> Port Saïd

Port Saïd

Par | 2018-02-24T12:52:48+00:00 2 juin 2012|Catégories : Blog|

 

Sentez-vous, en fris­son­nant, la lame de cou­teau du monde ?
Regardez, tra­ver­sez la ville, écou­tez les rues métal­liques,
Traversez le pont noir et voyez les lavan­dières éche­ve­lées
          sur les galets, elles font de la peine, bat­tant
          le linge taché, se cas­sant
          les reins, écou­tez ces pieds

 

Montant tris­te­ment le sen­tier ombra­gé au-des­sus de l’eau ;
Les voya­geurs tirant des sables les augures de la guerre ;
Les espions aux aguets et sur leur garde
          Comme dans les tour­nois ; les chants dou­lou­reux
          Des nègres, avec à leurs côtés
          Ceux qui de leur longue main blanche

 

Ni mas­cu­line ni fémi­nine tracent l’emblème d’Hermès
En bas, leurs seins comme il se doit : en haut leurs yeux,
Perles dans la blanche coquille des visages, et pensent :
          « Est-ce si dur de mou­rir ? La mort
          Est-elle une douce amante ? » Et les filles éten­dues
          Par deux mur­murent des men­songes.

 

Pas très agréable ; pen­sez aux autres villes ; les villes mortes
Les prêtres en robes teintes pré­cé­dant les urnes et les vierges
De soie por­tant des nec­ta­rines gelées,
          Ceux que l’on conduit au sacri­fice, ceux
          Qui souffrent, les filles bou­clées
          Aux yeux comme des perles,

 

Malades d’un monde dis­pa­ru, et sur la rivière les rameurs
Nus et rasés, appellent les ber­gers, vieillards cen­te­naires
Et sages ; les plon­geurs saignent, les veuves brûlent,
          Les conseillers mettent en garde,
          Les poètes chantent les princes
          Idéaux, ain­si parlent-ils

 

D’un autre âge, l’âge d’argent, et de ce cou­teau
Qui entaille la race, cet âge de glace qui drape
Les tours ter­ri­fiées, les falaises vitrées et
          Les corps comme des fleurs mortes
          À l’esprit envo­lé, pro­té­geant
          Tendrement leur soli­tude comme un amant.