un stand au mar­ché jusque tard le soir

            avec leurs car­tons

avec des fleurs et des baguettes ou des babioles de guerre venues de l’Est

et que moi, p. ex. du 2° étage d’une piz­ze­ria

à Bergen ou d’un hôtel deux étoiles à Berlin

            je peux regar­der de haut, libre, léger ! Tandis que leurs regards,

ces regards fur­tifs qui se détournent de toi

            dès que tu essaies de les  sai­sir,

se détournent si vite, avec tant d’impatience

qu’ils t’obligent à pen­ser à la moindre des choses

            à la plus infime de ces choses que de tels regards

ne pour­ront jamais avoir assez vues.

 

            Ce qui n’interdit pas, à l’occasion, un humour tout à fait réjouis­sant aux dépens des révoltes mol­las­sonnes :

 

 

BEGRENSNING

Protesttoget fantes
drog for­bi her
eg bor eg hørte stem­mar
gjønå mega­fo­nen og på et aent språg
hørte eg någen slå his­sig på någe
av metal någen eg kanskje kjende de
gjekk men eg såg ikkje ud
før de va for­bi toget va ikkje så langt
de va ikkje så mange kan der­for
ikkje skri­va mer enn dette
denne gang

LA LIMITE

 

La manif a eu lieu

elle est pas­sée devant

là où j’habite j’ai enten­du des voix

dans le méga­phone dans une autre langue

quelqu’un cogner fort quelque chose

de métal­lique quelqu’un que je connais peut-être ils

mar­chaient mais je n’ai pas regar­dé dehors

avant qu’ils soient pas­sés le cor­tège n’était pas bien long

ils n’étaient pas tant que ça et donc je ne peux

rien en dire de plus

cette fois-ci

 

*****

 

            De plus en plus la poé­sie d’Øyvind Rimbereid explore une veine nar­ra­tive que rien ne semble pou­voir limi­ter ou arrê­ter, tant elle foule le temps et l’espace gou­lu­ment, à grandes enjam­bées heu­reuses de leur propre éner­gie. Dès 2001, le recueil Trådreiser (« Au fil des voyages ») élar­gis­sait les impres­sions per­son­nelles de ce Nordique à la recherche de l’Europe en véri­tables épo­pées de la réflexion, convo­quant écri­vains, hommes poli­tiques, tra­gé­dies du pas­sé, choses vues, dans un grand pêle-mêle d’une Histoire de l’humanité deve­nue his­toire des hommes. Après un voyage au Portugal qui l’avait mené du Nord de l’Europe à son extrême Sud, il ne crai­gnit aucu­ne­ment de s’approprier un titre de Voltaire :

 

 

JORDSKJELVET I LISBOA

 

 

På kvid, polert bro­stein

flyde eg med turist­flom­men

            gjønå gamle Rua Augusta

og ud

                        i det åbna, fria Praça do Comércio

der et lide sosia­listmøde alt e øve

og flodbølgå onna jord­sjel­vet i 1755

slo inn, slo vekk

                        de før­ti tusen

og kver ei kjer­ka, kver ein

plass sank, fors­vant

onna sitt berømte navn.

                                   Gjøna og ud

går eg, i alt det

            Marquês de Pombal, den opp-

lyste des­po­ten, alle­rede neste dag

hadde pla­nane klare for. “Begrav de døde

og gi de levende brød!” va sva­ret

hans te de skjeb­ne­tro

og te Voltaire som brått skreiv

            pes­si­mis­tisk

skreiv lyrisk, sen­ti­men­talt te Gud.

                        Marquês de Pombal, mes­te­ren

blant stats­mestre i Europa, stu­derte

katas­tro­fens nega­tiv, holdt de omvendte

kon­tras­tane opp mot lyset

                        flom­mande ud av sin epokes kla­raste tanke.

Tenkte sjøl ud

den nye arki­tek­tu­ren

øko­no­mien de nye bil­dene

            inn i ran­den te det som fors­vant.

Såg for seg

            livet

for­nya opp av rui­nane

opp av jordå

                        skin­nande i fram­ti­das nett.

 

 

Ved tog­stas­jo­nen Rossio

rykke eg te øve ele­fant­man­nen

med et øye langt der inne

i fjel­let av byl­ler, et øye

søgande

            itte någe innerst i meg

eller len­ger inne, der leng­st

inne i lom­ma­bogå mi,

søgande innen­fra

det minste, indi­vi­duelle

                                   skjel­vet.

Eg går vidare,

i skam øve iden­ti­fi­kas­jon­kor­tet han holdt fram

                                                           mod meg.

 

 

Seneca, levande i det 1. århundre,

søkte itte ein tanke mod jord­sk­jel­vet, lette

itte et bilde et ord

te å dek­ka

                        kløftå

ikkje te å flyk­ta fra.

Hvilken red­ning kan vi finne når jor­den selv,

når det som bes­kyt­ter og nærer oss,

vak­ler?” skreiv Seneca

og så rett

            ner. Såg han

alle­rede Marquês de Pombals

sve­vande blikk ? Såg han det,

lik­som den tidå han sjøl levde i,

de vakre byane de blo­dige kri­gane kei­sar Nero,

                                   lyst opp onnan­fra ?

 

 

I skum­ringå glir eg opp

brat­ta Calçada da Gloria

i det mid­terste av Lisboa.

Muren med vegg­skrift

            rødt, for­sik­tig glin­sande.

Beskjedar eg foto­gra­fere

innen­fra trik­ken,

som suve­ni­rar te å ta med hjem,

hjem te vår suve­rene tid :

                                               “DESPROPINAÇAO TOTAL!”

                        “REFORMA AGRARIA E AMOR”

                                                           “TERRA, JUSTIÇA E LIBERDADE”

                        “UM TRACTOR PARA TIMOR!!”

Ord ropt ud

i total iro­ni

            og i total kjær­li­ghet.

Liksom for siste gang

et gam­malt sla­gord

om det nederste

om det mins­ta fel­les­ka­bet

likt for­delt

som håb

            eller om så sko vera, som katas­trofe.

 

 

Seinare fyge me

fritt, ret­ning­slaust mydlå tørre jor­der

med bil på impor­tert asfalt­dekke

            ingen num­mer plas­sar navn

bare dette eina

dette blå blått :

            “PROJECTO CO-FINANCIADO

            PELA COMUINDADE EUROPEIA”.

Me fyge på veier

Som gang på gang lede

            oss i ring

i lan­det som sjøl ikkje har någen

                                   plan len­ger

udøve det alle­rede plan-

lagte. Langs adle veier,

i adle døråb­nin­gar

står fat­tige

            eller litt fat­tige,

ven­tande på de nien­de­dels rige

på vei hjem

fra arbeid i Frankrike, Tyskland,

på vei hjem

te ferie. Portugal e

                        ytterst

e nederst, e kanskje

det mest minst det minst

muli­ga

            lan­det

av de totalt mulige

av de i dag frie inn­fridde euro­peiske,

og der­for kanskje det einaste

vendt ner

mod de hundre og fem­ti land,

vendt ner og ud mod det sta­dig gjen­ve­rande

vendt ud mod det usi­kra

                                   skjel­vande

det fjernt det leng­st det ytterst ude

det all­tid

            det dir­rande

                        det for oss ennå langt bagom mor­gentågå.

LE TREMBLEMENT DE TERRE DE LISBONNE

Sur les pavés blancs et polis,
empor­té par la défer­lante des tou­ristes,
            je des­cends la vieille Rua Augusta,
et je sors sur
                        l'espace ouvert, libre, de la Praça do Comércio
où un petit mee­ting socia­liste est déjà ter­mi­né,
et où le raz-de-marée, après le trem­ble­ment de terre de 1755
s'est engouf­fré, a balayé
                        les qua­rante mille habi­tants,
où chaque église, chaque
place a som­bré, dis­pa­ru
sous son nom désor­mais célèbre.
                                   Je tra­verse, je sors,
je vais par­tout où le
            Marquis de Pombal, le des­pote
éclai­ré, avait dès le len­de­main
des plans pré­cis. « Enterrez les morts
et don­nez du pain aux vivants !»  fut sa
réponse aux fata­listes
et à Voltaire, à sa lettre impé­tueuse,
            pes­si­miste,
sa lettre lyrique, sen­ti­men­tale à Dieu.           
                        Le Marquis de Pombal, maître
par­mi les maîtres de l'Europe, étu­dia
le néga­tif de la catas­trophe, regar­da ses contrastes
à l'envers sous les flots de lumière
                        des idées les plus claires de son temps.
            Conçut lui-même
la nou­velle archi­tec­ture
la nou­velle éco­no­mie les nou­velles images
            dans le cadre de ce qui avait dis­pa­ru.
Imagina
            la vie
sur­gie renou­ve­lée des ruines
sur­gie de terre
                                   toute lui­sante entre les mailles de l'avenir.
A la gare de Rossio
je sur­saute devant l'homme-éléphant
son œil enfoui au-dedans
d'une mon­tagne de pus­tules, un œil
qui cherche
                        quelque chose tout au fond de moi
ou bien plus loin encore, au plus pro­fond
de mon por­te­feuille,
cherche du dedans
le plus infime, le plus indi­vi­duel des
                                                           trem­ble­ments.
Je conti­nue ma route,
hon­teux de la carte d'identité qu'il m'a
                                               ten­due de force.
Sénèque, au 1° siècle,
cher­chait une pen­sée face au trem­ble­ment de terre, se deman­dait
où trou­ver une image un mot
pour recou­vrir
                                   l'abîme
qu'on ne fuit pas.
« Où trou­ver le salut si la terre elle-même,
si ce qui nous pro­tège et nous nour­rit,
vacille ? » écri­vait Sénèque
en regar­dant tout droit
            à ses pieds. Voyait-il
déjà le Marquis de Pombal,
son regard indé­cis ? Le voyait-il,
comme il voyait, à son époque,
les villes magni­fiques, les guerres san­glantes de l'empereur Néron,
éclai­rées par au-des­sous ?
Dans le cré­pus­cule je glisse je remonte
l'abrupte Calçada da Gloria
            en plein cœur de Lisbonne.
Le mur aux graf­fi­ti
            qui luit d'un rouge timide.
Messages que je pho­to­gra­phie
de l'intérieur du télé­phé­rique,
sou­ve­nirs à rap­por­ter chez moi,
chez moi, dans notre époque sou­ve­raine :

                                               « DESPROPINAÇAO TOTAL ! »
                        « REFORMA AGRARIA E AMOR »
                                                           « TERRA, JUSTIÇA E LIBERDADE »
                        « UM TRACTOR PARA TIMOR ! »

Des mots, des cris jetés
iro­nie abso­lue
            et abso­lu amour.
Comme pour une der­nière fois
un vieux slo­gan
sur le plus humble
sur le plus petit bien com­mun
par­ta­gé
comme l'espoir
            ou sur ce qui allait arri­ver, comme une catas­trophe.
Plus tard nous rou­lons sans but
à la dérive entre des terres sèches
sur un asphalte impor­té
            nul numé­ro nulle place nul nom
rien que ceci
ce bleu de bleu :

            « PROJECTO CO-FINANCIADO
            PELA COMUNIDADE EUROPEIA »

Sans but sur des routes
qui encore et encore me font
            tour­ner en rond
dans un pays qui lui-même n'a
                                               plus d'autre plan
hors de ce qui est déjà
pla­ni­fié. Le long de chaque route,
dans le cadre de chaque porte
se tiennent des pauvres
            ou juste un peu pauvres,
atten­dant ce neu­vième de popu­la­tion de riches
qui reviennent
d'un tra­vail en France, en Allemagne,
qui reviennent
pour les vacances. Le Portugal est
                                                           à l'extrême de l'extérieur,
du tout en bas, il est peut-être
le moindre des moindres le moins
pos­sible
            pays
des pays tota­le­ment pos­sibles
des pays euro­péens aujourd'hui libres libé­rés de l'intérieur,
et pour cela peut-être le seul
tour­né pen­ché
vers ces cent cin­quante pays,
pen­ché ouvert sur ce qui sans cesse revient
ouvert sur l'incertain
                                               le trem­blant
le loin­tain l'extérieur le plus extrême des là-bas
le tou­jours
            le fris­son­nant

                        le pour nous encore loin der­rière les brumes du matin

 

 

*****

 

            Et voi­ci le fameux poème Solaris korrigert/​Solaris cor­ri­gé, que l’auteur m’a confié avoir écrit comme une blague – une « blangue », pour­rait-on dire – plus tard élar­gi en un recueil qui obtint en 2004 le très convoi­té Prix des cri­tiques :

SOLARIS KORRIGERT

 

WAT vul aig bli
om du ku kreip from
din vorld til uss ?
SKEIMFULL, aig trur, ven
du kom­men vid diner ima­go
ovr oren tiim, teccn, air­life,
all diner apo­ca­lypt­sen
skreik-
mare. OR din beau­ti drau­men ! NE
vi ar. NE diner ideo ! VER
aig leven, 14.6., vi arbei­den
onli vid vare nano­fin­gren,
dei ar our totale nov­ledg, vi arbei­den
so litl, 30 min. a dag. AIG seer an
mine fin­gren, part aff 14.6.
but veike, dei ar as sea­grass …
SO ku aig begg din vorld
begyn­ning, star­ten uss
up again ? KU it !
SKEIMFULL aig ar. SO
wat vul du bli
om vi ku kreip from uss
to deg ?

SOLARIS (Corrigé)

 

WAT serais-moaj deve­nu,
si tu avais quit­té ton
vorld, ram­pé vers nous ?
LA HONTE, chui sûr, car
tu vien­drais avec tes ima­gos
sur notre temps, nos tecc­nics, notre air­life,
et tous tes cauche-
mars d'apocalypse. OU BIEN tes raives de beau­ti ! PAS
comme ça, nous ! PAS comme tes idéos. LÀ
où moaj vis, au 14.6., on tra­vaille
onli avec nos nano­doigts,
c'est là tout not nolèdge, on tra­vaille
véri peu, 30 min/​j. MOAJ regarde
mes doigts, ils font par­tie av the 14.6.,
mais fèbles, on dirait du sea­grass…
DONC, et si moaj deman­dais à ton vorld de
com­men­cer, de nous remettre
debout again ? Il PEUT ?
HONTE, ici. Et DONC, wat
devien­drais-tu
si on pou­vait par­tir d'ici,
ram­per vers toa ?

 

            A l’occasion de la publi­ca­tion de son tout der­nier recueil, Orgelsjøen, en novembre 2013, Øyvind Rimbereid a été salué comme l’un des repré­sen­tants les plus impor­tants d’un « nou­vel âge d’or » de la poé­sie nor­vé­gienne. Nous y revien­drons !

 

X