> Poèmes de Raison 4

Poèmes de Raison 4

Par |2018-08-21T06:41:25+00:00 24 février 2013|Catégories : Blog|

Pour
nous.
Tourne-toi vers le feu qui brûle dans ton cœur.
Chacun se ques­tionne. Chacun attend vai­ne­ment. Nous
sommes dépos­sé­dés de nous-mêmes par l'ombre que sont deve­nues nos ques­tions.
« Viens
main­te­nant
Viens. » est l'antienne que chantent nos bouches éteintes.

Les ques­tions se détachent des ques­tions : vois, elles
montent, se creusent jusqu'à se
dépouiller d'elles-mêmes entiè­re­ment,
vides comme des âmes. Braises
se sou­le­vant dans l'air avec les souffles de vent,
brillant dans la nuit comme des lucioles, elles
s'éteignent. Nous
sommes convo­qués et aban­don­nés,
déçus et amers.
« Rallié, avec nous main­te­nant songe à
la nuit, éprouve en suant la cha­leur des
nuages de fumées qui nous enve­loppent et font entrer dans notre peau
une odeur de char­bon de bois
agréable, qui rap­pelle le pas­sé.
Abat, élague, équar­ris et
Brûle a-
fin que
nous deve­nions des braises qui s'éteignent, afin
que nous deve­nions des cendres qui partent en nuages de fumée qui ne
deviennent rien. »
Nous deve­nons ce que nous ne sommes jamais deve­nus,
nous sommes conduits en un lieu où per­sonne n'est conduit.
 

X