> Pratiques

Pratiques

Par | 2018-02-22T11:51:14+00:00 31 mai 2013|Catégories : Blog|

 

Laisse la lumière se repo­ser en solo
et moi seul à gou­ter tes larmes
à fouiller ton visage, à plon­ger dans ton corps 
aux salives secrètes par les narines entr’ouvertes
et nous deux à fendre l’un dans l’autre
nos corps à corps jetés à perte de vue

 

 

 

Je mar­chais dans le noir
quand je me suis cogné à toi

on ne se cogne pas
dans la lumière du jour

Je viens me ber­cer tout cru
aux escales de tes dents

à ton corps qui change d’échelle
à l’usage de tes fugues flot­tantes

 

 

 

les his­toires de péné­lopes
tissent des rêves d’amour roux
      à dor­mir debout, assis ou cou­ché,

racontent l’abandon fra­gile
des grands nau­frages de l’homme
à l’origine du monde aux yeux clos

pour faire croire l’ultime nais­sance,
brève comme un cri non pré­mé­di­té

 

 

les cuisses de l'antarctique                
par la fonte des gla­ciers
s'écartent
pour te lais­ser pas­ser

 

 

les corps flairent le mal d’aimer
la chair s'effrite au sou­ve­nir de toi
à n’en plus pou­voir res­pi­rer

Alors unique issue de secours,
ébré­chée, recro­que­villée
pour anes­thé­sier ton image

je me rac­croche à la frange des vagues
inonde à vif à la pointe des seins
de sou­ve­nirs de petites jouis­sances

et dans le téles­co­page des grands fonds 
apprend la tech­nique du sexe à sexe
aux racines de la connais­sance

 

 

S’envelopper de pays aux matins
où souffles et plai­sirs se rejoignent gran­deur sau­vage
pays magiques où la terre sent bon la terre

et la nuit pour ne pas pleu­rer comme une chienne
au regard ordi­naire qui ne me voit plus,
cra­cher au ciel pour cre­ver l’intimité des étoiles

Sommaires